Le Courrier d’Algérie: Paris évoque le crime, pas ses auteurs

Algérie, 17 octobre, France, colonialisme, crimes coloniaux, #Algérie, #MauricePapon, #17octobre1961, #Colonialisme,

Du 17 octobre 1961 au 17 octobre 2021, la mémoire historique transmise de générations en générations d’Algériens, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, a fait qu’ils n’ont cessé d’exiger, de l’État Français, la reconnaissance du crime crapuleux et barbare commis en cette nuit glaciale par les autorités françaises, contre des centaines de milliers d’Algériens, manifestant pacifiquement à Paris contre la décision française d’imposer un couvre-feu à leur encontre de 20H à 5H30.

Dès le matin du 17 octobre 1961, la préfecture de police de Paris a réquisitionné le Parc des expositions, ce qui montre, affirme l’historien Emmanuel Blanchard, qu’elle ne se plaçait pas dans une logique de « maintien de l’ordre » mais qu’elle « préparait une rafle gigantesque » pour assassiner les dizaines de milliers d’Algériens manifestant pacifiquement au cœur de Paris, pour la liberté et la dignité d’un peuple en lutte pour son Indépendance. « Les Algériens étaient sortis à coups de poing des cars, ils se ramassaient par terre et là, passaient entre une haie de policiers qui les recevaient à coups de pieds, de poings, de bâtons, de bottes », la violence, témoigne un homme « est arrivée à un point que je n’arrivais pas à imaginer » dira-t-il, alors qu’il était en ce temps un jeune étudiant. Le monde et bien avant lui l’opinion française ont découvert, avec les centaines de corps d’Algériens, femmes, enfants, vieux, jeunes et moins jeunes jetés à la Seine de Paris, par les autorités policières françaises, non seulement la cruauté des pratiques du système colonial français en Algérie, qui a été jusqu’à exterminer les Algériens, en ce 17 octobre 1961, sous les cieux de Paris, qu’ils pensaient être la capitale des droits de l’Homme et des lumières. La chasse à l’homme lancée suite à des instructions émanant des plus hautes autorités de l’État français de l’époque, à la présidence, le Général De Gaulle, à la tête du gouvernement Michel Debré,- son fils Jean-Louis Debré a été l’instigateur de l’article 4 de la loi du 23 février 2005 qui enjoignait aux enseignants de faire état du rôle positif de la colonisation française, et le préfet de police, n’était autre que Maurice Papon, qui était avec son appareil policier répressif, seul criminel présent sur la scène du crime qui a duré plusieurs heures, voire des jours, en plein cœur de Paris.

Si les milliers d’Algériens qui n’ont pas connu le sort tragique de leurs frères, sœurs et enfants morts noyés dans la Seine, dont des corps ont été retrouvés des jours après, du côté de Rouen, comme le rappellent souvent les enfants des victimes et des historiens étrangers et français, des milliers d’Algériens sont restés entassés dans les locaux de police, au Palais des Sports, à Vincennes, ou au stade Coubertin, sans soins, ni assistance mais soumis, durant plusieurs jours, à des tortures, physiques et psychiques, de leurs bourreaux, les autorités policières de France. Si ce n’est qu’en 1991, que la voix étouffée des Algériens noyés dans la Seine commençaient, à peine, de raisonner dans la capitale française, notamment par des collectifs d’Associations, le travail remarquable de l’historien chercheur, Jean-Luc Einaudi, qui a mis la lumière sur les crimes des autorités françaises contre les Algériens en cette nuit du 17 octobre 1961.

Des assassinats d’Algériens par des policiers qui se sont aussi appuyés sur la complicité, dans ce crime de français partisans « de l’Algérie française », usant de tous les moyens : matraques, couteaux, manches de pioches ou des crosses de fusils .. « Ici on noie les Algériens » a rattrapé la politique des autorités françaises, imposant un rideau de fer sur la pire répression sanglante et barbare d’une manifestation qu’a connu, non seulement la scène Française, depuis la révolution de France, mais aussi européenne, comme le soulignent des historiens notamment des occidentaux, dont des français.

À ce jour, l’opinion française ainsi que les générations d’Algériens à l’intérieur et à l’extérieur de la France s’interrogent sur l’absence de toute information relative à l’identification du criminel, dans les textes portés sur les plaques commémoratives érigées en France, dont à Paris. La mémoire aux victimes des massacres du 17 octobre 1961 est inscrite, mais par qui ces meurtres ont été commis, n’y figure nulle part et ce n’est nullement un hasard. Dans une de ses déclarations, le défunt historien, Jean-Luc Einaudi, avait eu à affirmer que « la position de l’État français reste celle de Maurice Papon, il y a 50 ans », indiquant que la France officielle refuse de reconnaître ses crimes contre l’humanité, notamment, ceux commis en cette nuit du 17 octobre 1961, mais aussi ceux que son système colonial a perpétré contre les peuples, dont le peuple algérien.

Il est à rappeler qu’après cette nuit de massacres d’Algériens en plein Paris, les Algériens ont continué les jours suivant à être violentés, torturés, pourchassés et aussi expédiés en Algérie dans des camps d’internement, inspirés des pratiques du fascisme hitlérien. Le préfet de police de Paris, en poste depuis 1958, Maurice Papon, a continué d’occuper cette fonction, des années après la nuit de ses massacres contre les Algériens, pour ne le quitter qu’en 1967. Il a été condamné à dix ans de réclusion criminelle en 1998, non pour ces crimes contre les Algériens en cette nuit du 17 octobre 1961, ou ceux qu’il a commis bien avant et après cette date, mais pour «complicité de crimes contre l’humanité », en raison de son rôle dans la déportation de 1 690 juifs de Gironde.

La France officielle continue, à ce jour, 60 ans après, à fuir ses responsabilités engagées, dans ce qui a été son passé de colonisateur. Le défunt historien Jean-Luc Einaudi a chiffré à plusieurs centaines le nombre d’Algériens tués le 17 octobre 1961, alors que la France officielle occultait encore ce crime et, forcée par moment, avançait qu’ils n’étaient que près d’une quarantaine de victimes.

Dans son livre « la Bataille de Paris », Einaudi écrit, « jetés dans la Seine, tués par balle ou morts, le crâne fracassé par des manches de pioche ou des crosses de fusils: 50 ans après, (2010), une chape de silence officiel pèse toujours sur la sanglante répression d’une manifestation d’Algériens le 17 octobre 1961 à Paris ».

Karima Bennour

Le Courrier d’Algérie, 17/10/2021