IGC: Relancer les négociations sur le Sahara occidental

Maroc, Sahara Occidental, ONU, négociations, #Sahara+Occidental, #Maroc, #ONU,

Les combats au Sahara occidental, qui ont repris en novembre 2020, restent de faible intensité. Pourtant, les puissances extérieures auraient tort de supposer que cela ne s’intensifiera pas. Avec le soutien des États-Unis, le nouvel envoyé de l’ONU devrait poursuivre les mesures de confiance qui pourraient faciliter les négociations.

Principales conclusions
Quoi de neuf?  
Les combats entre le Maroc et le Front Polisario indépendantiste sur le territoire contesté du Sahara occidental ont repris en novembre 2020. Les puissances extérieures sont divisées et réticentes à intervenir, tandis que l’ONU n’a réussi à pourvoir son poste d’envoyé longtemps vacant qu’en octobre 2021. .
Pourquoi est-ce important?  L’inattention diplomatique risque de pousser les deux parties vers une nouvelle escalade militaire. Les tensions menacent également de se répandre dans le reste de l’Afrique du Nord et au-delà, comme le soulignent les querelles diplomatiques entre le Maroc et l’Algérie, l’Allemagne et l’Espagne.
Qu’est-ce qui devrait être fait?  Avec le soutien diplomatique américain au Conseil de sécurité de l’ONU, le nouvel envoyé de l’ONU devrait se concentrer sur le rétablissement de la confiance et la relance des négociations, soutenu par d’autres acteurs extérieurs, qui devraient déployer un mélange d’incitations financières et de désincitations.

Résumé

Près d’un an après la reprise des combats au Sahara occidental, les efforts internationaux pour ramener le Maroc et le Front Polisario indépendantiste à la table des négociations n’ont mené nulle part. Dans la partie du territoire contrôlée par Rabat, le compromis entre le Maroc et les élites sahraouies tient bon, tandis que les autorités intensifient la répression des militants des droits humains. Parmi les jeunes des camps de réfugiés sahraouis en Algérie, la reprise des hostilités en novembre 2020 bénéficie d’un large soutien, ce qui encourage le Front à continuer de se battre. Pour sa part, l’ONU a mis plus de deux ans pour nommer un nouvel envoyé spécial, ne surmontant les objections des deux côtés qu’en octobre 2021. Les pouvoirs extérieurs sont divisés sur le Sahara occidental, l’administration Biden ne voulant pas clarifier sa position sur la reconnaissance par son prédécesseur de souveraineté marocaine sur le territoire. Pour sortir de l’impasse, le nouvel envoyé de l’ONU devrait arbitrer une désescalade rapide et suggérer des mesures de renforcement de la confiance qui pourraient permettre un retour aux négociations. Les États-Unis devraient l’aider par des manœuvres diplomatiques qui relancent les efforts pour parvenir à un règlement.

Au Sahara occidental sous contrôle marocain, le pacte politico-économique de Rabat avec les élites sahraouies a obtenu leur soutien à ses politiques en leur accordant des licences commerciales monopolistiques et d’autres avantages. Ces dirigeants sont de plus en plus enracinés, ce qui constitue un obstacle au changement. Pendant ce temps, la police a intensifié son harcèlement des militants des droits humains et indépendantistes dans le but d’étouffer ces voix. Les opinions politiques de la plupart des Sahraouis restent floues, car personne dans cette partie du territoire ne peut exprimer librement son opinion sur le conflit.

En dehors de ces zones, dans les camps de réfugiés qui abritent des déplacés sahraouis, l’ambiance est très différente. Là-bas, beaucoup soutiennent la campagne militaire du Polisario, qu’il a redémarrée en novembre 2020 après un cessez-le-feu qui durait depuis 1991. Le soutien reste fort, malgré les résultats modestes de la campagne. La reprise des hostilités a galvanisé une jeunesse de plus en plus sceptique quant aux chances d’une solution diplomatique et frustrée par la vie en exil dans des conditions difficiles. Les responsables du Polisario ont exclu la possibilité de revenir au cessez-le-feu de 1991, se résolvant à se battre afin de renforcer leur position de négociation dans les futurs pourparlers avec le Maroc.

Les acteurs étrangers ont eu du mal à développer une stratégie cohérente pour faire face à cette situation. Les tentatives répétées de l’ONU après mai 2019 de nommer un nouvel envoyé ont échoué face aux rejets du Maroc et du Polisario. Ce n’est qu’en octobre 2021 que le secrétaire général de l’ONU a réussi à faire adopter la nomination de Staffan de Mistura, qui était auparavant envoyé spécial pour la Syrie, l’Afghanistan et l’Irak. L’administration Biden a refusé de dire ce qu’elle pense de la reconnaissance par l’ancien président Donald Trump en décembre 2020 de la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental, un renversement spectaculaire de la politique américaine de longue date que Trump a entreprise en échange de la normalisation des relations du Maroc avec Israël. Jusqu’à présent, l’équipe Biden a réussi à maintenir son influence auprès des deux parties, en faisant pression avec succès sur le Maroc pour qu’il accepte de Mistura.

Alors que les pays étrangers hésitent sur ce qu’il faut faire, le Maroc a adopté une nouvelle approche intransigeante du conflit. Ces derniers mois, le royaume a été au centre d’une série de crises diplomatiques avec l’Allemagne, l’Espagne et l’Algérie. Il a également affronté des gouvernements africains critiques. Le Maroc refuse de traiter directement avec l’Union africaine (UA), ce qui rend difficile pour cette organisation de jouer un rôle en dehors du cadre diplomatique de l’ONU. Le conflit est également assez conflictuel au sein de l’UA. Si les interlocuteurs de Rabat ne sont pas toujours entièrement d’accord avec sa politique concernant le Sahara occidental, ils hésitent souvent à intensifier la pression persistante sur le royaume – ou, d’ailleurs, de l’autre côté – dans ce qu’ils considèrent comme un différend de faible priorité.

Mais minimiser le conflit du Sahara occidental serait une erreur. Les tensions diplomatiques entre le Maroc et ses partenaires européens, une guerre froide entre Rabat et Alger, et le risque d’escalade militaire entre le Polisario et le Maroc montrent que les acteurs extérieurs ne doivent pas sous-estimer les répercussions et l’impact du conflit. Avec les discussions sur le renouvellement du mandat de la mission de l’ONU au Sahara occidental, la MINURSO, à venir fin octobre, les États-Unis devraient signaler leur soutien à de Mistura et à sa mission. Il devrait indiquer aux deux parties son engagement renouvelé dans le conflit, par exemple en proposant que le Conseil de sécurité raccourcisse le mandat de la MINURSO de douze à six mois, garantissant que des intervalles plus courts séparent les discussions ouvertes du Conseil de sécurité sur la situation. Pour motiver le Polisario à prendre les négociations au sérieux, les États-Unis devraient également chercher à inclure un nouveau libellé faisant référence au droit des Sahraouis à l’autodétermination. Une initiative diplomatique dans ce sens pourrait suffire à ouvrir la voie à un effort plus large de règlement du conflit.

Avec ce vent dans le dos, de Mistura devrait donner la priorité à la négociation d’une désescalade temporaire, par le biais de mesures de confiance, puis à la reprise des pourparlers de paix sans conditions préalables. Pour instaurer la confiance, il devra convaincre le Maroc et le Polisario de suspendre leurs activités militaires et persuader Rabat de mettre un terme aux mauvais traitements infligés aux militants des droits humains et indépendantistes au Sahara occidental. Les deux parties devraient accepter la reprise des visites familiales des Sahraouis dans les camps de réfugiés et au Sahara occidental sous la supervision de l’ONU. Dans l’intérêt de l’opportunité, le nouvel envoyé devrait ressusciter le format de table ronde de son prédécesseur pour les pourparlers, qui, outre le Maroc et le Polisario, incluait ses voisins algérien et mauritanien en qualité d’observateur.

Les acteurs étrangers peuvent aider en offrant un mélange d’incitations financières et de désincitations pour attirer les deux parties dans les négociations et les maintenir engagées. À la lumière d’une décision de la Cour de justice européenne de septembre 2021 qui a déclaré illégale l’inclusion du Sahara occidental dans l’accord commercial Union européenne-Maroc de 2012, Bruxelles devrait réviser sa politique et retirer les produits et le poisson du Sahara occidental de l’accord avec Rabat, plutôt que de tenter contourner le verdict, à moins et jusqu’à ce que le royaume et le Polisario parviennent à un compromis, afin d’augmenter le coût du statu quo. En ce qui concerne les édulcorants, les États-Unis et les États européens devraient envisager de créer un fonds international de développement pour le Sahara occidental, qui ne serait exploité que si les parties parviennent à un accord mettant fin au conflit. La promesse de cet argent pourrait aider à convaincre les principales circonscriptions,

Rabat/Tindouf/Washington/Bruxelles, le 14 octobre 2021

I. Introduction

Le conflit entre le Maroc et le Front Polisario indépendantiste a commencé en 1975, avec la fin de la colonisation espagnole du Sahara occidental. Par les accords de Madrid de 1975, qui ont officiellement mis fin au contrôle espagnol, le Maroc et la Mauritanie ont divisé le territoire aux dépens du Polisario, qui avait lancé une lutte armée contre les colonisateurs européens deux ans plus tôt pour obtenir l’autonomie. Le Front et son principal soutien étranger, l’Algérie, ont rejeté l’accord, le premier ayant proclamé la République arabe sahraouie démocratique dans la partie du Sahara occidental qui était libre de contrôle marocain et mauritanien en 1976.

Dans la guerre qui a suivi, le mouvement indépendantiste a réussi à forcer Nouakchott à se retirer du tiers du Sahara occidental qu’il occupait en 1979, tandis que des milliers de Sahraouis se réfugiaient dans des camps près de Tindouf en Algérie. Au cours des années suivantes, cependant, le Maroc a consolidé le contrôle sur la majeure partie du territoire, y compris la partie auparavant détenue par la Mauritanie, grâce principalement à la construction d’un système de murs défensifs, qui s’étendent à l’intérieur du Sahara occidental et le long des frontières avec la Mauritanie et l’Algérie, connu sous le nom de « berme de sable ». À l’ouest de la berme se trouve le Sahara occidental tenu par Rabat et à l’est la zone que le Polisario considère comme son « territoire libéré ».

