Marché européen du gaz : Les foudres du Sahara occidental

Sahara Occidental, Maroc, Algérie, gaz, Gazoduc, Union Européenne, UE, #UE, #Algérie, #Maroc, #Sahara_Occidental,

Vous pouvez vous asseoir dans une maison européenne douillette, prendre un thé bio le soir et regarder la politique américaine dystopique se dérouler à la télévision. Bien sûr, c’est encore plus triste si les lumières et la télévision s’éteignent et que la bouilloire refroidit. Grâce en partie à la géopolitique énergétique européenne, ce n’est pas un risque lointain.maintenant tout le monde Squeeze A propos de l’approvisionnement en gaz européen qui bénéficie de l’influence du groupe russe Gazprom et de Moscou.

La façon dont les conflits en Afrique du Nord pourraient réduire l’approvisionnement en gaz de l’Espagne en hiver ne fait pas débat, mais elle pourrait exercer une pression à la hausse sur les prix de l’électricité dans d’autres régions d’Europe. Le 30 octobre, l’Algérie fermera son gazoduc qui transporte le gaz algérien vers le Maroc, l’Espagne et le Portugal. Cela fait partie d’une longue et bouillante bataille entre l’Algérie et le Maroc, qui semble avoir commencé avec l’indépendance de la France en 1962.

Le Maroc est en colère contre le soutien de l’Algérie au Front Polisario qui veut l’indépendance du Sahara occidental. Le Maroc prétend avoir la souveraineté sur ce territoire longtemps contesté.Les relations entre l’Algérie et le Maroc se sont aggravées cet été. L’Algérie a accusé le Maroc d’avoir déclenché de graves incendies de forêt sur son territoire.

La tension est montée jusqu’à la Cour européenne de justice cette semaine qui a donné une victoire juridique au Front Polisario. Il a été jugé que le large traité économique entre l’UE et le Maroc ne pouvait pas être automatiquement étendu pour couvrir le Sahara Occidental.

L’Espagne est le pays européen le plus affecté par la décision de la CJEU. Le Sahara Occidental est une ancienne colonie espagnole. Certains membres du Polisario ont des passeports espagnols. Et au cours des dernières décennies, les flottes de pêche espagnoles ont compté sur le Sahara Occidental (et les licences marocaines) pour jusqu’à un tiers de leurs prises.

Les relations européennes avec le Maroc vont bien au-delà du poisson. Il y a les flux migratoires, les investissements européens, y compris la construction automobile, les accords de sécurité parfois difficiles, le tourisme, et la fourniture de légumes marocains aux tables européennes.

La France et l’Espagne entretiennent avec le Maroc des liens juridiques particuliers qui dépassent le cadre des autres traités de l’UE. L’Algérie a également beaucoup à voir avec l’Europe, mais elle est un peu plus éloignée. La lutte coloniale pour l’indépendance vis-à-vis de la France fait partie de son identité nationale. L’armée achète de nombreux kits à la Russie et à la Chine.

L’Algérie vend également de grandes quantités de gaz à l’Italie, à l’Espagne et au Portugal. Le gaz destiné à l’Italie passe directement par le gazoduc sous-marin. Le gaz destiné à l’Espagne et au Portugal passe par deux autres gazoducs sous-marins. Le premier, construit entre 1996 et 1997, passe par le Maroc, qui utilise une partie de son gaz pour son propre générateur. Le second a été mis en service en 2011 et va directement de l’Algérie à l’Espagne.

C’est là que les relations extérieures entre l’UE et l’Espagne deviennent encore plus problématiques, notamment sur le marché international du gaz, qui est très tendu. Stockage d’énergie européen insuffisant Avant l’hiver.

Le 29 septembre, le jour de l’annonce de la décision de la CJUE sur le Sahara Occidental, Josep Borrell, le chef de la politique étrangère de l’UE, s’est joint à une déclaration conjointe. Il a réaffirmé son partenariat stratégique avec son collègue marocain. Ils se sont également engagés à « prendre les mesures nécessaires pour garantir un cadre juridique » pour les relations commerciales. Il est hostile à l’Algérie et pourrait consolider sa détermination dans un conflit avec le Maroc.

Inutile de dire que le lendemain, le ministre des affaires étrangères et le secrétaire à l’énergie espagnols ont atterri en Algérie. Ils ont notamment rencontré des interlocuteurs au sujet de l’augmentation imminente de 25 % de la capacité du gazoduc direct Algérie-Espagne. Même avec du gaz supplémentaire, l’Espagne aura du mal à s’approvisionner en gaz via les terminaux GNL cet hiver.

Les consommateurs espagnols sont déjà furieux des prix élevés de l’électricité, ce qui fera de Madrid un RAID de 3 milliards d’euros sur les intérêts des entreprises énergétiques espagnoles comme la star des énergies renouvelables Iberdrola.

Lorsque le gazoduc sera fermé, le Maroc devra trouver un moyen de se passer complètement du gaz algérien, mais son département de l’énergie prévoit déjà cette éventualité. Il y a une centrale électrique au charbon qui peut être utilisée et qui peut passer à une autre source de combustible fossile importé comme générateur de gaz.

Les Européens se méprendront sur le fait que l’Algérie et le Maroc composent cette controverse sur des facteurs économiques et techniques. Un sentiment profond sur la souveraineté, l’équilibre militaire et la culture est à l’œuvre ici. Il n’est pas facile pour l’UE de naviguer dans un tel environnement pour garantir l’approvisionnement.

California News, 02/10/2021