L’Algérie au centre d’une crise orageuse entre le Maroc et la Russie

La mèche s’allume entre le Royaume du Maroc et la Russie, au point que l’ambassadeur russe au Maroc a quitté son pays, alors que l’Algérie est citée comme l’une des raisons de l’aggravation de la crise entre Rabat et Moscou, l’allié traditionnel et historique de l’Algérie.

Le début a eu lieu le 5 octobre lorsque l’ambassade de Russie au Maroc a annoncé que la Royal Air Maroc avait décidé de suspendre les vols directs entre les deux pays, sachant que la compagnie marocaine garantissait deux vols par semaine.

Au cours du dernier week-end, les médias ont parlé du départ de l’ambassadeur russe au Royaume du Maroc, Valerian Shuvaev, mais ces rapports ne parlaient pas de la fin des missions, et se contentaient d’évoquer les nouvelles sans explications, ce qui indiquait que quelque chose d’anormal se passait, à l’abri des regards, entre Rabat et Moscou.

Moscou a également décidé de reporter la date du Forum de coopération russo-arabe au niveau des ministres des affaires étrangères, qui était prévu le 28 octobre dans la capitale marocaine.

La Ligue arabe a été informée la semaine dernière de la décision de le reporter à une date indéterminée, sous le prétexte que la réunion ne correspondait pas à l’agenda du ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

La Russie est considérée comme le troisième grand pays avec lequel le Maroc entre en crise, et cela risque de se compliquer davantage, pour s’ajouter à la crise qui touche le Maroc et les grands pays de l’Union européenne, l’Allemagne et l’Espagne depuis que Rabat a rappelé ses ambassadeurs dans ces deux pays.

L’Algérie entretient des relations exemplaires avec l’Allemagne et l’Espagne, mais ses relations avec la Russie sont qualifiées d’excellentes car Moscou est l’allié traditionnel et historique de l’Algérie, ce qui montre que la coopération algéro-russe a fait des progrès ces dernières années, et c’est ce qui explique la crise qui assombrit les relations entre Rabat et Moscou.

Après que la crise entre la Russie et le Maroc ait été connue de tous, les observateurs ont suggéré que cette crise pourrait avoir un rapport avec le rôle de la Russie au Maghreb, une crainte partagée par le régime du Makhzen avec la France, qui considère les côtes sud de la Méditerranée comme une zone d’influence stratégique.

Les relations entre la Russie et le Mali connaissent un développement remarquable, caractérisé par la signature du gouvernement de Bamako avec une institution de sécurité privée russe (Wagner), pour sécuriser et protéger les hauts fonctionnaires de l’Etat malien et de ses institutions. Cela a perturbé le régime du Makhzen, qui s’inquiète de l’approche de l’influence russe à ses prétendues frontières. Le Maroc accuse également la Russie de se ranger du côté de la position algérienne sur la question du Sahara occidental.

Selon les médias, le régime du Makhzen était très perturbé par l’accès de l’Algérie à des armes très avancées provenant de Russie, ce qui a perturbé l’équilibre des forces dans la région, un développement qui intervient au moment où les relations algéro-marocaines sont entrées dans une grave crise qui laissait présager des développements effrayants.

La crise diplomatique silencieuse entre Rabat et Moscou intervient après des années de stabilité, puisque le roi du Makhzen, Mohammed VI, s’est rendu en Russie en 2016, espérant ajuster l’équilibre des forces dans la relation russe entre les deux archi-voisins (Algérie et Maroc), en courtisant Moscou en déclarant la volonté du Maroc d’acheter des armes russes, mais le train de ce rapprochement s’est arrêté au milieu de la route, puisque Rabat n’a pas réussi à obtenir des armes russes de pointe comme le système avancé « S-400 » et à acheter des sous-marins de qualité, qui sont les armes que l’Algérie a obtenues et qui ont fait la différence dans le rapport de force avec son voisin occidental, qui est devenu exposé après avoir perdu le soutien de son allié traditionnel, les États-Unis d’Amérique sur le plan militaire, sous la pression de l’Espagne, qui est membre de l’OTAN.

Ces développements affaibliraient la position de négociation du Maroc dans les prochaines négociations contre le Front Polisario, avec le diplomate suédois, Staffan De Mistura, assumant sa mission d’envoyé du Secrétaire Général des Nations Unies au Sahara Occidental.