Algérie: Quand l’armée française jouait les pirates de l’air

Algérie: Quand l’armée française jouait les pirates de l’air. La France a commis la première opération de piraterie aérienne de l’histoire de l’humanité a été menée par les services secrets français le 22 octobre 1956. Un épisode clé de la guerre d’Algérie.

Ce jour là , la france a commis la première opération de piraterie aérienne de l’histoire de l’humanité a été menée par les services secrets français le 22 octobre 1956. Un avion à bord duquel se trouvaient cinq leaders de la révolution algérienne de premier plan. Un épisode clé de la guerre d’Algérie. Il s’agit surtout de gauche à droite :
• Ahmed Ben Bella ;
• Mohamed Boudiaf;
• Houcine Aït Ahmed ;
• Mostafa Lacheraf ;
• Mohamed Khider.

Lorsqu’ils ont détourné l’avion marocain, qui transportait cinq des plus célèbres dirigeants de la révolution de libération algérienne, alors qu’ils revenaient de Rabat à Tunis pour assister au colloque maghrébin sur la coordination des efforts de lutte contre le colonialisme.

La révolution algérienne était à l’époque dans sa deuxième année, tandis que l’enlèvement, qui a suscité une grande condamnation internationale, a attiré une sympathie sans précédent pour ses objectifs, et a déclenché des soulèvements populaires sanglants dans les pays du Maghreb. Alors que l’incident a révélé une situation intérieure française divisée entre l’armée et le gouvernement à l’époque, préfigurant un coup d’État militaire qui a mis fin plus tard au cours de la IVe République et a remplacé sa cinquième version sous la direction du général de Gaulle.

L »équipage de l’avion « DC3 » appartenant à la compagnie marocaine Atlas ne connaissait pas l’identité des passagers qui se trouvaient à bord, mais ils ont reçu des instructions strictes des autorités marocaines que la trajectoire de vol devait être au-dessus des eaux internationales et ne pas entrer dans l’espace aérien algérien. . En plus de ces passagers notables, il y avait une équipe de presse marocaine et française qui allait couvrir le sommet du Maghreb.

Cependant, les autorités françaises étaient au courant de la trajectoire de l’avion, et avec l’approbation des chefs militaires à Paris et en Algérie, des avions militaires ont volé pour prendre l’avion des leaders de la révolution algérienne vers l’aéroport de leur capitale. Lorsque l’avion a atterri, Ben Bella et ses compagnons pensaient avoir atteint la Tunisie, jusqu’à ce qu’ils voient par les fenêtres les soldats qui les assiégeaient, dont certains ont franchi la porte de l’avion, armés jusqu’aux dents, pour les lâcher. « Nous n’étions pas sûrs d’avoir été kidnappés jusqu’à ce moment-là », explique Ben Bella.

Après cela, les chefs de la résistance algérienne ont été emmenés, menottés, à la prison du centre de renseignement français à Alger, puis dans une prison en France, qu’ils n’ont quittée qu’après l’indépendance de l’Algérie. Suite à la propagation de la nouvelle de l’enlèvement, des soulèvements populaires ont éclaté dans les trois pays maghrébins respectivement l’Algérie , la Tunisie et le Maroc.

Tarek Benaldjia