Algérie-France: Le Mali au centre de la crise

Waving flag of Algeria and France

Algérie-France: Le Mali au centre de la crise. Le Monde a révélé que parmi les questions, qui alimentent la discorde algéro-française, figure en bonne position la situation sécuritaire au Sahel et l’entrée en scène de la Russie et l’intention exprimée par les autorités de transition au Mali de recourir aux services de la société de sécurité Wagner.

La crise ouverte entre Alger et Paris tend à s’éterniser. Ce n’est pas un simple avis, mais un constat fait par des observateurs avertis et basé sur des éléments concrets. Serein pour quelque temps, le ciel entre les deux pays s’est couvert de nuages, notamment après les propos du président français, franchement hostiles à l’égard de l’Algérie, son régime et même son histoire.

La sortie inédite d’Emmanuel Macron, qui s’était permis de s’ingérer dans des questions propres à l’Algérie et à son système de gouvernance avait irrité au plus haut degré les dirigeants algériens. Ceux-ci ont riposté conformément aux traditions diplomatiques, sans jamais outrepasser les règles conventionnelles en matière de relations entre les pays. Les déclarations du chef de l’Etat français ont longtemps laissé penser que la discorde portait seulement sur la question mémorielle et le problème posé par l’immigration clandestine. Avant que le quotidien Le Monde, qui s’est transformé en porte-parole de l’Elysée n’évoque le dossier malien.

Dans un article publié vendredi dernier, la publication parisienne, ouvertement alignée sur les positions de l’Elysée, faut-il le signaler, a révélé que parmi les questions, qui alimentent la discorde algéro-française, figure en bonne position la situation sécuritaire au Sahel et l’entrée en scène de la Russie et l’intention exprimée par les autorités de transition au Mali de recourir aux services de la société de sécurité Wagner. A cela, il faut ajouter la décision prise par l’Algérie de fermer son espace aérien aux avions de l’armée française en opération au Mali depuis 2013.

La France, qui a décidé auparavant de réduire sa présence militaire dans le nord du Mali a été, selon des sources françaises, engluée dans d’insolubles problèmes de tout ordre, qui ont eu un impact négatif sur la protection de ses énormes intérêts économiques et stratégiques dans le sud du Mali, le Burkina Faso et surtout le Niger et ses gisements d’uranium. Sans le dire explicitement, la France espérait que l’armée algérienne prenne le relais au nord du Mali. Mais cette perspective n’a jamais été évoquée par l’Algérie, malgré l’amendement de la Constitution, qui offrait la possibilité à l’ANP de participer à des opérations de maintien de la paix en dehors des frontières du pays.

En juin dernier, Abdelmadjid Tebboune s’était engagé à ne jamais laisser le nord du Mali devenir un « sanctuaire pour les terroristes », mais a ajouté que la solution ne réside nullement dans une intervention militaire algérienne. « Les éléments de l’ANP ne seront jamais sacrifiés pour de l’argent, comme le font les mercenaires », a précisé le chef de l’Etat lors de la rencontre périodique avec les responsables de médias nationaux.

Alors qu’est-ce qui fait agiter Paris ? Apparemment ce sont les négociations entamées par les autorités maliennes avec la société Wagner, considérée comme le bras armé de la Russie. L’irruption au Sahel de la Russie, considéré comme un allié stratégique de l’Algérie inquiète la France et les Européens au plus haut niveau.

« Sur le Mali, le ministre français des Affaires étrangères a alerté son homologue russe sur les conséquences graves d’une implication du groupe Wagner dans ce pays », a indiqué le 24 septembre le Quai d’Orsay. Secrètement, Paris soupçonne Alger de soutenir l’intervention des Russes.

Le porte-parole du MAE a beau démentir, en dénonçant, « une manipulation grossière et malveillante ». Mais le journal Le Monde, qui est une voix autorisée, pense le contraire. Tout indique donc que la question du Sahel, qui constitue la pomme de discorde entre l’Algérie et la France.

M.M

L’Est Républicain, 24/10/2021