In 1991, the two sides agreed to a UN-mediated settlement plan. Along with a UN-monitored ceasefire, this initiative divided Western Sahara along the sand berm, established a buffer strip and a restricted zone to separate Moroccan and Polisario forces, and aimed to settle the dispute through a vote on self-determination, to be organised by MINURSO, the UN mission in the territory. Yet, due to Morocco’s political manoeuvring and the two sides’ divergent interpretations of the plan, the vote never took place. After the UN failed to break this deadlock, Rabat unveiled an autonomy plan in 2007 as an alternative, which gained French and U.S. support. It aimed to solve the conflict by devolving powers to Western Sahara, which would remain under Moroccan sovereignty. The Polisario rejected the proposal on the basis that it denied the Sahrawi population the right to self-determination. In the following years, numerous rounds of direct negotiations between the two parties fizzled out with no breakthrough.

En novembre 2020, le cessez-le-feu entre Rabat et le Polisario s’effondre et les hostilités reprennent. Après que le royaume a envoyé des troupes dans la zone tampon surveillée par l’ONU pour mettre fin au blocus de trois semaines des partisans du Front sur la route stratégique de Guerguerat, qui relie le Maroc à la Mauritanie et pointe vers le sud, en passant par le Sahara occidental, le mouvement indépendantiste a lancé des attaques quotidiennes sur les unités et installations militaires marocaines. Malgré cette escalade, l’ONU a échoué dans ses efforts pour nommer un nouvel envoyé pour servir de médiateur entre les belligérants, tandis que le Conseil de sécurité de l’ONU a en fait tourné le dos à ce nouveau cycle de violence.

Ce rapport vise à faire la lumière sur les principaux développements politiques et socio-économiques au Sahara occidental sous contrôle marocain, les conditions et les débats dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, et les réactions internationales aux derniers événements. Il s’appuie sur les travaux antérieurs de Crisis Group sur le conflit du Sahara occidental. Il est basé sur environ 80 entretiens avec des responsables marocains, des élites sahraouies, des militants et des réfugiés, des représentants du Polisario, des diplomates américains, africains et européens, et des journalistes et universitaires européens et marocains. Les entretiens ont eu lieu à Rabat, Laâyoune, Tindouf, Alger et Washington.

Une note sur la langue : le Maroc considère le Front Polisario comme un groupe « séparatiste », tandis que le Front se considère comme un mouvement de libération nationale combattant ce qu’il considère comme l’occupation illégale de Rabat. Le royaume appelle la partie du Sahara occidental qu’il contrôle « les provinces du sud » ou « les provinces sahariennes », tandis que le Polisario l’appelle « Sahara occidental occupé » et fait référence à la partie du territoire au-delà du mur de sable (et dans le zone tampon) en tant que « territoire libéré ». L’ONU considère le Sahara occidental comme un territoire « non décolonisé » et « non autonome ». Ce rapport fera référence à la partie du Sahara Occidental sous contrôle de Rabat comme Sahara Occidental « sous contrôle marocain » ou « sous contrôle marocain » ; au Sahara occidental dans son intégralité en tant que territoire contesté ;

II. Sahraouis et Marocains au Sahara Occidental

Depuis le début du conflit, la population sahraouie est divisée entre le Sahara occidental sous contrôle marocain – environ 320 000 – et les camps de réfugiés au-dessus de la frontière algérienne à Tindouf – environ 175 000. Yet in many cases separation has failed to break family and tribal ties, which hold people together on both sides of the divide, even when they have conflicting political allegiances. The growing availability of internet and mobile phone connections has allowed Sahrawis to maintain or reforge these links. An exchange program allowed Sahrawis in the camps to visit relatives on the other side of the sand berm until 2014, when the UN High Commissioner for Refugees terminated it. The refugees blame Rabat for the program’s cancellation. Nevertheless, Sahrawis continue to occasionally cross the UN-monitored buffer zone and sand berm to permanently relocate to the other side (with movement taking place in both directions).

À l’intérieur des trois provinces du Sahara occidental contrôlées par Rabat, qui représentent environ 80 % de l’ensemble du territoire du Sahara occidental, les Sahraouis sont devenus une minorité au cours des 40 dernières années. Les locuteurs de hassaniya (le dialecte arabe des Sahraouis, différent du darija marocain ) représentent 41 % de la population de la province de Laâyoune-Sakia El Hamra, 32 % des habitants de la province de Guelmin-Oued Noun et 11 % de Dakhla- Oued Ed Dahab. Les autres dans les trois provinces sont principalement des Marocains. Le nombre de ces derniers a progressivement augmenté depuis les années 1980 avec la construction de la berme de sable, qui a rendu les principales villes beaucoup plus sûres. La croissance de la population marocaine s’est accélérée après le cessez-le-feu de 1991, qui a encore stabilisé la région, et à nouveau après l’accession au trône du roi Mohammed VI en 1999, qui a coïncidé avec une augmentation des investissements marocains dans le territoire.

A. Rabat et les élites sahraouies

Since it took over the part of Western Sahara it controls today, Rabat has poured considerable resources into the territory, with the aim of stabilising it. The Moroccan government is the region’s main investor and employer, and has managed to raise the GDP per capita, which exceeds the Moroccan average by 26 per cent; improve the availability and quality of health care and education; and reduce poverty. The investment has brought about improvements in living standards, as measured by the UN Development Programme’s Human Development Index, which rose in the territory from 0.384 in 1980 to 0.643 in 2014. Pourtant, il n’a pas réussi à relancer le développement économique à long terme, comme en témoignent le taux de chômage élevé, bien supérieur à la moyenne du royaume, et le manque d’opportunités pour les jeunes. Une grande partie de la population reste dépendante de la kartiya , une carte convoitée qui donne aux personnes classées comme vulnérables l’accès aux prestations sociales de l’État.

Rabat a sous-traité la distribution des bénéfices économiques à une élite loyale parlant hassaniya . Il a encouragé l’émergence d’un certain nombre de familles sahraouies pro-marocaines, certaines ayant des liens passés avec la puissance coloniale espagnole. Ils ont bénéficié de licences commerciales et de monopoles de facto dans des secteurs allant des transports publics à la pêche et à l’extraction de sable, qui leur ont fourni les ressources nécessaires pour construire des conglomérats et financer des carrières dans la politique électorale. Grâce à l’investissement de Rabat et aux efforts de mobilisation de l’élite, les trois provinces du Sahara occidental sous contrôle marocain comptent parmi les taux de participation les plus élevés aux élections locales et législatives que le Maroc organise. Les gouverneurs et de nombreux membres du conseil de ces provinces, ainsi que les parlementaires élus localement, sont issus de familles sahraouies notables qui ont des liens étroits avec Rabat.

En échange d’un soutien économique et politique, les politiciens et chefs tribaux sahraouis travaillent dur pour maintenir le Sahara occidental stable et fidèle au trône.

En échange d’un soutien économique et politique, les politiciens et chefs tribaux sahraouis travaillent dur pour maintenir le Sahara occidental stable et fidèle au trône. Ils traitent les griefs socio-économiques en tirant parti de leur contrôle sur les institutions et certaines parties du secteur privé. En distribuant des avantages (comme l’emploi ou l’accès au logement social) et en résolvant les conflits locaux par le biais de réseaux familiaux et de clientélisme, ils sont généralement capables de contenir le mécontentement social et peuvent même mobiliser la population en faveur de la position de Rabat sur le conflit en cas de besoin.

Certains Marocains et Sahraouis critiquent ces représentants pour leur emprise sur le pouvoir. Un militant indépendantiste a affirmé que ces élites ne représentent pas la population locale : « Les Sahraouis votent aux élections parce qu’ils sont soudoyés. Ils reçoivent de l’argent des élites pour voter. Je l’ai vu de mes propres yeux ». D’autres considèrent que ces fonctionnaires sont trop enracinés pour permettre un renouveau politique, car les candidats négligés sont incapables d’égaler la capacité de dépenser des titulaires. Un Sahraoui pro-Rabat a accusé les élites de s’opposer à toutes les tentatives de réduire le clientélisme et d’exploiter les débordements sporadiques de troubles pour rappeler au gouvernement central les risques implicites de modifier le statu quo dont ils bénéficient. Selon un journaliste marocain :

Le Maroc a toujours compté sur l’achat d’allégeance. Il a créé des monstres qu’il ne peut plus contrôler et qui sont devenus plus gros que l’État.

Les responsables marocains dédaignent ces plaintes et préfèrent souligner l’effort économique considérable de Rabat dans le développement du territoire. Un diplomate marocain a souligné que les résultats des vingt dernières années sont impressionnants, d’autant plus que le Sahara occidental n’a pas de ressources naturelles importantes, à part les phosphates, et dépend par ailleurs des envois de fonds en devises fortes. Un collègue de ce diplomate a souligné ce point de vue : « Il n’y avait rien au Sahara. Le Maroc a tout construit ».

De son côté, le royaume semble inquiet que ses relations avec le Sahara occidental soient déséquilibrées et trop coûteuses. Il a essayé, mais en vain, de réformer les arrangements économiques qui soutiennent la relation ces dernières années. Inquiets de l’impact du sous-développement chronique sur la stabilité à long terme et l’allégeance de la population à Rabat, le roi Mohammed VI et les responsables gouvernementaux ont maintes fois appelé à la fin du clientélisme et des rentes découlant de l’absence de concurrence dans les secteurs réglementés par les licences accordées aux élites sahraouies. . Ils ont également essayé de promouvoir des changements structurels, tels que la diversification et la libéralisation économiques, dans la région. Mais Rabat n’a pas réussi à donner suite à une initiative politique significative pour effectuer ces changements en raison de l’opposition de l’élite sahraouie, qui s’oppose discrètement mais fermement à ces idées. Un représentant sahraoui de haut niveau a rejeté l’idée qu’une réforme est nécessaire : « Dans l’actualité, vous entendez parler de loyer et de rentierisme, mais rien de tout cela n’existe. Nous travaillons et investissons. C’est tout ».

Officiellement, les politiciens sahraouis des zones sous contrôle marocain soutiennent le plan d’autonomie de Rabat, qui prévoit une certaine autonomie pour les trois provinces du Sahara occidental. Ils soutiennent que de telles dispositions sont déjà en place à l’intérieur du royaume, avec le processus de régionalisation (depuis 2011, le Maroc a progressivement délégué des pouvoirs croissants aux unités administratives locales), et que le Polisario devrait accepter le principe d’autonomie sous souveraineté marocaine avant d’entamer des pourparlers. .

