Guerre au Sahara Occidental : Reportage d’Associated Press

Guerre au Sahara Occidental : Reportage d’Associated Press. Elle est menée par des jeunes Sahraouis fatigués d’attendre le référendum promis par l’ONU.

RÉGION DE MAHBAS, Sahara occidental (AP) – Alors que le soleil rougeoyant s’enfonçait derrière la barrière de sable qui traverse le territoire contesté du Sahara occidental, le bataillon de Sidati Ahmed a lancé deux missiles qui ont grésillé dans l’air, puis a suivi avec une attaque d’artillerie.

En quelques minutes, un barrage d’obus de mortier a volé dans la direction opposée, depuis les positions marocaines, atterrissant avec une épaisse colonne de fumée dans le désert aride de ce qui est connu comme la dernière colonie d’Afrique.

« Des hostilités de faible intensité », comme les décrit un récent rapport des Nations Unies, ont fait rage l’année dernière le long du mur de sable de 2 700 km, une barrière dont la longueur n’est dépassée que par celle de la Grande Muraille de Chine et qui sépare la partie du Sahara occidental contrôlée par le Maroc de la partie détenue par le Front Polisario, qui souhaite l’indépendance du territoire. Les deux parties revendiquent la zone dans son intégralité.

Pendant près de 30 ans, cette bande de désert nord-africain de la taille du Colorado – qui repose sur de vastes gisements de phosphate, fait face à de riches zones de pêche et serait dotée de réserves pétrolières offshore – est restée dans les limbes, dans l’attente d’un référendum qui était censé permettre au peuple sahraoui de décider de son avenir. Au lieu de cela, alors que les négociations sur les personnes autorisées à voter s’éternisaient, le Maroc a renforcé son contrôle sur le territoire, qui était une colonie espagnole jusqu’en 1975.

L’année dernière, le Front Polisario a annoncé qu’il ne respecterait plus le cessez-le-feu de 1991 qui a mis fin à 16 ans de guérilla avec le Maroc.

Cette décision a été alimentée par la frustration des jeunes Sahraouis, dont beaucoup sont nés dans des camps de réfugiés en Algérie, n’ont jamais vécu dans la patrie de leurs ancêtres et sont fatigués d’attendre le référendum promis par l’ONU.

« Tout le monde est prêt pour la guerre », a déclaré Ahmed, qui a passé plus de la moitié de ses 32 ans à Cuba avant de revenir s’engager pour la bataille lorsque la trêve a pris fin l’année dernière.

« Nous en avons assez. La seule chose qui va nous ramener notre patrie, c’est ça », a déclaré Ahmed en montrant son arme AK-47, alors qu’il se tenait sur la ligne de front à Mahbas. La région, au carrefour du Maroc, de la Mauritanie et de l’Algérie, est le théâtre de la plupart des échanges de tirs.

Ahmed est typique d’une génération de jeunes Sahraouis, dont la plupart ont voyagé à l’étranger pour étudier – de l’Espagne à la Libye – mais sont revenus dans les camps pour fonder des familles. Et ils ont dit à leurs aînés qu’ils ne veulent pas mourir en exil, sans avenir à offrir à leurs propres enfants.

« La vie à l’étranger peut être tentante », a déclaré Omar Deidih, un soldat au visage poupon et étudiant en cybersécurité qui, lors d’une récente visite sur la ligne de front organisée par le Polisario, a parlé aux journalistes étrangers dans un anglais courant. « Mais le plus important est que nous ayons du sang neuf dans cette nouvelle phase de la lutte ».

La possibilité, aussi infime soit-elle, que les affrontements dégénèrent en une guerre régionale totale est peut-être le seul espoir du Polisario d’attirer l’attention sur un conflit qui fait peu de victimes connues dans un coin vaste mais oublié du désert. Nombreux sont ceux qui, dans les camps, estiment que les efforts visant à régler définitivement le statut du Sahara occidental se sont essoufflés depuis que le Maroc a proposé une plus grande autonomie pour le territoire en 2004.

Les espoirs d’indépendance du front ont subi un coup dur l’année dernière lorsque les États-Unis, dans les derniers jours de l’administration Trump, ont soutenu la revendication du Maroc sur le territoire, dans le cadre des efforts visant à amener le Maroc à reconnaître Israël. D’autres pays, dont le principal allié du Polisario, l’Algérie, reconnaissent l’indépendance du Sahara occidental, tandis que d’autres encore soutiennent les efforts de l’ONU en faveur d’une solution négociée.

Les tensions croissantes ont attiré l’attention des Nations unies, dont la force Minurso a supervisé le cessez-le-feu et dont le secrétaire général a récemment nommé Staffan de Mistura, un diplomate italien chevronné et ancien envoyé des Nations unies pour la Syrie, pour prendre en charge les négociations.

