La politique étrangère algérienne se définit dans l’action

-L’Algérie a toujours consacré une large part de son action diplomatique à la défense des principes de liberté, d’indépendance des peuples. Et en premier lieu la fin de la décolonisation du Sahara occidental occupée de plus de quatre décennies par le Maroc.
-L’Algérie est témoin que le monde d’aujourd’hui fait face sans cesse aux défis graves, tels le terrorisme, les conflits internes, l’ingérence étrangère notamment dans le Monde arabe et l’Afrique.

L’Algérie a toujours consacré une large part de son action diplomatique à la défense des principes de liberté, d’indépendance des peuples. C’est parce que ces principes, encore une fois, sont en harmonie avec les fondements de la politique intérieure du pays fondée sur des valeurs toujours défendues sur la scène diplomatique. Il s’agit d’un itinéraire constant qui porte en haut lieu de la liste où figurent la priorité de la sauvegarde de la paix et de la stabilité, notamment régionale, les relations de bon voisinage, le développement de la coopération bilatérale avec tous les partenaires de la scène politique globale.

La réalisation des objectifs de la politique étrangère du pays est conduite par les intérêts nationaux légitimes, ayant recours à l’activité diplomatique, à l’amitié partagée afin de promouvoir encore les relations traditionnelles avec les pays amis et d’améliorer les partenaires de la communauté internationale avec l’Algérie partage les positions conjointes sur les questions internationales et aidant à l’avancée de la scène algérienne sociale, économique et culturel sur l’international et constituant un grand potentiel pour la promotion continuie des relations bilatérales. L’Algérie est témoin que la situation régionale aujourd’hui fait face à des défis graves, tels le terrorisme, de plus en plus cyber terrorisme, menaces de déstabilisation, immigration clandestine, trafic de tout genre etc. L’une des priorités-clés de l’Algérie est la préservation de la paix et de la sécurité à travers le monde et particulièrement dans la région. L’Algérie est témoin que le monde d’aujourd’hui fait face sans cesse aux défis graves, tels le terrorisme, les conflits internes, l’ingérence étrangère notamment dans le Monde arabe et l’Afrique.

Comme tous les pays du monde, l’Algérie a ses priorités dans la politique étrangère clairement déterminée sur la scène internationale à savoir : une action internationale qui s’inscrit dans le processus de prolongement naturel de ses choix internes. C’est vers cette direction que sa politique étrangère a été orientée dans ses relations avec les pays de son environnement immédiat, avec les pays arabes et africains et ceux d’Asie et d’Amérique latine. Le renforcement avec les forces de progrés et de démocratie dans le monde tout en œuvrant constamment pour le renforcement du système des Nations Unies en dépit de ses insuffisances.

La nouvelle Loi fondamentale du pays imprime une nouvelle orientation à la démarche du pays sur le plan international affirmant solennellement que désormais l’action constituera la projection d’une politique intérieure, elle-même tournée vers l’édification d’un Etat de droit, stable et économiquement prospère. En effet, puisant son inspiration dans ses options fondamentales et sa vocation tiers-mondiste, la politique étrangère du pays est articulée, autour des principes et objectifs suivants : défense de l’indépendance nationale, préservation de l’identité nationale, refus de toutes les ingérences étrangères, refus des bases militaires, solidarité avec tous les peuples et mouvements de libération nationale.

Dans cet esprit, attachée à la paix, aux Droits de l’homme, l’Algérie conduit sa politique étrangère, de manière à consolider sa présence et son influence dans le concert des Nations à travers des partenariats fondés sur l’intérêt mutuel, en parfaite cohérence avec les choix politiques, économiques, sociaux-culturels nationaux et dans le respect des objectifs et principes de l’ONU, de l’Union africaine (UA). De ce fait, l’Algérie participe effectivement a apporté son appui à la consolidation de la paix, de la stabilité eu progrès socio-économique régionale. En bon voisinage à tous ceux sont prêts à partager le fardeau de la responsabilité de la mise en œuvre de l’exploit historique conjoint de la construction d’une région développée et prospère.

Une démarche autour de laquelle, l’Algérie sera toujours engagée en partenaire sincère et fera toujours son possible politique pour préserver et encourager les processus positifs dans cette partie de l’Afrique. Et en premier lieu la fin de la décolonisation du Sahara occidental occupée de plus de quatre décennies par le Maroc. Une occupation qui représente l’exemple d’une flagrante violation des normes sur lesquelles repose l’ordre juridique international. Malheureusement, les agissements du Maroc encore à l’œuvre contre l’Algérie, le refus de l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui vont à l’opposée, soit dans le sens de bloquer et d’envenimer la situation régionale, notamment avec la présence affichée de l’entité sioniste au Maroc dont la présence constitue en danger pour la région et pour tout le continent africain.

Il y a lieu de rappeler que depuis le début du conflit entre le Maroc et le Front Polisario, l’Etat algérien agissant en partenaire constructif remplissant ses obligations et mettant en œuvre ses principes de paix dans la région ne cesse de mettre en évidence que ce conflit est une question de décolonisation et ce, à la différence du Maroc qui par ses actions irresponsables fait obstacle à une solution du conflit selon les résolutions pertinentes des Nations Unies. Pour l’Algérie il s’est toujours agi de réunir par la convergence de ses approches des principes fondamentaux de l’instauration d’un ordre mondial plus juste, démocratique et plus polycentrique sur la base du Droit international prônant la liberté des peuples.

L’Algérie plus grand pays du pourtour méditerranéen et de l’Afrique est témoin que la région dans son ensemble fait face sans cesse à des défis sécuritaires graves. Donc rien de plus normal pour l’Algérie de défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale et défendre à la fois le droit international, la Charte de l’ONU, celle de l’Union africaine et le principe du non-alignement ainsi que la préservation de la paix internationale. La vérité : La politique étrangère algérienne se définit dans l’action.

A.Z.

Lemaghrebdz, 20/10/2021