Pourtant, les observateurs marocains et européens doutent que les notables sahraouis soient véritablement solidaires, notant qu’en cas d’accord, ils pourraient perdre l’accès ou voir une diminution des bénéfices distribués par Rabat. De plus, en cas de retour des exilés sahraouis dans le cadre du plan d’autonomie, les notables devraient faire face à des familles et des réseaux politiques concurrents. Un dissident du Polisario résidant au Sahara occidental sous contrôle marocain a fait valoir que, pour que le conflit soit réglé, le royaume devrait modifier son pacte avec les élites pour réduire leur dépendance à l’égard de la distribution actuelle des bénéfices et surmonter leur probable résistance à un accord de paix. qu’ils considéreraient comme mettant en péril leurs intérêts politiques et économiques :

S’il y a place pour une solution, le Maroc doit donner des incitations. Cela nécessitera de repenser à qui ils accordent actuellement le soutien de l’État. Ils n’ont pas à supprimer ceux qui en bénéficient actuellement, mais ils doivent reconfigurer certaines choses.

Les responsables à Rabat expriment un plus grand optimisme quant à la possibilité d’un compromis avec le Polisario et semblent indifférents à la capacité des élites sahraouies à accepter un compromis. Un diplomate marocain a fait valoir que le Front avait suffisamment d’incitations pour participer à la vie politique marocaine. Il estime qu’en cas d’accord sur le plan d’autonomie du royaume, le Polisario pourrait devenir un parti politique et participer aux élections, comme l’ont fait les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Un autre diplomate était moins optimiste, affirmant que le principal obstacle à un accord est que le Polisario sait que s’il accepte le plan, il pourrait perdre de l’influence auprès de la population réfugiée, qui veut l’indépendance, et finir par être politiquement mis à l’écart.

B. Répression des militants indépendantistes et des droits humains

Fermement opposé à l’élite et à son pacte avec Rabat, se trouve un petit groupe de militants des droits de l’homme et de l’indépendance à l’intérieur du Sahara Occidental détenu par les Marocains. Parallèlement au renforcement constant de son régime par le Maroc, un petit groupe de militants autoproclamés anti-occupation a continué de critiquer le statu quo et d’appeler à l’application du Plan de règlement de 1991 soutenu par l’ONU et, en particulier, du référendum d’autodétermination. il contemple. Les organisations sahraouies de défense des droits humains, qui ont tendance à être dirigées par des militants indépendantistes, se chevauchent largement avec elles. Ces organisations surveillent les forces de sécurité marocaines et font régulièrement part de leurs préoccupations quant au recours à des mesures répressives par ces dernières

Ces militants paient un lourd tribut à leur engagement. Les groupes indépendantistes et de la société civile affirment que le prix a augmenté depuis la reprise des hostilités entre le Maroc et le Polisario en novembre 2020, plusieurs militants, ainsi que des journalistes sahraouis, étant arrêtés et torturés et d’autres se cachant. La répression semble motivée par la volonté de dissuader les rassemblements contre Rabat, que des militants locaux ont tenté d’organiser juste après le retour de la guerre. En juillet 2021, Mary Lawlor, la rapporteure spéciale de l’ONU sur la situation des défenseurs des droits humains, dénonce cette « répression ». Elle a cité le cas de Sultana Khaya, partisane indépendantiste et présidente de la Ligue pour la défense des droits de l’homme et la protection des ressources naturelles, qui a été régulièrement harcelée par des voyous et des agents de sécurité opérant sans mandat alors qu’elle était sous résidence de facto. arrestation depuis novembre 2020 sans procès. Khaya a déclaré à Amnesty International que le 12 mai, des agents de sécurité masqués sont entrés par effraction chez elle, l’ont battue et ont tenté de la violer. Certains des hommes masqués ont violé sa sœur.

Tout en prenant des positions en faveur de l’indépendance et en soutenant généralement l’effort de guerre du Polisario, la plupart des militants indépendantistes ont leurs propres opinions sur le conflit et ne font pas partie du Front. Avant novembre 2020, nombreux étaient ceux qui critiquaient la réticence de l’organisation à reprendre les combats comme une attitude passive. La reprise des hostilités a renforcé sa légitimité à leurs yeux. Cela dit, certains membres de ce groupe affirment que les nouvelles attaques du Polisario ne sont pas suffisantes et qu’un soulèvement populaire dans tout le Sahara occidental est nécessaire pour mettre fin à l’occupation. Ces groupes indépendantistes ne communiquent généralement pas avec le Polisario ; ils préfèrent s’engager auprès de leurs homologues de la société civile, tant dans les camps de réfugiés qu’au Maroc.

Sans surprise, ni le Maroc ni les Sahraouis qui soutiennent le régime de Rabat ne sont favorables aux allégations de violations des droits humains dans le Sahara occidental sous contrôle marocain ou aux personnes qui font ces allégations, qu’ils considèrent comme des substituts du Polisario. En ce qui concerne les droits de l’homme, le Maroc et les Sahraouis pro-Rabat sont susceptibles de détourner les allégations de la brutalité de Rabat en affirmant que le Polisario est lui-même coupable d’abus dans les camps de réfugiés. Ils soutiennent également que le Front soulève des questions de droits humains simplement comme un stratagème pour salir la réputation du Maroc et affaiblir sa position de négociation. Un diplomate marocain a affirmé que lorsque Rabat a tenté de soulever la question des violations des droits humains dans les négociations menées par Christopher Ross, l’envoyé de l’ONU de 2009 à 2017, le Front n’a exprimé aucun intérêt à avoir une telle discussion – peut-être par réticence à discuter des allégations liées aux camps.

Les autorités (…) utilisent une approche de la carotte et du bâton, récompensant parfois les militants indépendantistes avec des postes administratifs s’ils se désengagent de la cause.

Quant à l’activisme indépendantiste, les pro-Rabat Sahraouis pensent que les jeunes opprimés (souvent étudiants) cherchant à obtenir de meilleures conditions socio-économiques pour eux-mêmes avec le soutien du Maroc sont souvent prêts à abandonner la cause de l’indépendance en échange d’incitations matérielles. Un chercheur pro-Rabat a fait valoir que les étudiants du Sahara occidental sous contrôle marocain ont tendance à sympathiser avec le Polisario lorsqu’ils sont à l’université au Maroc mais, une fois rentrés chez eux après avoir terminé leurs études, modèrent leurs positions lorsqu’ils commencent à chercher un emploi et un logement. Les autorités utilisent également une approche de la carotte et du bâton, récompensant parfois les militants indépendantistes avec des postes administratifs s’ils se désengagent de la cause.

C. Sahraouis mécontents

Il est difficile pour un étranger d’évaluer le point de vue des citoyens ordinaires du Sahara occidental sous contrôle marocain sur le conflit. La combinaison de la répression et de la redistribution ciblée des avantages économiques semble avoir dissuadé la plupart d’entre eux d’en discuter. Les militants affirment que la majorité de la population soutient l’indépendance et sympathise avec le Polisario, mais que la plupart des gens ont peur de le faire publiquement. Un Sahraoui originaire des camps de réfugiés et vivant maintenant en Espagne a rappelé une rencontre en Mauritanie avec des proches restés au Sahara occidental :

Une partie de ma famille est constituée d’hommes d’affaires dans les territoires occupés. Pour gagner leur vie, ils doivent soutenir publiquement le Maroc, même s’ils soutiennent en fait l’indépendance. En 2003, nous nous sommes rencontrés en Mauritanie ; ce fut une rencontre très émouvante. Lorsque mes proches ont vu le drapeau de la République arabe sahraouie démocratique sur la plaque d’immatriculation de notre voiture, ils ont embrassé ce drapeau.

D’autres soulignent que de nombreux Sahraouis ont des opinions politiques peu claires. Ils sont intégrés dans des réseaux de clientélisme locaux et participent souvent aux élections tenues par les Marocains en échange d’avantages économiques réels ou potentiels, mais ils ne soutiennent pas nécessairement la revendication de souveraineté du royaume sur le Sahara occidental. Cependant, ils ne sont pas non plus nécessairement d’accord avec les appels à l’indépendance. Ce groupe est mécontent des récits propagés par le Maroc et le Front Polisario. Ses membres sont exaspérés par le chômage, l’accès limité au logement, la corruption et le clientélisme, mais certains d’entre eux ont également perdu confiance dans la perspective de l’indépendance et recherchent une meilleure alternative. Un chercheur pro-Rabat Sahraoui a décrit ce groupe comme suit :

C’est la même majorité silencieuse que l’on peut observer dans le reste du Maroc. Ils sont frustrés et politiquement désenchantés. Ils ne sont même pas politiquement neutres, mais attendent plutôt quelque chose de nouveau du Maroc ou du Polisario.

Certains de ces Sahraouis ont choisi de s’engager dans la politique et d’opérer autrement dans les limites imposées par Rabat. Ils se présentent aux élections locales sous la bannière de l’un des partis politiques du royaume, tout en professant en privé leur espoir d’un Sahara occidental indépendant. Participer aux élections signifie que les candidats sont de facto empêchés de discuter de l’indépendance, mais peuvent aborder des questions socio-économiques et culturelles. Les Sahraouis sont libres d’organiser des manifestations axées sur les problèmes locaux, qu’il s’agisse de chômage ou d’allocations sociales, tant qu’ils restent à l’écart de l’agenda indépendantiste. De telles initiatives créent souvent des opportunités pour les chefs tribaux et les représentants élus de servir d’intermédiaire entre la population et le Maroc, réaffirmant ainsi leur importance en tant que mandataires.

Bien que cela se soit produit il y a plus d’une décennie, la manifestation de 2010 à Gdeim Izik continue de souligner la fine ligne qui sépare les griefs socio-économiques des griefs ouvertement politiques. En octobre 2010, un groupe de Sahraouis à Laâyoune a mis en place un camp de protestation pour attirer l’attention sur plusieurs griefs, allant de la corruption présumée à la distribution injuste des prestations sociales. Dans les jours suivants, le sit-in pacifique s’est étendu à des milliers de personnes. Les autorités ont engagé un dialogue avec les manifestants dans un premier temps, mais un adolescent est ensuite décédé aux mains de la police, alimentant les tensions et amenant les manifestants à intensifier leurs revendications d’une plus grande justice sociale à l’indépendance. Début novembre, craignant que des militants pro-Polisario n’aient repris le campement, la police a enlevé de force les tentes et arrêté environ 3 000 personnes. Dans les heures qui ont suivi, de violents incidents impliquant des Sahraouis, des Marocains et des forces de sécurité marocaines ont eu lieu à Laâyoune. Il a fallu la médiation active d’un notable local, Hamdi Ould Errachid, pour rétablir le calme.

