Algérie: le conseil économique promeut l’adhésion à l’OMC

Algérie, le conseil économique promeut l’adhésion à l’OMC. Selon Reda Tir, l’adhésion de l’Algérie à l’OMC lui permettra de faciliter ses échanges et d' »envahir » les marchés étrangers.

Selon infoafrica.it, l’adhésion de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) lui permettra de faciliter ses échanges et d' »envahir » les marchés étrangers, a déclaré mardi le président du Conseil national économique (CNE), Rédha Tir, lors d’une conférence à Alger,

Rédha Tir, a déclaré lors d’une conférence à Alger mardi, comme cité par le service de presse d’Algérie. Tir a souligné que les règles de libre-échange « équitables » établies par des organisations telles que l’OMC permettraient à l’Algérie d' »envahir » de nouveaux marchés étrangers, ce qui nécessiterait « un choc » pour l’appareil de production national. Tir a déclaré que le CNESE « transférera une approche ambitieuse » dans ses recommandations pour que l’Algérie puisse adhérer à l’OMC, rappelant que cela reste un avis « consultatif » et que la décision appartiendra au gouvernement.

Selon Tir, l’adhésion de l’Algérie à l’OMC sera « la troisième génération de ses réformes » menant à une intégration internationale, continentale et régionale. La première génération de réformes concerne les équilibres macroéconomiques (balance commerciale et budget), tandis que la deuxième génération est structurelle (partenariats public-privé, diversification des investissements ou encore ouverture du capital des entreprises publiques, y compris les banques). Le président du CNESE a noté que l’Algérie a réussi à lever bon nombre de réserves émises par l’OMC, qui entravaient son adhésion, citant notamment son ouverture aux investissements : l’adhésion de l’Algérie à près de 57 accords commerciaux internationaux bilatéraux et à près de dix accords environnementaux « renforce sa candidature », a-t-il ajouté.

Les accords continentaux et régionaux signés par l’Algérie, comme celui de la Zone de libre-échange continentale (Afcfta), la Zone arabe élargie de libre-échange (Gzale) ou l’accord d’association commerciale avec l’Union européenne, devraient constituer des « leviers » pour lui permettre d’adhérer à des accords mondiaux comme celui avec l’OMC.

Source : https://www.infoafrica.it/ (ICE ALGER)

Tribuna economica, 27/10/2021