Le leader du Polisario, Brahim Ghali, a prévenu la semaine dernière que de Mistura devait recevoir un mandat clair du Conseil de sécurité pour organiser un référendum. Le Sahara Occidental sera devant le Conseil le 28 octobre, lorsque les membres voteront sur l’extension de la mission de la Minurso.

La réalisation de progrès est également une question de légitimité pour le Polisario. Après des années de division interne, les nouvelles hostilités ont rallié les partisans de l’indépendance autour de sa direction, mais beaucoup craignent que l’absence de résultats ne conduise à une plus grande radicalisation.

Dans les camps, les tirs en provenance de la ligne de front se répercutent fortement sur les réfugiés, qui ont été forcés de faire face à la précarité de leur existence lorsque l’aide humanitaire dont ils dépendent s’est ralentie pendant la pandémie.

Les missions médicales ont été interrompues, les médicaments se sont fait rares et les prix de la viande de chameau, de chèvre et de poulet ont augmenté, explique Dahaba Chej Baha, 29 ans, réfugiée dans le camp de Boujdour. Un matin récent, cette mère d’un enfant de 3 ans s’abritait à l’ombre alors qu’elle en était à sa troisième heure d’attente pour qu’un camion algérien lui livre des bonbonnes de gaz.

« Tout est si difficile ici », a déclaré Chej Baha, ajoutant que ceux qui auraient normalement trouvé des moyens de travailler à l’étranger et d’envoyer de l’argent se sont retrouvés piégés en raison des restrictions de voyage liées à la pandémie. « Je n’aime pas la guerre, mais j’ai le sentiment que rien ne va changer sans elle ».

Meima Ali, une autre mère, avec trois enfants, a déclaré qu’elle était contre la guerre, mais que sa voix n’était pas écoutée dans une communauté dominée par les hommes.

« Mon mari doit décider entre trouver du travail ou passer pour un traître parce qu’il n’est pas allé au front », dit-elle. « Comment vais-je pouvoir survivre sans lui ? Ici, nous vivons comme si nous étions morts. « 

Le Maroc nie qu’un conflit armé fasse rage dans ce qu’il appelle ses « provinces du sud », où environ 90 000 Sahraouis vivraient aux côtés de 350 000 Marocains. Le Maroc a déclaré à la mission de l’ONU que ses troupes ne ripostent que « dans les cas de menace directe » et « toujours en proportion des actions » du Polisario.

Dans une réponse aux questions de l’Associated Press, le gouvernement marocain a déclaré qu’il y a eu des « attaques unilatérales » par le Polisario mais aucune victime du côté marocain.

Il a qualifié tout effort visant à présenter le conflit comme quelque chose de plus important d' »éléments de propagande destinés aux médias » et de « gesticulations désespérées pour attirer l’attention ».

Intissar Fakir, experte de la région pour le Middle East Institute basé à Washington, a déclaré qu’un conflit à part entière – qui pourrait opposer le Maroc et l’Algérie – n’était dans l’intérêt de personne. Mais elle a ajouté que la négociation d’une solution durable ne serait pas facile non plus.

« Peut-être qu’en termes de droit international, le Polisario a sa place, mais je pense que le Maroc est ici le plus fort qu’il n’ait jamais été, avec la reconnaissance des États-Unis et le contrôle de facto de la plupart du territoire », a-t-elle déclaré. Mais le Polisario, a-t-elle ajouté, « est plus ancré dans sa propre position parce qu’il n’a vraiment rien à perdre à ce stade. »

Bien que de nombreuses personnes interrogées par l’AP dans les camps ou sur la ligne de front aient exprimé leur frustration face aux années de négociations que le Polisario a défendues jusqu’à l’année dernière, les critiques ouvertes sont difficiles à trouver dans une communauté aussi soudée.

Baali Hamudi Nayim, un vétéran de la guerre des années 1970 et 1980 contre la Mauritanie et le Maroc, a déclaré qu’il avait été contre le cessez-le-feu de 1991.

« Si cela ne tenait qu’à moi, le temps d’une solution politique sans aucune garantie, par l’intermédiaire de l’ONU ou d’autres, est révolu », a déclaré Hamudi, qui a repris son costume de guérillero pour superviser des bataillons dans les Mahbas rétifs. « Pour moi, la solution est militaire ».

Les journalistes de l’Associated Press Bernat Armangué dans les camps de réfugiés sahraouis et Tarik El Barakah et Mosa’ab Elshamy à Rabat, au Maroc, ont contribué à ce reportage.

Associates Press, 21/10/2021