D. Une présence marocaine grandissante

Les Marocains représentent la majorité de la population du Sahara occidental contrôlé par Rabat et jouent un rôle majeur dans l’économie. Attirés par de généreuses incitations et subventions gouvernementales, beaucoup ont déménagé sur le territoire pour obtenir des emplois dans le secteur public et les industries de la pêche et des phosphates, dans lesquels ils constituent désormais l’écrasante majorité des employés et des cols blancs. Tous les Marocains n’ont pas pris des positions confortables ; après 1975, beaucoup sont allés d’abord dans les bidonvilles à la périphérie des principales villes du Sahara occidental, à la recherche d’emplois et d’incitations fiscales. Mais leurs conditions de vie se sont améliorées au cours des dix à quinze premières années du règne du roi Mohammed VI, qui a débuté en 1999.

Les opinions politiques de cette population sont floues et fragmentées, mais une composante nationaliste de plus en plus agressive semble avoir émergé ces derniers temps. Une partie de cette population est intégrée dans les réseaux de mécénat locaux, notamment à Dakhla et Laâyoune, mais d’autres (notamment les Marocains ouvriers vivant ailleurs) ne le sont pas. Encouragés par la position de plus en plus inflexible de Rabat sur le Sahara occidental, certains ont adopté un nationalisme plus militant. En février 2011, ces sentiments ont soudainement éclaté à Dakhla, où un festival de musique s’est transformé en émeute alors que de jeunes Marocains attaquaient des maisons, des entreprises et des personnes dans la région à majorité sahraouie d’Oum Tounsi pour des raisons apparemment nationalistes. Les troubles ont duré des jours, faisant une centaine de morts et de blessés.

L’armée représente l’autre grande présence marocaine sur le territoire et a son propre intérêt au statu quo. Bien qu’il y ait un manque de statistiques fiables dans le domaine public, des estimations datant de 2007 indiquent que Rabat compte environ 130 000 soldats au Sahara occidental, soit environ la moitié de ses troupes. Plusieurs officiers supérieurs semblent avoir profité financièrement des participations dans l’économie saharienne occidentale que leur offrait le royaume. En 2012, le Parti islamiste pour la justice et le développement au pouvoir a promis de publier la liste des personnes ayant reçu des licences pour la pêche commerciale, l’une des plus grandes industries du Sahara occidental. Alors que le dossier complet n’est jamais apparu, le journal Akhbar al-Youm a obtenu certains des noms et les a rendus publics. La liste comprenait un certain nombre d’officiers militaires de haut rang stationnés au Sahara occidental, ainsi que plusieurs Sahraouis pro-Rabat.

III. Les débats dans les camps de réfugiés

A. Le retour à la guerre

Depuis novembre 2020, le Front Polisario mène à nouveau des attaques régulières contre des cibles militaires marocaines. Il tire quotidiennement sur les troupes et les installations marocaines le long de la berme de sable. Ces opérations ont consisté jusqu’à présent principalement en des bombardements à longue distance et des raids éclairs le long de la berme, avec une efficacité limitée.

Près de 30 ans de paix et de changements géopolitiques dans la région ont miné les capacités militaires du Polisario. Le groupe s’est largement démobilisé après le cessez-le-feu de 1991, ne conservant que des forces minimales. En outre, il a perdu l’un de ses principaux fournisseurs d’armes, le libyen Mouammar Kadhafi. Un analyste militaire pro-Rabat soutient que l’équipement obsolète du Front est une contrainte majeure sur sa capacité à faire la guerre au Maroc, un adversaire beaucoup plus grand et puissant qui peut déployer des armes américaines et israéliennes. L’assassinat, le 7 novembre 2020, du chef de la police du Polisario, Addah al-Bendir, a mis en évidence cette lacune. Le royaume a refusé de fournir des détails, mais des médias et des experts militaires ont déclaré que les forces marocaines avaient utilisé un drone pour identifier Bendir, pour le tuer ou les deux. S’ils sont confirmés, ces rapports indiqueraient la première utilisation connue de drones dans le conflit.

« Alors que beaucoup conviennent que les forces [des Sahraouis indépendantistes] ne font pas le poids face à celles du royaume, ils soutiennent que leurs tactiques de guérilla… useront l’ennemi à long terme.

Les Sahraouis indépendantistes sont conscients du déséquilibre mais croient que ce qu’ils appellent leur guerre d’usure finira par réussir. Alors que beaucoup conviennent que leurs forces ne sont pas à la hauteur de celles du royaume, ils soutiennent que leurs tactiques de guérilla et leur familiarité avec le territoire useront l’ennemi à long terme. Les responsables du Polisario suggèrent que le conflit actuel de faible intensité n’est que le début d’une campagne plus ambitieuse et efficace.

B. Mobilisation de la jeunesse sahraouie

La reprise des hostilités a galvanisé la jeunesse dans les camps de réfugiés. Le débat interne sur l’opportunité de reprendre la guerre durait depuis des années, les nouvelles générations faisant pression sur les dirigeants du Polisario pour qu’ils abandonnent la diplomatie, ce que de nombreux jeunes considèrent comme une impasse. Depuis novembre 2020, les camps en Algérie ont vu un nombre important prendre les armes. Un jeune sahraoui à l’étranger a rapporté :

Beaucoup de personnes de la diaspora sahraouie, d’Espagne par exemple, sont retournées dans les camps pour rejoindre le combat. … Tous les jeunes veulent aller au front ; ils sont très motivés […] et heureux. Ils savent que cela signifie souffrir, mais ils savent que cela offre une solution.

Un autre jeune réfugié a déclaré que les Sahraouis appelaient les combats leur « deuxième guerre de libération », après la première qui a commencé en 1975 et s’est terminée avec le cessez-le-feu de 1991. Lorsque les hostilités ont repris, a ajouté cette personne, il y avait « un état de liesse incroyablement triste », signe que tout le monde ne partage pas le sentiment qui prévaut.

La désillusion face à la diplomatie comme solution au conflit et les conditions de vie difficiles dans les camps sont des facteurs clés du soutien des jeunes à la guerre. Les jeunes réfugiés considèrent que 30 ans d’efforts diplomatiques n’ont produit aucun résultat. Ils sont furieux, quant à eux, des gains politiques de Rabat à l’ONU (le Plan de règlement de 1991 ayant été mis de côté) et de la répression des militants indépendantistes au Sahara Occidental sous contrôle marocain. Selon les mots d’un artiste sahraoui :

Revenir à la guerre était la seule solution. Combien de temps resterons-nous réfugiés ? 45 ans d’exil, c’est trop long. C’est inhumain. Les conditions de vie sont dures. Nous n’avons aucun moyen [de subsistance]. C’est d’autant plus difficile qu’on voit dans d’autres pays que les citoyens vivent dans la dignité. Nous avons la chance d’avoir l’Algérie à notre frontière, mais cela ne suffit pas. Nous voulons retourner dans notre pays. Ici, il n’y a pas d’opportunités d’emploi, pas d’avenir pour le peuple sahraoui. C’est pourquoi le retour à la guerre est la seule solution.

De nombreux jeunes sahraouis ont eu l’occasion de voyager à l’étranger, soit en tant qu’étudiants, soit par l’intermédiaire d’ONG organisant des camps d’été en Europe. Après ces expériences, retourner à la vie dans les camps peut être choquant et frustrant. Les conditions climatiques difficiles, le manque d’opportunités d’emploi et la dépendance de nombreuses familles vis-à-vis de l’aide humanitaire alimentent davantage un sentiment de désespoir.

Alors que la population de réfugiés n’a cessé de croître au cours des 30 dernières années, les ressources disponibles n’ont pas suivi le rythme. Le Programme alimentaire mondial souligne que 30 pour cent des résidents des camps sont en situation d’insécurité alimentaire et 58 pour cent à risque. Ce problème est particulièrement aigu pour les femmes et les enfants. Pourtant, confrontés à des urgences humanitaires dans d’autres parties du monde, de nombreux donateurs ont déplacé les camps de Tindouf vers le bas de leur liste de priorités. Pendant ce temps, les envois de fonds de la diaspora sahraouie depuis l’étranger, y compris de l’argent mais aussi une aide en nature comme des médicaments, et la solidarité au sein des camps contribuent à améliorer le sort des réfugiés.

C. Débat sur la guerre et la paix

La décision du Polisario de reprendre la guerre est le résultat d’un long et difficile débat interne. Confrontée à une impasse diplomatique, l’organisation a subi pendant des années la pression de sa jeune cohorte et de certains autres membres. Un moment clé a été le congrès du Front en décembre 2019 à Tifariti, dans la zone tampon surveillée par l’ONU. Pendant plusieurs jours, les partisans de l’action militaire ont fait pression pour fixer immédiatement une date de reprise des hostilités, tandis que des responsables plus prudents ont fait valoir que le Front n’était pas en mesure de mener une offensive. Le secrétaire général Brahim Ghali, réélu lors du congrès, a foulé la ligne droite, réaffirmant l’attachement du mouvement à la diplomatie mais menaçant également de « reconsidérer son engagement dans le processus de paix ».

La direction du Polisario accuse les tentatives du Maroc d’imposer un nouveau statu quo et la passivité de l’ONU pour sa décision de reprendre les combats.

La direction du Polisario accuse les tentatives du Maroc d’imposer un nouveau statu quo et la passivité de l’ONU pour sa décision de reprendre les combats. Selon des responsables du Front, Rabat a tourné le dos à son acceptation antérieure d’un référendum d’autodétermination et a ensuite utilisé la stabilité offerte par le cessez-le-feu pour faire avancer sa stratégie du fait accompli, par exemple en poussant les gouvernements africains à ouvrir des consulats au Sahara occidental, tandis que le L’ONU est restée là. Pour ces responsables du Polisario, le retour à la guerre était le seul moyen de reprendre l’initiative et de faire pression sur le royaume et ses alliés internationaux.

Pourtant, le soutien à la guerre n’est pas unanime dans les camps, car la génération plus âgée a tendance à être plus prudente que de nombreux responsables du Polisario et les jeunes qui les encouragent. Une jeune sahraouie raconte l’histoire de la division au sein de sa famille :

Au cours des 30 dernières années, nous étions dans les limbes. La jeune génération comprend que [retourner à la guerre] n’est pas une solution immédiate – que ce sera un long conflit. Mais au moins on sent qu’il se passe quelque chose. C’est différent pour ma mère, qui est plus sceptique car elle a perdu des proches lors de la guerre précédente.

Un autre réfugié a déclaré que les Sahraouis plus âgés ont tendance à douter que la guerre puisse changer quoi que ce soit, estimant que les jeunes soutiennent cette option parce qu’ils n’ont pas connu la douleur des combats précédents. Pourtant, la plupart des anciens sont également mécontents de la diplomatie et ont perdu confiance en une solution.

