La République centrafricaine déclare un cessez-le-feu unilatéral

République centrafricaine, RCA, rebelles, cessez-le-feu, #RCA, #Touadera, #Centrafrique,

BANGUI, 15 octobre (Reuters) – Le président centrafricain Faustin-Archange Touadera a déclaré vendredi un arrêt unilatéral des combats contre les groupes armés, disant espérer que cela conduira à un dialogue pacifique. Le pays a connu des épisodes récurrents de violence rebelle depuis l’éviction de l’ancien président François Bozize en 2013. Les groupes armés contrôlent de grandes étendues de territoire et environ un quart de la population de près de 5 millions d’habitants a été déplacée.

Le porte-parole de la principale alliance rebelle, la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), a déclaré à Reuters qu’il saluait l’initiative et que la CPC respecterait le cessez-le-feu si le gouvernement le faisait. Les accords de paix passés se sont rapidement effondrés. Touadera a déclaré à la télévision qu’il pensait que le cessez-le-feu contribuerait à protéger les civils de la violence et leur permettrait d’accéder à l’aide humanitaire et aux services de base.

« C’est pour donner une chance à la paix que je suis ici pour vous annoncer ce soir la fin des opérations militaires et de toute action armée sur l’ensemble du territoire national », a déclaré Touadera, précisant que cette mesure prendrait effet à minuit.

Les derniers combats entre les rebelles du CPC et l’armée ont été déclenchés par une décision de justice interdisant à l’ancien président Bozize de se présenter à l’élection présidentielle de l’année dernière, lors de laquelle le président Faustin-Archange Touadera a remporté un second mandat.

Touadera a annoncé qu’il organiserait un dialogue national avec ses opposants peu après son investiture, mais les pourparlers ne se sont pas encore concrétisés.

Les autorités accusent le CPC d’être responsable de fréquentes attaques contre des civils, dont une qui a fait 20 morts la semaine dernière. en savoir plus

Le porte-parole du CPC, Abakar Sabone, a déclaré que le groupe souhaite également la paix mais qu’il se bat en état de légitime défense.

« Un cessez-le-feu est une bonne chose… mais nous attendons maintenant de voir comment il sera appliqué sur le terrain », a-t-il déclaré à Reuters.

Reuters, 16/10/2021