The Washington Post : L’autocratie ne sauvera pas la Tunisie

The Washington Post, Tunisie, autocratie, Kaïs Saïed, #Tunisie, #KaisSaied, #Autocratie,

Le 29 septembre, le président Kais Saied a fait sourciller la Tunisie en nommant l’universitaire peu connue Najla Bouden Ramadhane au poste de premier ministre. Bien qu’historique – Ramadhane serait la première femme chef de gouvernement du monde arabe – cette nomination intervient dans la période la plus turbulente en Tunisie depuis la révolution de 2011, qui a déclenché les révoltes du Printemps arabe. Elle prend ses fonctions deux mois après que M. Saied a démis son prédécesseur et dissous le Parlement le 25 juillet, faisant craindre à beaucoup qu’il ne ramène le pays à un régime unipersonnel.

Un pourcentage non négligeable de Tunisiens a salué les prises de pouvoir du président. Une économie en berne, une corruption persistante et une augmentation des cas de covid-19 ont contribué à une désillusion généralisée vis-à-vis des partis politiques.

Mais les apologistes des actions de Saied ont tort de croire qu’un retour à un régime fort pourrait un jour être la réponse aux problèmes de la Tunisie. La dictature ne nous a pas servi à l’époque de Zine el-Abidine Ben Ali, et elle ne nous servira pas aujourd’hui. Ce dont la Tunisie a besoin, c’est d’ériger les véritables piliers nécessaires pour renforcer sa démocratie durement acquise – de toute urgence, la création d’une cour constitutionnelle et la mise en œuvre d’une justice transitionnelle.

Si Saied avait cherché à s’engager dans des réformes majeures, le peuple aurait peut-être accueilli plus favorablement son coup de force. Hélas, il ne l’a pas fait, et le mécontentement monte, même parmi les groupes qui avaient initialement salué ces mesures.

Le 22 septembre, Saied a adopté un décret qui réduit considérablement le pouvoir du nouveau premier ministre. Ces mesures ont de sérieuses implications pour l’État de droit, dans un contexte d’état d’urgence apparemment sans fin, en place depuis les attaques terroristes de 2015.

Les partisans de Saied assimilent les acquis révolutionnaires de la Tunisie au programme du parti islamiste Ennahda, qui domine actuellement le parlement. Ces détracteurs traitent les élections d’octobre 2011, qui ont fait d’Ennahda le plus grand parti du pays, comme le point de départ de notre démocratie actuelle. Ce faisant, les apologistes du président négligent complètement les nombreux changements intervenus depuis. La nouvelle constitution adoptée en 2014 est issue d’un large débat national qui visait à éloigner le spectre de l’autoritarisme en garantissant les libertés fondamentales et de véritables contre-pouvoirs.

Les partisans de Saied ont raison de critiquer les échecs cuisants d’Ennahda. Malgré les apparences, Ennahda n’a jamais adopté l’agenda révolutionnaire, se concentrant plutôt sur le maintien de son propre pouvoir. Cette obsession l’a conduit à former des alliances avec les réseaux de l’ancien régime dans la police, le système judiciaire et les médias. Ennahda s’est non seulement opposé aux réformes que le processus révolutionnaire appelait de ses vœux, mais a également approuvé des lois de « réconciliation » destinées à exonérer les individus corrompus.

Les principaux problèmes auxquels nous avons été confrontés ces dernières années découlent de la politique de consensus de la Tunisie, qui a saboté le processus démocratique. Ainsi, la coalition entre les islamistes et le parti laïque Nidaa Tounes a empêché toute action audacieuse sur des questions importantes telles que la responsabilité judiciaire et la création de la cour constitutionnelle.

Officiellement, les élections de 2014 et 2019 ont été libres, mais uniquement parce que les autorités ont fermé les yeux sur le financement électoral illicite. Cela a conduit à l’élection de législateurs accusés de corruption, de contrebande et même de pédophilie. L’organisme électoral exige des candidats qu’ils énumèrent leurs condamnations antérieures. Aucun ne l’a fait. Le résultat a été un parlement dont les performances ont scandalisé les Tunisiens.

Nous avons une économie de copinage, alimentée par un gouvernement complice, qui exclut les jeunes entrepreneurs. La majorité des affaires de corruption aboutissent dans les tribunaux financiers, où les réseaux mafieux ont de l’influence et où les suspects sont libres.

Mais l’autocratie ne résoudra pas ces problèmes. Des solutions démocratiques viables à ces problèmes existent – il suffit de les mettre en œuvre. L’Instance Vérité et Dignité de Tunisie, créée après la révolution pour enquêter sur les violations des droits de l’homme et la corruption commises par la dictature, a introduit un système de responsabilité judiciaire qui a permis de transférer des dizaines d’affaires de corruption à des tribunaux spécialisés. Malgré cela, ces mesures se sont heurtées à la résistance des puissants syndicats de police qui refusent de respecter les mandats judiciaires, avec la complicité du ministère de l’Intérieur.

La commission a produit un rapport en 2019 recommandant des réformes qui incluent la lutte contre la corruption et l’impunité. C’est en mettant en œuvre de telles réformes que les Tunisiens peuvent commencer à nettoyer le bilan de leur pays en matière de corruption et rendre justice à ceux qui ont souffert des crimes du passé. L’incapacité à lutter contre la corruption et à mettre en œuvre la justice transitionnelle a été une force déstabilisante pour le pays.

La transition tunisienne, qui consiste essentiellement à transformer l’architecture institutionnelle d’un État tout entier, n’est en cours que depuis dix ans. Ce n’est qu’un clin d’œil à l’échelle de notre histoire. La Hongrie et la Pologne ont renversé le communisme il y a trois décennies et sont toujours confrontées à des défis démocratiques, même après leur adhésion à l’Union européenne. La Tunisie trouvera le chemin du retour à la démocratie malgré ces bouleversements.

La Tunisie traverse une douloureuse période de gestation démocratique. Mais ici, la démocratie n’est pas morte, malgré l’avis des bigots qui prétendent que le destin de notre région est le despotisme.

Les Tunisiens ont clairement et irrévocablement réfuté ce préjugé en déclenchant une révolution qui a fait tomber un dictateur. Ils ne seront plus jamais dirigés par un dictateur. Même Saied doit comprendre qu’il n’y a pas d’État sain sans institutions légitimes. La Tunisie a besoin d’une démocratie plus forte, pas d’un retour à l’autocratie.

Sihem Bensedrine

Sihem Bensedrine, journaliste tunisienne et militante des droits de l’homme, a dirigé l’Instance Vérité et Dignité de la Tunisie de 2014 à 2019, qui a enquêté et dénoncé les violations des droits de l’homme commises par la dictature.

The Washington Post, 13/10/2021