Les critiques du Polisario dans les camps et à l’étranger sont plus virulents dans leur opposition à la guerre, qu’ils considèrent comme vouée à l’échec. Un jeune sahraoui basé en Espagne a vivement critiqué la décision de reprendre les combats. Il a fait valoir que la nouvelle direction du Front était à blâmer pour un conflit qui n’a causé aucun dommage au Maroc, ajoutant : « Les sahraouis disent qu’il n’y a pas de solution, mais ils subissent un lavage de cerveau du Polisario. Quant à ceux qui ont des inquiétudes, ils ont peur de les exprimer ». Il a déclaré que la solution serait d’éviter les politiciens des deux côtés et de laisser les groupes de la société civile le hacher. De même, le Movimiento Saharaui por la Paz, une organisation formée par des dissidents du Front et des notables tribaux en 2020, a fustigé le retour à la guerre. L’un de ses responsables a fait valoir :

La décision de la direction du Polisario de reprendre les combats en novembre 2020 était une grave erreur. Sur le plan militaire, le résultat a été terrible, et politiquement, c’est une catastrophe. Au lieu d’éveiller l’inquiétude de l’ONU et d’accélérer le retour aux négociations, il y a eu une perte d’intérêt pour la question. Le Conseil de sécurité de l’ONU consacre chaque année une seule séance publique au conflit pour renouveler le mandat de la MINURSO. [Le Sahara occidental] devient lentement comme le Cachemire, un conflit de faible intensité sans fin en vue.

Mais ces voix n’ont qu’un impact limité dans les camps, où les jeunes poussent à l’escalade militaire. De jeunes Sahraouis affirment que Rabat cache les véritables chiffres des victimes des attentats du Polisario. Ils restent engagés dans la guerre et exigent que le Front intensifie ses attaques, par exemple en faisant des prisonniers et en frappant des bases de l’armée marocaine dans la partie du Sahara occidental que le royaume contrôle. Il n’y a pas d’appels à cibler les civils. « Malgré notre déception, nous n’aurons jamais recours à des moyens moralement irresponsables pour combattre l’occupation marocaine », a déclaré un jeune réfugié. « Nous n’avons pas besoin d’entacher notre cause avec une violence inutile ».

Le débat à Tindouf sur la question des futures négociations est plus nuancé. Après 30 ans d’échecs diplomatiques, de nombreux Sahraouis (surtout les jeunes) excluent la possibilité de reprendre les pourparlers dès maintenant. Ils pensent que les négociations ne pourront avoir lieu qu’après que le Polisario aura battu le Maroc sur le terrain et l’aura forcé à accepter un référendum d’autodétermination. Le Polisario et les autres Sahraouis ne sont pourtant pas si catégoriques. Ils voient la nomination d’un nouvel envoyé de l’ONU (voir la section IV.A ci-dessous) comme ouvrant la voie à un retour à la diplomatie, mais ils insistent pour que les pourparlers se déroulent parallèlement aux combats. Pour eux, il est hors de question de rétablir le cessez-le-feu de 1991 ou d’en accepter un nouveau. Un haut responsable du Polisario a déclaré :

Aujourd’hui, la leçon tirée de la tricherie et de la duplicité du Maroc est que nous négocierons en nous battant. La guerre de libération doit se poursuivre jusqu’à ce qu’il y ait une conclusion clairement définie avec des garanties. Cette négociation ne peut être que la recherche de moyens de revenir au plan de règlement et à un référendum d’autodétermination.

Une communauté internationale divisée

A. Un nouvel envoyé de l’ONU

Pendant plus de deux ans, le plus grand obstacle à la reprise des pourparlers sur le Sahara occidental a été l’incapacité de l’ONU à nommer un nouvel envoyé. En mai 2019, le président allemand Horst Köhler a démissionné de son poste, et malgré le besoin pressant une fois que les hostilités ont repris en novembre 2020, l’ONU n’a pas pu trouver de remplaçant. Au cours de ces deux années, le secrétaire général de l’ONU António Guterres a présenté treize candidats pour le poste, mais aucun n’a reçu le feu vert du Maroc et du Polisario. Après novembre 2020, Guterres a lancé trois autres noms pour le poste.

En octobre 2021, l’ONU a annoncé la nomination du diplomate italo-suédois Staffan de Mistura, ancien envoyé spécial de l’ONU en Irak, en Afghanistan et en Syrie, dont Guterres avait avancé le nom six mois plus tôt. Le Polisario a accepté sa nomination, mais le Maroc a semblé la rejeter dans un premier temps, invoquant l’expertise de Mistura dans les « guerres chaudes » (le royaume affirme que le Sahara occidental est un conflit gelé et rejette les affirmations du Polisario selon lesquelles les attaques ont repris) et sa prétendue intention de revenir à des négociations bilatérales plutôt que d’utiliser le format de table ronde de Köhler, dans lequel l’Algérie et la Mauritanie étaient observateurs. Un ancien fonctionnaire de la MINURSO a toutefois affirmé que le véritable objectif de Rabat était de retarder la reprise des pourparlers et que ses arguments (notamment le fait que de Mistura souhaiterait revenir à des pourparlers bilatéraux) n’étaient destinés qu’à faire perdre du temps. Un responsable français a également décrit le rejet initial de Mistura par le Maroc comme une représaille à la rebuffade du Polisario à l’encontre d’un autre candidat. Suite à un lobbying américain discret mais intense pour convaincre le Maroc d’accepter de Mistura, Rabat aurait donné son accord en septembre.

Pourtant, l’accord sur la nomination de de Mistura cache d’importants désaccords entre les deux parties. Le format de négociation est un point d’achoppement majeur, tout comme la voie à suivre privilégiée . Le Polisario voit dans l’installation du nouvel émissaire une étape nécessaire mais insuffisante vers la reprise du dialogue. Certains responsables du Polisario exigent également un retour aux pourparlers bilatéraux, car ils rejettent le récit du Maroc selon lequel le compromis sur le Sahara occidental nécessite le consentement algérien et mauritanien (d’où le format de la table ronde avec l’Algérie et la Mauritanie) et le considèrent strictement comme une lutte d’une population colonisée pour la libération nationale de une puissance coloniale. Certains évoquent également la possibilité d’une médiation menée par l’Union africaine (UA). Sur la voie de l’avenir, le Front cherche une réinitialisation diplomatique, c’est-à-dire un retour au Plan de règlement de 1991 et une vision commune que le référendum d’autodétermination est la solution au conflit.

Rabat rejette l’idée de changer le format des négociations, affirmant vouloir préserver la configuration de la table ronde car selon lui le Polisario ne peut prendre aucune décision sans l’accord de l’Algérie. Il rejette également un rôle de l’UA, car il considère cet organe biaisé en faveur du Front. Sur la voie à suivre, les responsables marocains affirment que les 30 dernières années ont montré que le plan de règlement de 1991 ne fonctionne pas et qu’un référendum d’autodétermination n’est pas une proposition intermédiaire. Au lieu de cela, ils présentent le plan d’autonomie du royaume de 2007 comme la solution préférée.

B. L’administration Biden contourne l’annonce de Trump

La position opaque de Washington sur le Sahara occidental est un obstacle supplémentaire à la reprise des négociations. Le 10 décembre 2020, le président Donald Trump a annoncé sur Twitter que les États-Unis avaient officiellement reconnu la souveraineté marocaine sur le territoire, rompant avec des décennies de politique américaine. En échange de cette décision, le royaume a accepté d’établir des relations diplomatiques avec Israël. Depuis l’élection du président Joe Biden en novembre 2020, les partis attendent de voir si son administration confirmerait ou révoquerait la décision de son prédécesseur. Peu de temps après la victoire de Biden, la nouvelle administration a annoncé un examen des décisions de politique étrangère les plus controversées de Trump, y compris le Sahara occidental.

Pourtant, depuis son entrée en fonction, sans doute en partie parce que la question divise, l’administration a préféré éviter de s’occuper de l’annonce de Trump. La première déclaration sur le conflit par un responsable américain n’est intervenue que fin mars 2021, lorsque le secrétaire d’État Antony Blinken a évoqué l’urgence de reprendre les pourparlers et de nommer un nouvel envoyé dans une conversation avec Guterres, tout en éludant la question de la souveraineté du Maroc sur le territoire. Depuis lors, Washington a évité de prendre une position claire, car révoquer la reconnaissance contrarierait Rabat et mettrait en danger la normalisation du Maroc avec Israël, tout en confirmant que cela pourrait déclencher une réaction négative des membres du Congrès qui se sont prononcés contre l’annonce de Trump et exacerber les tensions au Sahara occidental. Annuler la décision de Trump risquerait également de déclencher l’opposition d’Israël, car le Maroc pourrait alors geler ou inverser le réchauffement progressif de ses relations diplomatiques avec Israël. Un ancien responsable de la politique étrangère des États-Unis a déclaré :

Que va faire le président Biden ? S’il fait marche arrière et dit : « Nous ne considérerons pas le Sahara occidental comme faisant partie du Maroc », les Marocains gèleront toute négociation et c’est la fin de tout sur le Sahara occidental pour les quatre prochaines années. Mais supposons qu’ils disent que c’est une question compliquée : « Nous allons y réfléchir longuement et sérieusement, et en attendant, nous voudrions aider les gens à prendre des mesures pragmatiques ». Il est concevable que des mesures pragmatiques puissent être prises sur le terrain, comme la reprise des échanges de visites familiales, l’amélioration des conditions dans les camps, le genre de chose que les gens de l’USAID peuvent faire pour soutenir la politique.

Quelle qu’en soit la raison, l’administration Biden a cherché à désamorcer les tensions entre le Maroc et le Polisario. Les États-Unis ont tenté une modeste initiative diplomatique au Conseil de sécurité de l’ONU en avril, mais cela n’a pas réussi à prendre de l’ampleur. Washington a présenté au Conseil des projets d’« éléments de presse » pour exhorter les deux parties à éviter l’escalade et a appelé à la nomination d’un nouvel envoyé. L’Inde a rejeté la proposition, arguant que sans un émissaire en place, un produit approuvé par le Conseil qui ne décrirait pas une ligne de conduite spécifique encouragerait chaque partie à interpréter la formulation dans son propre intérêt, déstabilisant ainsi davantage la situation. Des diplomates français et américains ont été pris par surprise et soupçonnés de faire du lobbying marocain derrière la position de New Delhi.

