Mission de visite du Conseil de sécurité au Mali et au Niger

Mission de visite du Conseil de sécurité au Mali et au Niger. La France et le Niger co-dirigent la mission, qui se déroulera du 23 au 25 octobre.

Hier soir (22 octobre), les membres du Conseil de sécurité sont partis pour une mission de visite au Mali et au Niger. La France et le Niger co-dirigent la mission, qui se déroulera d’aujourd’hui (23 octobre) à lundi (25 octobre). Il s’agira de la première mission de visite du Conseil depuis le déclenchement de la pandémie de COVID-19 l’année dernière.

La mission de visite a plusieurs objectifs principaux. Au Mali, les membres du Conseil visent à évaluer les progrès de la transition politique au Mali, y compris les préparatifs des élections législatives et présidentielles de l’année prochaine ; examiner la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation du Mali de 2015 ; et évaluer la crise sécuritaire dans le centre du Mali. L’un des principaux objectifs de l’étape nigérienne du voyage sera le Groupe des Cinq pour la Force conjointe du Sahel (FC-G5S), en particulier à la lumière de la lettre du 5 octobre du Secrétaire général au Conseil sur les options pour accroître le soutien au FC- G5S.

Visite au Mali

Au cours de la visite au Mali, les membres du Conseil devraient rester à Bamako, où ils devraient rencontrer des représentants du gouvernement de transition, des parties signataires de l’accord de paix de 2015, de l’équipe internationale de médiation de l’accord et de la Communauté économique. des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Ils rencontreront également des organisations de la société civile, y compris des organisations de femmes et de jeunes, et des représentants de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et d’autres entités des Nations Unies au Mali.

Un objectif majeur de la visite au Mali sera la transition politique, qui a été établie pour une période de 18 mois après le coup d’État d’août 2020 qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta. Le premier tour des élections législatives et présidentielles pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel est prévu le 27 février 2022. Mais depuis le deuxième coup d’État du 24 mai qui a renversé les hauts dirigeants civils de la transition et fait du colonel Assimi Goïta le président de la transition, le Mali semble de moins en moins tenir ces élections à temps. Le dernier rapport du Secrétaire général sur le Mali, daté du 1er octobre, exprime une « grande préoccupation » concernant les retards dans « la préparation de la tenue des élections générales et de l’achèvement de la transition politique ».

La CEDEAO, qui a négocié la transition avec les autorités militaires en septembre 2020 et début octobre 2020, a réitéréses exigences lors d’un sommet spécial le mois dernier que les élections se tiennent « dans le délai non négociable de février 2022 », et a décidé qu’il imposerait des sanctions à ceux qui ont un impact négatif sur l’achèvement de la transition. Les membres du Conseil ont soutenu les efforts de la CEDEAO depuis l’année dernière pour rétablir l’ordre constitutionnel, et ils sont susceptibles de réitérer leur attente lors de la mission de visite que les élections se déroulent comme prévu. Dans le même temps, la mission est l’occasion pour les membres du Conseil de se concerter avec leurs interlocuteurs, dont la CEDEAO, pour mieux comprendre la faisabilité de ces élections organisées d’ici février et comment le Conseil peut accompagner et renforcer la transition afin qu’elle puisse être complété.

Le Conseil entend également évaluer la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali de 2015 et en savoir plus sur les mesures envisagées par les parties pour mettre en œuvre l’accord. La situation sécuritaire, en particulier la crise dans le centre du Mali, est un autre point important. Comme indiqué dans le rapport du Secrétaire général, les groupes extrémistes renforcent leur contrôle territorial, notamment en instituant des blocus de villages dans la région centrale, et l’insécurité continue de s’étendre dans les régions du sud. Les membres du Conseil rechercheront probablement plus d’informations sur les mesures prises par les autorités pour mettre en œuvre une stratégie globale menée par des dirigeants politiques pour protéger les civils, réduire la violence intercommunautaire et rétablir la présence, l’autorité et les services de base de l’État dans le centre du Mali.

Le mandat de la note de mission de visite que le Conseil discutera du Secrétaire générale 16 Juillet rapport sur les progrès de la Force Plan d’ adaptation de MINUSMA et des recommandations sur les niveaux de force de la mission et la troupe et au plafond d’ un rapport de police que le Conseil a demandé, parce que de l’insécurité croissante dans le centre du Mali, à travers la résolution 2584 du 29 juin qui a renouvelé le mandat de la MINUSMA. Le rapport du Secrétaire général du 15 juillet propose d’augmenter le plafond des forces autorisées de la MINUSMA de 2 069 personnes en uniforme.

Le Conseil a entamé le mois dernier des négociations sur un projet de résolution visant à relever le plafond des forces sur la base de la recommandation. Cependant, ces discussions ont été suspendues car le Mali a soulevé des objections – apparemment de ne pas avoir été consulté sur la proposition – et a affirmé que les troupes supplémentaires ne feraient aucune différence à moins qu’elles ne reçoivent également un mandat plus robuste. Pour sa part, le Secrétaire général a indiqué dans son rapport de juillet que l’augmentation des effectifs ne fera pas une différence durable tant que les autorités maliennes ne développeront pas une stratégie politique pour renforcer la présence de l’Etat et protéger les civils. La réunion des membres du Conseil avec les autorités de transition au Mali peut être l’occasion d’approfondir la question.

