Les leçons de l’Afghanistan pour l’UE au Sahel

Les leçons de l’Afghanistan pour l’UE au Sahel. Les solutions sécuritaires ne peuvent pas résoudre des problèmes fondamentalement politiques.

On a beaucoup parlé de la façon dont la victoire des Talibans va inspirer les djihadistes au Sahel. Il est tout aussi important que les gouvernements réfléchissent aux leçons à tirer de l’intervention afghane pour leurs propres stratégies.

Ayant travaillé sur ces deux questions, voici mes réflexions personnelles, tout en reconnaissant qu’elles sont pertinentes pour d’autres crises.

Les solutions sécuritaires ne peuvent pas résoudre des problèmes fondamentalement politiques.

L’une des raisons de l’échec de l’intervention en Afghanistan est l’accent mis sur les solutions sécuritaires. Celles-ci ne devraient jamais faire partie d’une stratégie politique plus large et lui être subordonnées, mais en Afghanistan, c’était généralement l’inverse.

Les déclarations grandiloquentes n’avaient que peu de rapport avec la réalité désordonnée sur le terrain, tandis que des priorités en constante évolution et souvent concurrentes sapaient les progrès.

Le revenu du coquelicot
En 2004, je me souviens avoir discuté de la façon dont l’éradication du pavot provoquerait une réaction négative de la part des agriculteurs pauvres. Pourtant, des années plus tard, les soldats soutenaient les efforts de lutte contre les stupéfiants dans les régions du cœur des Pachtounes, avec des effets prévisibles. Pendant ce temps, des milliards de dollars ont afflué en Afghanistan, contribuant au profit et à la corruption, ce qui n’a fait qu’aggraver les problèmes politiques sous-jacents.

Cela inclut la cooptation d’intermédiaires du pouvoir qui manquent de légitimité locale.

Bien qu’il soit largement reconnu que les problèmes du Sahel sont liés à la politique et à la gouvernance, les gouvernements tombent dans le même piège en donnant la priorité à la sécurité sur les réponses politiques et de développement.

Si autant d’efforts étaient consacrés à la mise en œuvre des engagements existants, comme l’accord de paix d’Alger de 2015 au Mali, et à la poursuite de réformes de gouvernance plus larges pour aider à rétablir les contrats sociaux entre l’État et ses citoyens, il y aurait plus de raisons d’espérer.

Les gouvernements doivent se recalibrer pour éviter l’échec, et commencer à répondre aux demandes cohérentes de leurs citoyens, telles que celles exposées par la Coalition des peuples pour le Sahel. C’est non seulement la bonne chose à faire, mais c’est aussi la chose intelligente à faire, car ne pas répondre aux griefs ne fait que les laisser ouverts à l’exploitation.

Le langage du « terrorisme » peut détourner l’attention des demandes légitimes et de la création de règlements politiques plus inclusifs.

Les occasions d’explorer un règlement politique véritablement inclusif ont été systématiquement manquées en Afghanistan, à commencer par la décision de ne pas engager les figures talibanes modérées qui étaient initialement ouvertes au dialogue.

Lorsque Donald Trump est venu « négocier » le retrait des États-Unis, nombre d’entre eux avaient été éliminés et remplacés par des combattants plus extrémistes et aguerris qui ne voyaient aucune raison de faire des compromis lorsque leur objectif final était en vue.

Pendant ce temps, les troupes internationales étaient souvent exploitées à leur insu pour poursuivre des rivalités locales qui n’avaient rien à voir avec le « terrorisme », mais qui contribuaient néanmoins à alimenter le conflit.

En effet, le fait de qualifier indistinctement des groupes de « terroristes » permet d’éviter d’avoir à répondre à des demandes légitimes ou à des gouvernements qui reconnaissent leurs propres lacunes.

Au Sahel, les étrangers ont souvent exploité les injustices passées, en particulier parmi les groupes historiquement marginalisés. Certaines communautés ont été stigmatisées et sont devenues la cible de mesures de sécurité sévères parce qu’elles ont dû coexister avec des groupes terroristes, ce qui ne fait souvent que les aliéner davantage. S’attacher à répondre à leurs préoccupations sous-jacentes serait plus efficace pour les séparer de ces groupes.

De même, si les gens ne voient pas de moyen d’atteindre leurs objectifs par des moyens politiques, cela ne fera qu’encourager la violence comme moyen de poursuivre le changement. Il en résulte souvent que les voix modérées sont évincées en raison de la désillusion.

Les gouvernements (y compris les gouvernements internationaux) doivent donc être prêts à s’engager et à écouter tous les groupes d’intérêt légitimes sur le terrain, et pas seulement ceux qui sont considérés comme des partenaires commodes.

Ne sous-estimez pas l’impact corrosif de la corruption et de l’impunité. On oublie parfois que lorsque les talibans ont pris le pouvoir dans les années 1990, ils étaient populaires. Les Afghans ont salué le renforcement de la sécurité et l’accès à une justice rapide, largement considérée comme équitable, même si elle était brutale. C’était un changement bienvenu par rapport aux fonctionnaires corrompus et prédateurs et aux seigneurs de la guerre qui agissaient en toute impunité.

L’incapacité à s’attaquer à la corruption endémique au sein des nouvelles élites politiques et à punir les abus a non seulement sapé les efforts de « construction de la nation », mais a également désenchanté les Afghans ordinaires.

Des préoccupations similaires concernant la corruption, l’impunité et l’absence de services sont courantes au Sahel, comme en témoignent les conclusions accablantes du dialogue national inclusif de 2019 au Mali et les fréquentes manifestations populaires. La corruption ronge les institutions d’un État, sapant sa capacité à respecter son contrat social avec ses citoyens et affectant finalement leur opinion et leur loyauté envers l’État.

La rapidité avec laquelle les talibans ont repris le pouvoir en a surpris plus d’un, compte tenu de l’investissement international dans les forces de sécurité afghanes.

Mais la formation et l’équipement ne suffisent pas ; les individus doivent croire en ce pour quoi ils se battent et être prêts à sacrifier leur vie. Ce n’est pas quelque chose que des étrangers peuvent créer.

Plus d’honnêteté
Les partenaires internationaux ont certainement un rôle important à jouer, mais c’est le leadership local, la vision et l’appropriation qui font la différence entre un pays capable d’unir des groupes disparates pour voir au-delà des intérêts étroits et particuliers et travailler ensemble pour surmonter les conflits et l’instabilité afin d’assurer un meilleur avenir à sa population.

Ma dernière réflexion porte sur la nécessité d’une plus grande honnêteté. En Afghanistan, la coalition et le gouvernement afghan étaient trop disposés à croire leur propre propagande et réticents à s’attaquer aux véritables problèmes qui sapent les progrès.

Être un véritable partenaire, c’est aider les autres à voir leurs angles morts, mais aussi être prêt à reconnaître les siens, car les vrais amis vous disent ce que vous avez besoin d’entendre, et pas nécessairement ce que vous voulez.

Cat Evans, ancienne ambassadrice

EU Observer, 25/10/2021