Depuis cet échec, l’administration Biden a évité de tels efforts, se concentrant plutôt sur la nomination d’un nouvel envoyé. Un diplomate américain a indiqué que, sans émissaire et à court de développements majeurs sur le terrain, Washington n’allait pas faire de déclaration sur le Sahara occidental. Dans les semaines qui ont suivi le désordre du Conseil de sécurité, les diplomates américains ont intensifié la pression sur le Maroc pour qu’il annule son rejet précoce de de Mistura

En contournant l’annonce de Trump et en se concentrant plutôt sur le processus de nomination des émissaires, les États-Unis ont temporairement préservé leur crédibilité en tant qu’intermédiaire honnête aux yeux du Maroc et du Polisario. Face à une politique difficile à déchiffrer, aucune des deux parties n’est prête à la dénoncer. En effet, jusqu’à présent, Rabat est satisfait de la posture de l’administration Biden. Alors que la position américaine n’a pas donné beaucoup de poids à Washington sur le Maroc (parce que Rabat sait qu’un renversement de l’annonce de Trump est peu probable), le royaume se rend compte qu’il doit répondre aux demandes de l’administration Biden (telles que l’acceptation de de Mistura) pour préserver le bien des États-Unis. volonté et une solide relation bilatérale. Un diplomate marocain a déclaré : « Ce que nous entendons [des États-Unis] est positif et rassurant. S’ils voulaient annuler la décision [de Trump],

De l’autre côté, un diplomate du Polisario a déclaré que l’initiative de l’administration Biden au Conseil de sécurité de l’ONU montrait que sa position différait de celle de Trump et était plutôt conforme au rôle diplomatique traditionnel de Washington dans le conflit. Un autre responsable sahraoui était plus prudent, déclarant :

L’administration actuelle s’est distanciée de l’héritage de Trump en matière de politique étrangère. Nous considérons les États-Unis comme une grande puissance qui assume une lourde responsabilité. … Nous voulons donner à [Washington] un peu plus de temps pour éviter de tirer des conclusions hâtives concernant sa bonne foi et sa contribution au règlement de ce différend.

La position timide des Européens

L’annonce de Trump a enhardi Rabat, qui a commencé à faire pression sur des gouvernements européens amis tels que la France et l’Espagne pour imiter les États-Unis en reconnaissant leur souveraineté sur le Sahara occidental. Un responsable français a décrit ainsi la nouvelle approche du royaume : « Ils semblent très confiants et en même temps plus inflexibles. L’impression est qu’ils veulent encaisser le plus possible maintenant [en cherchant la reconnaissance des autres] ».

Face à la position de Rabat, à l’approche ambiguë de Washington et à l’impasse diplomatique, la France a fait profil bas, évitant les déclarations publiques ou les initiatives diplomatiques. Malgré sa position traditionnellement pro-marocaine, Paris n’a jamais sérieusement envisagé de reconnaître la souveraineté de Rabat sur le territoire. Un diplomate français a déclaré que Washington devait clarifier sa stratégie s’il voulait pousser les deux parties à mettre fin aux hostilités et à reprendre les pourparlers. La position de la France en faveur du plan d’autonomie du royaume suffit à plaire à Rabat tout en évitant d’enfreindre le droit international ou les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’ONU.

L’Espagne a également essayé de maintenir un équilibre délicat. Il a été irrité par le blocus de la route de Guerguerat par le Polisario en novembre 2020 et plus tard soulagé par le succès de Rabat à rouvrir de force l’importante artère. Depuis lors, cependant, il a essayé de rester neutre en raison du fort soutien du public espagnol au mouvement indépendantiste sahraoui et du rôle historique de l’Espagne en tant qu’ancien occupant colonial, ce qui rend difficile pour Madrid de prendre une position pro-Rabat. Madrid a donc résisté aux pressions de Rabat pour reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.

Une importante querelle diplomatique avec Rabat a alors bouleversé les relations bilatérales. Début mai, l’Espagne a autorisé l’hospitalisation du leader du Polisario Brahim Ghali, atteint du COVID-19, dans la ville de Logroño. Le Maroc a protesté contre le fait que Madrid n’avait pas consulté le royaume au sujet de la décision, rappelant au gouvernement espagnol que Ghali faisait l’objet d’une enquête en Espagne sur diverses accusations, y compris des violations présumées des droits de l’homme dans les camps de réfugiés pour lesquelles le Polisario (et donc Ghali en tant que secrétaire général ) serait responsable. Les tensions se sont intensifiées au milieu du mois, lorsque le royaume aurait laissé 9 000 migrants, principalement des Marocains, traverser la frontière pour entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta, accablant ses services. Alors que la police des frontières marocaine a repris ses patrouilles normales en quelques jours, le Parlement européen a adopté une motion contre le comportement de Rabat, incitant le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita à accuser Madrid d’avoir tenté d’« européaniser » la dispute (bien que l’Espagne n’ait joué aucun rôle évident dans la décision du Parlement). Mais après que l’Espagne a nommé un ministre des Affaires étrangères pro-marocain en juillet, les relations se sont progressivement améliorées.

L’Allemagne est également embourbée dans des tensions diplomatiques de longue date avec le Maroc. Après la reprise des hostilités et l’annonce de Trump, Berlin a été le seul membre du Conseil de sécurité de l’ONU à demander une session à huis clos pour discuter de l’effondrement du cessez-le-feu. Il en a obtenu un en décembre 2020. La position militante de l’Allemagne a refroidi les relations avec le Maroc, puisque Rabat nie qu’une guerre se déroule au Sahara occidental et déclare qu’il n’est pas nécessaire de discuter de la situation. Pour le Maroc, la rupture du cessez-le-feu n’est guère plus qu’une nuisance. La décision de l’Allemagne de soulever le Sahara occidental au Conseil de sécurité de l’ONU a été l’un des nombreux facteurs ayant contribué à la décision de Rabat de geler tous les contacts avec Berlin et de retirer son ambassadeur en mai 2021. (Le Maroc a également cité Berlin n’invitant pas Rabat à sa conférence sur la Libye en janvier 2020 – l’Algérie y a participé – et son refus d’arrêter ou d’expulser Mohamed Hajib, un cyberactiviste marocain basé à Duisbourg

Les responsables de l’UE… sont sceptiques quant à leur capacité à influencer un différend que la France et l’Espagne préfèrent gérer bilatéralement.

L’Union européenne (UE) a limité son rôle à réitérer son engagement envers la diplomatie dirigée par l’ONU, évitant de prendre toute initiative de sa propre initiative sur ce que ses responsables considèrent comme une question de division au sein du bloc. Suite à l’annonce de Trump, Bruxelles a souligné qu’elle considérait toujours le Sahara occidental comme un « territoire non autonome » et a souligné son soutien à la médiation dirigée par l’ONU. Alors que les responsables de l’UE estiment qu’une solution négociée est la seule issue viable au conflit, ils sont sceptiques quant à leur capacité à influencer un différend que la France et l’Espagne préfèrent gérer bilatéralement.

D. Escalade des tensions avec l’Algérie

L’annonce de Trump a déstabilisé la relation historiquement complexe entre le Maroc et l’Algérie. La reprise des combats au Sahara occidental et la normalisation de Rabat avec Israël ont encore tendu les relations entre les deux rivaux nord-africains. Un diplomate algérien a expliqué les frictions comme suit :

Ce qui est sûr, c’est que les relations entre l’Algérie et le Maroc ne sont pas stables depuis l’indépendance [de l’Algérie] [en 1962]. Parfois, ils deviennent plus forts et à d’autres moments, ils deviennent tendus. Cela est dû à l’élan expansionniste du Maroc et au renforcement de son influence au détriment de l’espace de vie de l’Algérie.

Depuis novembre 2020, l’Algérie a réitéré son soutien de longue date à la cause de l’indépendance sahraouie. Fonctionnaires et militants soulignent le parallèle entre la guerre de libération de l’Algérie de la domination coloniale française et la lutte sahraouie, ainsi que la stricte adhésion de leur pays au droit international, au vu de l’avis consultatif de 1975 de la Cour internationale de justice sur le Sahara occidental (qui a rejeté les prétentions du Maroc à ce territoire) et le fait que l’ONU classe le Sahara occidental comme un « territoire non autonome ». Par ailleurs, Alger a régulièrement fourni une aide humanitaire aux camps de réfugiés de Tindouf et un soutien diplomatique au Front.

Les relations bilatérales se sont détériorées en juillet 2021, lorsque les médias internationaux ont fait état d’un scandale d’espionnage impliquant Rabat et Alger. Selon une enquête menée par les organisations non gouvernementales Forbidden Stories et Amnesty International, le Maroc a installé des logiciels espions sur les téléphones portables de plusieurs responsables et citoyens algériens pour écouter leurs conversations. L’Algérie a condamné ce comportement et a rappelé son ambassadeur « pour consultations ».

Dans les semaines qui ont suivi, la querelle s’est intensifiée. Lors d’une réunion mi-juillet du mouvement des non-alignés, l’ambassadeur du Maroc auprès de l’ONU a répondu à la déclaration de soutien du ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra au droit des Sahraouis à l’autodétermination en appelant à son tour à l’autodétermination du peuple algérien. Région de Kabylie à majorité amazighe. En août, Alger a coupé les ponts avec Rabat. Dans une déclaration ferme, Lamamra a attaqué Rabat pour avoir normalisé les relations avec Israël et l’a accusé de soutenir deux organisations interdites par le gouvernement algérien, le Mouvement d’autodétermination de la Kabylie et Rachad, un groupe islamiste. Il a également accusé le Maroc de saper le processus de paix au Sahara occidental, dans une tentative d’« imposer [son] diktat à la communauté internationale concernant la prééminence et l’exclusivité supposées de [son] plan d’autonomie ».

E. Contrecoup à l’Union africaine

La politique de Rabat vis-à-vis du conflit a rencontré quelques succès initiaux à l’UA mais s’est récemment heurtée à une résistance considérable. Depuis que le Maroc a rejoint l’UA en 2017, le Sahara occidental est redevenu un sujet de division au sein de l’organisation. Ces dernières années, Rabat a stimulé ses investissements et ses échanges avec le reste du continent, en particulier l’Afrique de l’Ouest, mais sa réadmission n’a pas été facile, des poids lourds continentaux comme l’Afrique du Sud et l’Algérie tentant de le bloquer. Néanmoins, en juillet 2018, peu après sa réadmission, Rabat a remporté une grande victoire au sommet de Nouakchott, alors que l’Assemblée de l’UA a accepté de limiter le rôle de l’organisation dans le conflit au soutien du processus dirigé par l’ONU à travers une troïka composée des et les présidents entrants. Cette décision a annulé le soutien de la Conférence de janvier 2018 aux pourparlers conjoints UA-ONU visant à faciliter un référendum d’autodétermination et a ignoré les rôles du Comité des chefs d’État et de gouvernement sur le Sahara occidental et du haut représentant de l’UA pour le Sahara occidental, ancien Le président mozambicain Joaquim Chissano, dans une tentative de médiation entre le Maroc et le Polisario.

