Horizons: 17 Octobre 1961, un jour sang pour les Algériens

Algérie, France, 17 octobre 1961, crimes coloniaux, colonialisme, #Algérie, #Macron, #17octobre1961,

Jamais l’Histoire coloniale n’a été aussi fortement convoquée que durant ces derniers temps. Campagne électorale présidentielle française oblige, l’ancienne puissance coloniale remet au goût du jour ses missions civilisatrices dans les guerres impérialistes et coloniales qu’elle a fait subir notamment aux peuples du continent africain. Le président Macron a ouvert le feu dans une volte-face mémorielle jetant un froid inédit sur les relations algéro-françaises et donnant le LA à presque toute la classe politique de l’Hexagone. Et c’est, bien sûr, par l’Algérie que les candidats de l’extrême-droite puis de la droite ont entamé leur surenchère révisionniste. C’est que le «joyau» perdu de la France est resté en travers de la gorge des partisans de l’Algérie française. Une question se pose : marqueront-ils une pause dans leurs propos haineux à l’occasion de ce 17 Octobre ? Peut-être. Il faut juste leur rappeler que c’est Maurice Papon, celui qui a pris soin de déporter des milliers de juifs durant la Seconde Guerre mondiale vers les camps de concentration nazis, qui a été chargé par l’Etat français de mater coûte que coûte la marche pacifique des Algériens de Paris en 1961.
Alors que les relations diplomatiques entre l’Algérie et la France sont toujours tendues et au bord d’une rupture jamais égalée, et pour cause, les dernières déclarations du président français Emmanuel Macron sur la nation algérienne, une date et un massacre viennent rappeler à la France ses «œuvres» coloniales et à l’Algérie son combat pour la liberté, ses souffrances et ses martyrs.

Une date, le 17 Octobre 1961, une oppression des plus violentes, des Algériens tués et d’autres jetés vivants dans la Seine, avait remis en cause la France des «droits de l’homme ». Le tristement célèbre 17 Octobre est une tache des plus noires dans l’histoire coloniale de la France. A ce jour, la France ne se regarde pas en face et ne reconnaît que timidement ce qui s’est passé ce jour-là. Elle tente d’occulter cette terrible date et d’autres sinistres dates dans sa conquête de l’Algérie.

Après les années de l’indépendance de l’Algérie, il était impossible et inadmissible pour l’Etat français d’accepter le rappel de ces évènements, ou la commémoration de cette date sous quelques formes possibles. De Charles de Gaulle à Valéry Giscard d’Estaing, ces terribles événements sanglants ont été sciemment occultés pour préserver la nouvelle France et le fameux slogan «Liberté, égalité, fraternité».

Quand Octobre noir nous remet dans l’histoire !

Les Algériens de France de l’époque, à travers la Fédération de France, ne faisaient que remémorer dans un cadre restreint cette date de l’histoire du combat de l’Algérie. Il faut se rappeler qu’en ces temps troubles des années 1960 et 1970, les relations entre l’Algérie et la France, ancienne colonie «non repentie» encore, étaient tumultueuses. Nos immigrés sur la terre de Jean-Paul Sartre étaient la cible quasi quotidienne des groupes racistes et des «défenseurs» de «l’Algérie française». Des Algériens résidant en France étaient agressés et même «assassinés» dans les rues obscures, dans le métro à leur retour du travail le soir. Des Algériens partis pour travailler et gagner le «pain» de leurs familles restées en Algérie ont fait les «beaux jours» des mines françaises et ont fait tourner la machine chez Peugeot et Renault. Certains revenaient dans des cercueils.

L’avènement et la montée du socialisme en France, avec l’investiture de François Mitterrand en 1981, allaient atténuer un peu cette «haine» française envers les Algériens. Les relations entre les deux pays prennent un envol prometteur. Mais tout était d’ordre politique, diplomatique et économique. La mémoire, elle, devait attendre encore. Durant le règne de Mitterrand, rien de concret n’a été fait pour reconnaître ce 17 Octobre encore moins d’autres dates sanglantes de la guerre d’Algérie et du colonialisme français.

Durant ces années de l’après-indépendance de l’Algérie, les écrits d’historiens, algériens et français, ont permis d’entretenir la mémoire et mis à mal l’histoire de la colonisation. Les socialistes de Mitterrand, pris entre leurs «valeurs sociales et humanistes» et la position parfois «tiède» et souvent «froide» de leur leader Mitterrand vis-à-vis de l’histoire coloniale et la guerre d’Algérie, ne pouvaient vraiment aller de l’avant. L’histoire retient que Mitterrand était ministre de l’Intérieur de juin 1954 à février 1955 sous le gouvernement Pierre Mendès France.

Un révélateur, le procès Papon

Le président français le plus proche de l’Algérie et le plus à l’écoute de l’histoire commune est sans doute Jacques Chirac. C’est bien lui qui a fait le premier pas, lors de son 2e mandat, pour se rapprocher de l’Etat et du peuple algériens et aussi de l’histoire. C’est durant son règne que les Algériens ont pu ouvertement célébrer et commémorer les sanglants événements du 17 Octobre 1961. Finalement, c’est la droite qui a bousculé les choses dans le contexte politique des années 1990.

Et il fallait attendre le procès de Maurice Papon pour que les événements tragiques du 17 Octobre 1961 deviennent publics. Et attendre l’année 2012, quand, à l’occasion du 51e anniversaire de la manifestation, le président François Hollande «reconnaît avec lucidité», au nom de la République, la «sanglante répression» au cours de laquelle ont été tués «des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance».

Avant lui, il y a eu Sarkozy qui avait soufflé le chaud et le froid dans les relations entre les deux pays, tout comme le fait aujourd’hui le président Macron. Entre-temps, et entre les passages des présidents français, les Algériens n’ont jamais oublié ce qui s’est passé ce 17 Octobre, il ya de cela 60 ans. Chaque année, ils sont fidèles au rendez-vous de l’histoire et de la mémoire, ils se mettent sur les bords de la Seine pour rendre hommage aux martyrs de ce jour…quand des Algériens, lors d’une marche pacifique, seront tués en plein Paris et sous le regard de la France et du monde. Sur plus de 200 morts, des dizaines seront jetés dans la Seine…

Fayçal Charif

Horizons, 17/10/2021