France: 216.000 victimes de prêtres et de religieux pédophiles

France, pédophilie, pédocriminalité, église, prêtres, curés, #Pédophilie, #pédocriminalité,

Scandale récurent à l’Eglise catholique. A quel dessein? Pourquoi est-il tu après chaque élection présidentielle en France ? Depuis des décennies, le phénomène des abus sexuels perpétrés dans l’Eglise catholique est légion mais plus personne n’en parlait franchement, lors d’une campagne présidentielle jusque-là ou oser en lever les véritables zones d’ombre. Force est d’admettre qu’un rapport accablant parle, depuis un certains temps, de 3.000 prêtres accusés de pédocriminalité. L’Eglise a tout simplement fermé l’oeil sur cet abus à caractère sexuel alors que dans certains pays d’Europe, on chercherait à introduire le consentement dans le droit pénal sexuel, ce qui est d’ores et déjà qualifié de «grave dérive» à la morale de l’Eglise catholique.

Et la France? Aujourd’hui, une commission d’enquête dénommée «Sauvé» veut sauver l’honneur de l’Eglise catholique. Elle plaide en faveur du départ de tous les évêques et prêtres. Le problème est que lors d’une campagne présidentielle, les candidats n’ont jamais défendu la cause de l’Eglise catholique, en cherchant à la débarrasser du phénomène des abus sexuels commis par des prêtes et des religieux. Ils focalisent souvent sur l’immigration, l’emploi, la fiscalité ou la cherté de la vie alors que l’Eglise catholique semble embourbée depuis des lustres par une multitude de problèmes. Pourquoi faire ressortir un «vieux dossier» puisqu’il ne risque pas d’être suivi d’actes ni utilisé comme thème de campagne de la classe politique dans le sillage de la future présidentielle de la France en 2022 ? Ainsi, le chaud débat sur les abus sexuels à l’Eglise catholique risque-t-il d’être faussé d’avance. «On passe totalement à côté», prédit un spécialiste.

La France qui s’évertue d’être un exemple dans la pratique démocratique, la libre expression et la liberté de culte, ne donne pas forcément l’exemple de la «sainteté» de l’Eglise catholique. Elle n’en est pas moins épargnée par le fléau des exactions sexuelles commis par des prêtres et évêques au nom du libertinage et athéisme. On se souvient que le prêtre de Munich avait présenté sa démission au Pape François, au sujet des abus sexuels de l’Eglise. En France, c’est le même constat.

Pour les spécialistes et les meneurs de la commission d’enquête, la démission collective des évêques de l’Eglise catholique est la solution honorable». Tout compte fait, l’église catholique fait face depuis la fin du XXème siècle à la révélation de nombreuses affaires d’abus sexuels sur mineurs commis par des prêtres, des religieux ou des laïcs en mission ecclésiale sur différents continents. Le haut clergé catholique a réagi tardivement à ces sujets largement médiatisés. Une nouvelle réplique dans la secousse provoquée par la publication du rapport «Sauvé».

Le phénomène de pédocriminalité est si grandement et délibérément pointé des doigts que son ampleur a traversé les frontières de l’Eglise catholique. Trois personnalités dont le cofondateur de l’Association de victimes «La parole libérée», François Devaux, ont lancé un appel lundi 11 octobre à la “démission collective” des évêques, après la publication d’une enquête par la Commission «Sauvé» mardi 5 octobre qui révèle l’ampleur du phénomène de pédocriminalité dans l’?glise catholique. Cet appel intitulé “Face à la faillite, la démission des évêques est la seule issue honorable”, est également lancé par la théologienne Anne Soupa et la directrice de la rédaction de «Témoignage chrétien», Christine Pedotti.

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’?glise (Ciase) a estimé à 216.000 le nombre de personnes victimes d’un prêtre ou d’un religieux en France depuis les années 1950, voire 330.000 si l’on ajoute les agresseurs laïcs en lien avec les institutions de l’église. “Bien plus que des défaillances, le rapport de la Ciase met en lumière une véritable faillite”, estiment Christine Pedotti, Anne Soupa et François Devaux.

Selon eux, “n’importe quelle organisation, association, entreprise en tirerait les conséquences qui s’imposent: se défaire de ses dirigeants”. Actuellement, la France compte quelque 120 évêques. “Nous demandons, comme un signe d’espoir et de renouveau, la démission collective de l’ensemble des évêques en exercice”, lancent-ils, “le seul geste à la mesure de la catastrophe et de la perte de confiance dans laquelle nous sommes” et “la seule attitude qui peut permettre de restaurer la maison église”.

Les auteurs de cet appel considèrent par ailleurs qu’une démission des évêques actuels permettrait de garantir l’indemnisation des victimes d’agressions sexuelles grâce à “cette solidarité et cette fraternité nouvelles”.

Le Carrefour d’Algérie, 16/10/2021