Au cours des années qui ont suivi, la question a continué à attirer l’attention des pays africains. En mars 2019, la Communauté de développement de l’Afrique australe pro-Polisario a organisé une conférence de solidarité avec le peuple du Sahara occidental, à laquelle ont participé les chefs d’État du Lesotho, de la Namibie, de l’Afrique du Sud, du Zimbabwe et de l’Ouganda. La déclaration finale du groupe a réitéré son soutien à la décolonisation et à l’autodétermination du territoire. Parallèlement, le Maroc a organisé une rencontre à Marrakech avec des représentants de 36 pays africains. La déclaration finale de ce rassemblement exprimait, en revanche, son soutien au cadre de l’ONU et à une solution négociée au conflit.

Le débat au sein de l’UA s’est à nouveau réchauffé après la reprise des hostilités et l’annonce de Trump. En décembre 2020, la Conférence de l’UA a appelé à revitaliser le mécanisme de la troïka ; discuter du Sahara occidental au niveau des chefs d’État ; mettre fin aux combats; et encourager la nomination d’un envoyé de l’ONU. En mars 2021, le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a emboîté le pas, appelant non seulement à relancer la troïka, mais aussi à rouvrir le bureau de l’UA à Laâyoune ; envoyer le conseil de l’UA en visite sur le terrain ; le réengagement du haut représentant pour le Sahara occidental ; et solliciter un avis juridique de l’ONU sur l’ouverture de consulats africains au Sahara occidental. Ces actions équivalaient à un renversement du sommet de Nouakchott de 2018 et à un retour à la position traditionnelle de l’UA. Cependant, certains États membres de l’UA ont fait part en privé de leur mécontentement et se sont engagés à bloquer les futures initiatives concernant ce dossier

Un certain nombre de gouvernements africains (et aussi moyen-orientaux) ont accepté d’ouvrir des consulats au Sahara occidental sous contrôle marocain.

Ces divisions profondes et le refus du Maroc de traiter les questions relatives au Sahara occidental en dehors du cadre de l’ONU ont sapé la capacité de l’UA à jouer un rôle efficace. Depuis juin 2019, un certain nombre de gouvernements africains (mais aussi moyen-orientaux) ont accepté d’ouvrir des consulats au Sahara occidental sous contrôle marocain, semblant ainsi affirmer la revendication de souveraineté de Rabat sur le territoire. Ces mesures ont contribué à creuser le fossé entre les pays pro-Maroc et pro-Polisario. À son tour, la discorde a affaibli sa capacité à peser sur le conflit, même lors de la mise en œuvre de ses propres décisions. Par exemple, la troïka n’a pas rendu compte de la question depuis 2018, ce qui a conduit des pays comme l’Algérie et l’Afrique du Sud à critiquer l’efficacité de cet arrangement. Pour sa part, le Maroc a refusé de rencontrer le haut représentant de l’UA pour le Sahara occidental et continue de s’opposer à la réouverture du bureau de l’UA à Laâyoune.

F. L’accord commercial de l’UE avec le Maroc

Depuis 2012, lorsque l’UE et le Maroc ont conclu un accord commercial, la politique commerciale du bloc s’est transformée en un champ de bataille virtuel dans le conflit entre le royaume et le mouvement indépendantiste. L’accord a permis d’augmenter les quotas d’importation de produits et de poissons de Rabat. Le document n’excluant pas expressément le Sahara occidental de ses dispositions, l’UE et le Maroc ont considéré qu’il s’appliquait de facto au territoire contesté. Le Polisario a contesté l’accord devant la Cour de justice de l’UE, qui a statué en 2016 que l’UE et le Maroc ne pouvaient pas inclure le Sahara occidental dans le champ d’application territorial du traité. Par ailleurs, rappelant que le Front bénéficie d’une reconnaissance juridique internationale et est directement concerné par l’accord, les juges ont ajouté que la population locale doit être considérée comme une tierce partie à l’accord et que,

L’UE et le Maroc ont répondu à la décision en modifiant l’accord. En 2019, le Conseil de l’UE a approuvé un nouveau traité, qui inclut explicitement le Sahara occidental dans son champ d’application territorial. La Commission européenne a également mené une série de consultations avec des élus locaux, des hommes d’affaires et des organisations sahraouies avant l’accord. Fin septembre 2021, la Cour de justice de l’UE a annulé ces modifications. Les juges ont accepté les affirmations du Polisario selon lesquelles « consultation » n’est pas synonyme de « consentement » et que le Front est le seul représentant légitime du peuple sahraoui. Parce que la décision n’invalide pas immédiatement l’accord commercial, elle ouvre une fenêtre pour la Commission européenne et le Conseil de l’UE pour décider s’il faut modifier l’accord pour exclure le Sahara occidental sous contrôle marocain ou pour explorer un cadre différent qui pourrait être plus acceptable pour Rabat. .

Les partisans du Polisario soutiennent que l’accord actuel normalise l’occupation marocaine du Sahara occidental et pénalise sa population sahraouie. Rien qu’en 2019, l’Europe a importé pour 434 millions d’euros de poisson, tomates, concombres et melons du Sahara occidental. Autour de Dakhla, la production de tomates et de concombres (dont une grande partie était exportée vers l’Europe) a augmenté de 2 800 % de 2009 à 2020, tandis que la production de melons a augmenté de 500 %. Les militants indépendantistes allèguent que ces activités ne profitent qu’à une poignée d’entreprises agricoles marocaines et à quelques notables et officiers militaires sahraouis, et que la plupart des travailleurs de l’agriculture et de la pêche sont des Marocains et non des Sahraouis. Ils soutiennent que l’UE devrait traiter le Sahara Occidental comme elle le fait avec la Palestine, c’est-à-dire en étiquetant les marchandises provenant du territoire occupé comme telles et en mettant fin au traitement préférentiel. Ils citent les accords de libre-échange du Maroc avec les États-Unis et l’Association européenne de libre-échange comme exemples d’arrangements qui excluent explicitement le Sahara occidental.

EU officials are reluctant to consider removing Western Sahara from the agreement and could use the latitude afforded by the Court to come up with another approach. They are sceptical that negative economic incentives, such as reintroducing customs on Western Saharan exports, could encourage the kingdom to accept a compromise. They point to Morocco’s hard-nosed reaction in 2016, when Rabat froze all contacts with Brussels following the Court’s verdict against the inclusion of Western Sahara, and consider the issue too divisive within the EU. En effet, au lendemain de l’arrêt de septembre, Bruxelles s’est empressé de rassurer Rabat que la décision n’affecterait pas leur relation. Le haut représentant de l’UE aux Affaires étrangères Josep Borrell et le ministre marocain des Affaires étrangères Bourita ont publié une déclaration commune pour souligner leur volonté de « prendre les mesures nécessaires pour assurer le cadre juridique qui garantit la continuité et la stabilité des relations commerciales » entre Bruxelles et Rabat.

V. Relancer les négociations

L’effondrement du cessez-le-feu et l’annonce de Trump n’ont pas réussi à susciter un sentiment d’urgence international concernant le conflit. L’inaction persistante du Conseil de sécurité de l’ONU et de l’administration Biden, ainsi que des divisions internes de l’UA et des gouvernements européens, atteste à la fois de la faible priorité que les puissances mondiales accordent à la question et de son degré de controverse. Les acteurs externes peuvent ne pas être perturbés par la campagne militaire du Polisario et la réponse de Rabat en raison du bilan humain limité de la guerre.

Morocco’s tough approach has deepened external actors’ hesitancy to tackle the issue head on. Since December 2020, Rabat has pushed friendly European governments to recognise its sovereignty over Western Sahara and has reacted forcefully to Germany’s attempts to draw international attention to the conflict, as well as to the Polisario leader’s hospitalisation in Spain. Likewise, in an effort to push back on Algiers, it has not hesitated to make comparisons between Western Sahara, which is still on the UN’s non-self-governing territories list, and Algeria’s Kabylia, whose international legal status has never been in question. These incidents have highlighted the kingdom’s zero-tolerance policy regarding any external attempt to reconsider a status quo that has evolved largely in its interest.

Le fossé entre le Maroc et ses alliés, d’une part, et le Front Polisario et les réfugiés des camps de Tindouf, d’autre part, n’a fait que se creuser.

Le fossé entre le Maroc et ses alliés, d’une part, et le Front Polisario et les réfugiés des camps de Tindouf, d’autre part, n’a fait que se creuser. Les Sahraouis indépendantistes refusent de renoncer à leur droit à l’autodétermination et, ayant perdu confiance dans la médiation extérieure, pensent que le combat est la seule solution. Ils sont préparés à une longue guerre à la fois au Sahara occidental et devant les tribunaux de l’UE jusqu’à ce qu’ils puissent modifier l’équilibre des pouvoirs et réinitialiser les termes de la diplomatie.

Ce gouffre grandissant et une série d’incidents diplomatiques et militaires mettent en évidence les risques potentiels du conflit. Les crises diplomatiques du Maroc avec l’Allemagne et l’Espagne et la montée des tensions avec l’Algérie rappellent que l’idée d’un conflit aux répercussions limitées peut être un peu trop rose. Les tensions sur le Sahara occidental peuvent déstabiliser la politique régionale, compromettre la collaboration entre les gouvernements européens et les partenaires nord-africains et compliquer la gestion des flux migratoires en Méditerranée. Bien que le risque d’une escalade militaire significative soit faible pour le moment, il pourrait augmenter si les Sahraouis indépendantistes adoptaient des tactiques plus audacieuses, telles que le ciblage de sites militaires ou industriels à l’intérieur du Sahara occidental. À son tour,

Dans ce contexte, la nomination de l’Envoyé de l’ONU de Mistura ouvre de nouvelles opportunités pour la diplomatie. Pour éviter une nouvelle détérioration, il faut une désescalade militaire, des mesures de confiance, la reprise des pourparlers dirigés par l’ONU entre les deux parties et un soutien renouvelé des principales puissances extérieures. L’installation d’un représentant de l’ONU était une étape essentielle pour permettre aux consultations diplomatiques de reprendre et de combler un vide qui a donné du pouvoir aux partisans de la ligne dure des deux côtés. Mais la nomination, à elle seule, n’est pas suffisante pour mettre fin à la guerre et convaincre le Maroc et le Polisario de reprendre les pourparlers. Un effort supplémentaire sera nécessaire :

A. Relancer les pourparlers

Le renouvellement du mandat de la MINURSO devant être discuté fin octobre, les États-Unis devraient chercher à utiliser la nomination de de Mistura pour insuffler un nouvel élan aux efforts visant à désamorcer le conflit. Pour que le nouvel envoyé réussisse sa mission de ramener les parties à la table, il aura besoin que les États-Unis signalent leur intention de reprendre les efforts pour résoudre le conflit. En tant que porte-plume sur cette question au Conseil de sécurité de l’ONU, Washington a un rôle clé à jouer dans la formation des perceptions et du comportement du Maroc, ainsi que du Polisario. Alors que l’administration Biden pourrait être réticente à clarifier sa position sur l’annonce de Trump, elle devrait être prête à augmenter la pression sur les deux parties pour s’engager de manière constructive dans des pourparlers, par exemple en raccourcissant le mandat de la MINURSO à six mois, De même, pour faire pression sur Rabat et séduire le Polisario, il pourrait envisager d’ajouter à la prochaine résolution un langage faisant référence à la nécessité d’une « solution politique réaliste, praticable et durable », qui évoquerait le droit du Sahara occidental à l’autodétermination.