Les termes de référence indiquent que le Conseil a l’intention d’évaluer « les défis en matière de droits de l’homme et les mécanismes en place pour les surveiller et les résoudre ». Les membres du Conseil visent également à examiner la réponse plus large de l’ONU pour s’attaquer aux facteurs de conflit et aux défis de gouvernance plus larges.

Il s’agira de la cinquième mission de visite du Conseil au Mali depuis la création de la MINUSMA en 2013. Le Conseil s’était déjà rendu dans le pays en février 2014, mars 2016, octobre 2017 (lorsqu’il s’était également rendu au Burkina Faso et en Mauritanie) et en mars 2019 (lorsqu’il allé au Burkina Faso). Cette mission intervient au milieu des récentes tensions publiques entre les autorités maliennes et la France, depuis l’annonce de Paris en juin, peu après le coup d’État du 24 mai, qu’elle réduirait sa force antiterroriste régionale de 5 100 membres, l’opération Barkhane, à environ 2 500-3 000. troupes. Par la suite, il a été rapporté que le Mali envisage un accord pour permettre au groupe Wagner, un entrepreneur militaire privé russe, de se déployer dans le pays.

Visite du Niger

Du Mali, les membres du Conseil se rendront à Niamey pour tenir des réunions avec le gouvernement nigérien et l’équipe de pays des Nations Unies. Ils devraient également rencontrer le général de division Oumar Bikimo, commandant de la force du FC-G5S, et Eric Tiare, secrétaire exécutif du Groupe des Cinq pour le Sahel, qui comprend le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger.

Au cours de la visite, les membres du Conseil devraient procéder à un échange de vues avec les autorités nigériennes sur la situation sécuritaire, humanitaire et de développement au Sahel. Ils discuteront des efforts visant à protéger les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur du pays, et les effets du changement climatique sur la région.

Un sujet important sera probablement le soutien au FC-G5S, que les pays du G5 Sahel ont créé en 2017 pour lutter contre les groupes terroristes et criminels transnationaux dans la région. Dans une lettre datée du 4 octobre, le Secrétaire général propose deux options pour accroître le soutien au FC-G5S. Une option est un bureau de l’ONU dédié pour fournir un soutien logistique aux opérations de forces conjointes. Le Secrétaire général a déclaré dans sa lettre qu’il préférait cette option – qu’il a recommandée depuis 2017 – car il la considère comme l’approche la plus efficace pour fournir un soutien prévisible, y compris un financement, au FC-G5S.

Selon la lettre du Secrétaire général, cette option impliquerait d’étendre le soutien actuellement fourni par la MINUSMA (consommables de vie et évacuation sanitaire à l’intérieur des frontières du Mali) pour couvrir les services d’ingénierie, de maintenance, de communication et de technologie de l’information ; transport de marchandises; fournitures médicales; et l’évacuation médicale et des blessés dans toutes les zones d’opérations du FC-G5S. Le bureau pourrait être financé par les contributions statutaires de l’ONU ou le financement des donateurs. Il pourrait soit être conçu en s’appuyant davantage sur la prestation de services fournis par l’ONU qui implique une plus grande empreinte du personnel de l’ONU, soit maximiser l’utilisation de l’externalisation, avec une empreinte de l’ONU plus légère.

La deuxième option est de mettre en place un « Bureau de conseil auprès du Secrétariat exécutif du G5 Sahel ». Ce bureau fournirait une assistance technique et spécialisée pour renforcer l’autosuffisance du FC-G5S en fournissant des conseils dans les domaines des affaires politiques, des droits de l’homme, de la planification opérationnelle et de la planification administrative, y compris sur les modalités d’une mise en commun et d’un partage adéquats des ressources.

Les membres du Conseil restent divisés sur la question de savoir comment soutenir le FC-G5S. La France et le Niger sont de fervents défenseurs de l’établissement d’un bureau des Nations Unies qui fournit un soutien logistique. Le Royaume-Uni et les États-Unis, d’autre part, se sont fortement opposés à l’idée. Ils s’opposent à l’utilisation des contributions fixées par l’ONU pour des missions non onusiennes et ne sont pas convaincus qu’un tel bureau de soutien puisse être plus efficace qu’un soutien militaire bilatéral. Ils ont également exprimé des inquiétudes, que certains autres membres semblent partager, concernant l’établissement d’une opération de l’ONU pour soutenir une opération antiterroriste qui pourrait compromettre les principes de maintien de la paix de l’ONU et mettre l’ONU en position de fournir un soutien au FC-G5S malgré son violations des droits humains.

En discutant du FC-G5S, les membres du Conseil ont l’intention d’évaluer la mise en œuvre de la politique de diligence raisonnable des Nations Unies en matière de droits de l’homme qui établit des normes pour recevoir le soutien de l’ONU. Selon les termes de référence, le Conseil réaffirmera également son point de vue selon lequel la stabilisation du Sahel nécessite une réponse intégrée menée par les gouvernements de la région, avec le soutien du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), les organisations régionales et le communauté internationale plus large.

Le Conseil s’est rendu pour la dernière fois au Niger dans le cadre de sa mission de visite de mars 2017 dans le bassin du lac Tchad qui s’est également rendu au Cameroun, au Tchad et au Nigéria.

À son retour à New York, le Conseil doit tenir une séance d’information sur le Mali le 29 octobre, date à laquelle les co-chefs de la mission de visite devraient présenter leur rapport sur la mission.

Security Council report, 23/10/2021