UE : La Pologne réprimandée

UE : La Pologne réprimandée. Les dirigeants européens se sont succédé, jeudi, pour réprimander Varsovie pour avoir contesté les fondements juridiques de l’Union européenne

BRUXELLES, 21 octobre (Reuters) – Les dirigeants européens ont fait la queue pour réprimander Varsovie, jeudi, pour avoir contesté les fondements juridiques de l’Union européenne, mais le Premier ministre polonais a déclaré qu’il ne céderait pas au « chantage » en participant à un sommet des 27 pays de l’Union.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré qu’il était prêt à résoudre les différends avec Bruxelles, même si beaucoup s’inquiètent du fait qu’un fossé idéologique tenace entre l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest constitue une menace existentielle pour l’UE elle-même.

« Il y a quelques jours, le fondement juridique de notre Union a été remis en cause », a déclaré le président du Parlement européen, David Sassoli, dans une lettre alors que les dirigeants se réunissaient à Bruxelles pour leur sommet.

« Ce n’était pas la première fois, bien sûr, et ce ne sera pas la dernière. Mais jamais auparavant l’Union n’avait été remise en question de manière aussi radicale », a déclaré le chef de l’assemblée de l’UE.

Les tensions de longue date entre les nationalistes polonais au pouvoir et la majorité libérale de l’Union se sont exacerbées depuis que le tribunal constitutionnel polonais a jugé ce mois-ci que certains éléments de la législation européenne étaient incompatibles avec la charte du pays, remettant ainsi en cause un principe central de l’intégration européenne.

Ce différend risque non seulement de précipiter une nouvelle crise fondamentale pour le bloc, qui est toujours aux prises avec les conséquences du Brexit. Il pourrait priver la Pologne des généreuses aides de l’UE.

LES CLUBS ONT DES RÈGLES

« Certaines institutions européennes s’arrogent le droit de décider de questions qui ne leur ont pas été attribuées », a déclaré M. Morawiecki en entrant dans les discussions, qui interviennent deux jours après que la Commission européenne, organe exécutif, a menacé de prendre des mesures contre Varsovie.

« Nous n’agirons pas sous la pression du chantage (…) mais nous parlerons bien sûr de la manière de résoudre les différends actuels par le dialogue. »

Ses homologues occidentaux plus riches sont particulièrement désireux d’empêcher que les contributions en espèces de leurs gouvernements à l’UE ne profitent à des politiciens socialement conservateurs qui, selon eux, sapent les droits de l’homme fixés dans les lois européennes.

« Si vous voulez avoir les avantages d’être dans un club … alors vous devez respecter les règles », a déclaré le Premier ministre belge Alexander de Croo. « Vous ne pouvez pas être membre d’un club et dire ‘les règles ne s’appliquent pas à moi' ».

Les dirigeants de pays allant de l’Irlande à la France ont exhorté Varsovie à rentrer dans le rang. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, faisant référence à la refonte judiciaire de la Pologne qui place ses tribunaux sous un plus grand contrôle du gouvernement, a déclaré qu’il était difficile de voir comment de nouveaux financements européens pourraient être acheminés vers le pays d’Europe de l’Est, ajoutant : « Nous devons être fermes ».

Un fonctionnaire de l’UE a déclaré que M. Rutte avait tenu bon lorsque la question a été abordée lors du sommet, mais la plupart des dirigeants ont déclaré que les décisions sur la manière de traiter la Pologne devaient être laissées à la Commission européenne.

Le parti Droit et Justice (PiS) de M. Morawiecki a fait monter les enchères après des années de querelles de plus en plus âpres avec l’UE sur une série de principes démocratiques, allant de la liberté des tribunaux et des médias aux droits des femmes, des migrants et des personnes LGBT.

Pour l’instant, la Commission a interdit à Varsovie d’utiliser les 36 milliards d’euros de subventions et de prêts qu’elle a demandés aux fonds européens pour aider son économie à se remettre de la pandémie de COVID-19.

La plus haute juridiction de l’UE pourrait également infliger de nouvelles amendes à la Pologne, le plus grand pays ex-communiste de l’UE, qui compte 38 millions d’habitants.

Pour l’Union européenne, ce nouveau rebondissement dans les querelles avec le parti eurosceptique PiS intervient à un moment délicat. L’année dernière, l’UE a fait un bond en avant vers une intégration plus étroite en acceptant d’emprunter conjointement 750 milliards d’euros pour financer la reprise économique post-pandémique, en surmontant la forte résistance des riches États du Nord.

PAS DE « POLEXIT

M. Morawiecki a écarté l’idée d’un « Polexit », c’est-à-dire d’une sortie de l’Union européenne, et le soutien populaire à l’adhésion reste de 88 % en Pologne, qui a énormément bénéficié des fonds européens depuis son adhésion en 2004.

Mais Varsovie, soutenue par le Premier ministre hongrois Viktor Orban, veut rendre les pouvoirs aux capitales nationales et s’en prend à ce qu’elle considère comme des pouvoirs excessifs de la Commission européenne.

« La Pologne est l’un des meilleurs pays européens. Il n’y a pas besoin de sanctions, c’est ridicule », a déclaré M. Orban.

Alors que beaucoup se sont montrés de plus en plus frustrés par l’échec des tentatives de convaincre Varsovie de changer de cap, la chancelière allemande sortante Angela Merkel a mis en garde contre l’isolement de la Pologne.

« Nous devons trouver des moyens de revenir ensemble », a-t-elle déclaré, ajoutant que porter de multiples affaires contre la Pologne devant la Cour de justice de l’Union européenne n’était pas une solution.

Son influence est toutefois affaiblie alors que la vétérane de plus de 100 sommets au cours de ses 16 années au pouvoir se rend à Bruxelles pour ce qui pourrait être son dernier rassemblement de dirigeants européens avant de passer la main à un nouveau chancelier allemand.

Reuters