Pendant ce temps, d’autres acteurs internationaux devraient intensifier leur engagement discret avec le Maroc et le Polisario pour signaler leur soutien aux efforts américains et préparer le terrain pour le nouvel envoyé de l’ONU. La France, l’Espagne et l’UA devraient préciser à Rabat que l’acceptation du nouvel envoyé de l’ONU n’est qu’une première étape et qu’elle devrait être prête à travailler avec de Mistura sans conditions préalables ; par exemple, il ne devrait pas insister pour rétablir d’abord le cessez-le-feu ou renégocier le format des pourparlers. De même, l’Algérie et l’UA devraient faire pression sur le Polisario pour qu’il réduise ou mette fin à ses activités militaires et adoucissent leur position concernant les futurs accords de négociation.

Avec ce soutien international, l’envoyé devrait d’abord chercher à rétablir la confiance entre les deux parties. La confiance entre le Maroc et le Polisario est au plus bas depuis 30 ans après près d’un an de combats.

Le premier défi auquel de Mistura sera probablement confronté sera la négociation d’une cessation des hostilités. Les responsables du Front et les militants indépendantistes considèrent le cessez-le-feu de 1991 comme une erreur stratégique qu’ils ne devraient pas répéter, car ils estiment que cela leur a coûté à tous un effet de levier sur le Maroc lors des négociations ultérieures. L’envoyé de l’ONU ferait donc mieux de proposer des mesures de confiance pour désamorcer le conflit. Dans un éventuel accord intérimaire, le Polisario pourrait accepter d’arrêter unilatéralement les attaques le long du mur de sable en échange de la fin du Maroc à la répression des militants indépendantistes sahraouis. Les deux parties pourraient également convenir de reprendre l’autorisation des visites familiales des Sahraouis dans les camps de réfugiés et au Sahara occidental sous la supervision de l’ONU. L’Agence américaine pour le développement international et l’UE pourraient soutenir ces efforts en augmentant leur soutien humanitaire aux réfugiés de Tindouf, signe de l’engagement des États-Unis et de l’Europe à continuer de s’engager dans la résolution du conflit.

Cependant, les mesures de désescalade et de renforcement de la confiance ne devraient pas devenir des conditions préalables à la reprise des négociations. S’il ne parvient pas à donner de l’élan à l’une de ces initiatives, le nouvel envoyé devrait alors se concentrer sur la relance des négociations et demander aux deux parties de présenter de nouvelles propositions. De Mistura devrait chercher à reprendre la configuration de la table ronde de Genève 2018-2019, car toute révision du format utilisé par Köhler risquerait de faire perdre un temps précieux et un capital politique en déclenchant le rejet de Rabat et en alimentant les tensions diplomatiques sur une question (pourparlers bilatéraux contre pourparlers régionaux) qui a peu d’intérêt pour le conflit. Si cet effort devait échouer, l’envoyé devrait explorer avec les deux parties ce que devrait être le format de négociation. Si les tensions entre l’Algérie et le Maroc s’avèrent être un obstacle à la reprise des négociations sur le Sahara occidental,

Une fois que les deux parties auront accepté de reprendre les pourparlers, l’envoyé [de l’ONU] devrait leur demander de soumettre une version révisée de leurs plans respectifs pour résoudre le conflit.

Une fois que les deux parties auront accepté de reprendre les pourparlers, l’émissaire devra leur demander de soumettre une version révisée de leurs plans respectifs de résolution du conflit (à partir du plan d’autonomie de 2007 pour le Maroc et du Plan de règlement de l’ONU de 1991 pour le Polisario). L’envoyé devrait encourager les parties à introduire des amendements pour refléter les échecs passés et tenter de combler les lacunes. Ces changements proposés pourraient alors constituer la base de la prochaine série de pourparlers.

Si ce processus démarre, de Mistura devrait envisager de consulter régulièrement la société civile et les groupes d’intérêt des deux côtés du conflit. Au Sahara occidental sous contrôle marocain et dans les camps de réfugiés, une diversité de points de vue sur le différend a émergé au cours des dernières décennies, affaiblissant l’emprise des deux parties sur l’opinion publique. Alors que le Maroc et le Polisario sont encore capables de représenter largement les intérêts de leurs populations respectives, le diplomate onusien doit être attentif aux extrémistes et aux dissidents dans les deux camps. Ces circonscriptions (élites sahraouies, militants des droits de l’homme, dissidents du Polisario, jeunes réfugiés) devraient être autorisées à faire valoir leurs idées, ne serait-ce qu’indirectement à travers les consultations du représentant de l’ONU. Leur implication pourrait apporter de nouvelles perspectives à la conversation.

B. Maintenir la pression

Compte tenu de la réticence de beaucoup à faire pression directement sur les deux parties au sujet de ce qu’elles considèrent comme un conflit de faible priorité, les acteurs étrangers devraient soutenir le processus dirigé par l’ONU en apportant un mélange d’incitations financières à la table. Le conflit a une économie politique importante et souvent sous-estimée qui doit être abordée pour augmenter les attraits du compromis. La peur des élites sahraouis de perdre l’accès à leurs prestations et le contrôle des réseaux de clientélisme, le rejet du statu quo par les Sahraouis et la demande des jeunes réfugiés pour de meilleures conditions socio-économiques ont joué un rôle majeur dans l’escalade 2020-2021. Les puissances extérieures devraient utiliser la carotte et le bâton pour encourager ces circonscriptions à assouplir leurs positions et faire pression sur le Maroc et le Polisario pour qu’ils restent engagés dans les négociations et parviennent à un compromis durable.

Concrètement, à la lumière de l’opposition de la Cour européenne de justice à l’accord commercial de l’UE avec le Maroc, tel qu’il est encadré, l’UE devrait se conformer à cette décision en réintroduisant des quotas et des tarifs sur les produits et les poissons du Sahara Occidental. Plutôt que de faire appel de ce verdict ou de tenter de le contourner, comme elle l’a fait par le passé, Bruxelles pourrait appliquer cette incitation négative pour faire pression sur les élites sahraouies et les officiers marocains qui sont parmi les principaux bénéficiaires et partisans du statu quo. Retirer les produits et le poisson de l’accord commercial augmenterait le coût de l’impasse diplomatique et encouragerait ces importants groupes à soutenir le compromis. Alors que Rabat exercerait des représailles diplomatiques prévisibles,

Les puissances extérieures devraient proposer d’établir un fonds international de développement pour le Sahara occidental qui ne serait activé qu’en cas de compromis mutuellement acceptable entre les deux parties.

Quant aux incitations positives, les puissances extérieures devraient proposer de créer un fonds international de développement pour le Sahara occidental qui ne serait activé qu’en cas de compromis mutuellement acceptable entre les deux parties. Entre le Sahara occidental et les camps de réfugiés, la population sahraouie compte moins d’un million. Les ressources nécessaires pour promouvoir la création d’emplois et la construction d’infrastructures sur ce territoire seraient relativement peu coûteuses pour les États américains et européens, qui pourraient également demander au Fonds monétaire international, à la Banque mondiale et à la Banque africaine de développement d’intervenir. Ces acteurs devraient d’abord créer des emplois et construire des logements abordables, répondant ainsi à deux des préoccupations majeures de la population locale, ainsi que réinstaller les réfugiés au Sahara occidental. Ce fonds pourrait rassurer les notables et représentants sahraouis sur leur survie politique et économique dans une transition vers un nouvel arrangement politique (que ce soit l’autonomie ou l’indépendance). Dans le même temps, cela pourrait inciter une partie de la population sahraouie au Sahara occidental et les jeunes des camps à accepter une solution négociée.

Les acteurs internationaux devraient également envisager de garantir le caractère sacré de certains droits de propriété tant pour l’élite sahraouie que pour les Marocains au Sahara occidental. Par exemple, des acteurs externes et l’envoyé de l’ONU pourraient encourager le Polisario à offrir des assurances illimitées ou limitées dans le temps sur les actifs et les licences existants dans la partie sous contrôle marocain du territoire afin d’apaiser les craintes concernant le statut futur des investissements dans l’extraction de sable, le transport, la pêche et d’autres secteurs. Comme ces concessions empiéteraient sur un futur arrangement pour le Sahara occidental, le fonds international de développement pour le Sahara occidental devrait également inclure des mesures spéciales pour dédommager les autres groupes (par exemple, les jeunes sahraouis ou les réfugiés se réinstallant au Sahara occidental), par exemple en offrant des subventions ou des prêts. soutenir l’entrepreneuriat et la création d’emplois dans d’autres secteurs.

VI. Conclusion

Le conflit au Sahara occidental a jusqu’à présent été de faible intensité et a eu des répercussions régionales limitées, berçant les acteurs extérieurs dans un faux sentiment de sécurité. Mais la rupture diplomatique croissante entre le Maroc et ses alliés, d’un côté, et le Polisario, de l’autre, menace d’aggraver la crise. Le désenchantement généralisé à l’égard des perspectives d’une solution négociée dans les deux camps est également préoccupant. Les États-Unis, les États européens, l’ONU et l’UA devraient travailler ensemble pour convaincre Rabat et le Front de reprendre les pourparlers, et ils devraient utiliser leur levier économique pour maintenir la pression sur eux pour qu’ils négocient. Reprendre les pourparlers est le seul moyen d’éviter une escalade potentiellement déstabilisatrice de ce conflit souvent négligé.

Rabat/Tindouf/Washington/Bruxelles, le 14 octobre 2021

Annexe A : Carte du Sahara occidental

International Crisis Group, 174/10/2021