Jeune Afrique enquête sur Jean-Yves Le Drian et son fils

Jeune Afrique enquête sur Jean-Yves Le Drian et son fils. Ils sont soupçonnés de conflits d’intérêts.

Jeune-Afrique s’est intéressé à Thomas Le Drian lorsqu’ils ont découvert sa présence au salon de l’armement auprès de son père. A l’époque, il avait 31 ans, présidente directeur de la Société Nationale Immobilière en France. Donc, c’est un déplacement qui n’a rien à voir avec ses fonctions professionnelles. Selon des déclarations faites par Vincent Duhel, journaliste à Jeune Afrique, ils ont été interpellés par le fait que Jean-Yves Le Drian l’a présenté de manière directe au prince héritier d’Abou Dhabi.

Duhem indique qu’après ça, ils ont découvert que Thomas Le Drian s’était lancé dans le conseil, un métier qu’on appelle porteur d’affaire et qui tentait de s’implanter sur le continent africain et au Moyen Orient. Un de ses plus grands partenaires est Bernard Squarcini qui est l’ancien patron de la Direction centrale du renseignement intérieur en France.

Ces derniers mois, les deux hommes approchent des sociétés françaises souvent dans le domaine de l’armement et des technologies de pointe. Ils proposent la promotion de l’entreprise auprès de Jean-Yves Le Drian. Thomas fait jouer ses réseaux et les réseaux de son père pour favoriser ses carnets d’adresse. Ce qui peut poser un conflit d’intérêt. Quels intérêts défend le ministre Jean-Yves Le drian ? Ceux de la France ? Ceux de la Bretagne quand il favorise les entreprises bretonnes ? Ou bien parfois ceux de son fils ?, se demande Vincent Duhem.