Excentricités et bizarreries du roi du Maroc (Média espagnol)

Maroc, Mohammed VI, Lalla Salma, monarchie alaouite, famille royale, #Maroc, #MohammedVI, #LallaSalma, #MonarchieAlaouite,

Le début du règne du roi du Maroc Mohammed VI en 1999 a marqué une petite mais importante rupture avec ce que le pays avait connu jusqu’alors sous le roi Hassan II, son père. Mohammed VI s’est présenté comme un monarque modernisateur et, au cours de ses presque 19 ans de règne, il a introduit une certaine libéralisation économique et sociale au Maroc. En fait, lors de la controverse sur la succession, les secteurs les plus conservateurs de la société ont préféré son jeune frère, Mulay Rashid, car ils se méfiaient de Mohammed, jugé trop libéral et moderne.

En effet, dans ses premières années, il a adopté des mesures qui s’écartent des anciennes coutumes marocaines et qui constituent un engagement en faveur d’une société plus ouverte et démocratique. Par exemple, il a immédiatement limogé le bras droit de son père, le ministre de l’Intérieur Driss Basri, qui était lié à certaines des violations des droits de l’homme les plus vicieuses du Maroc, et en 2017, il a supprimé progressivement la coutume séculaire du « baiser ».

Cependant, cette démocratisation apparente du pays ne l’a pas été, ce qui a conduit aux manifestations marocaines de 2011 dans le cadre du mouvement du printemps arabe. Ces manifestations, qui s’inscrivent dans un contexte de crise économique, sont également le résultat de la corruption et du mécontentement politique général dans le pays, et la vérité est qu’elles ont obtenu l’approbation de certaines réformes politiques proposées par Mohammed VI lui-même, qui ont réussi à les apaiser momentanément. Mais qui est vraiment ce monarque « moderne » et singulier ?

Le travail des relations publiques
Malgré les apparences de la démocratie, le Maroc d’aujourd’hui est toujours pratiquement un pays dirigé par une « monarchie absolue ». Ainsi, le roi est au sommet du système, pouvant dissoudre les chambres, nommer le chef du gouvernement, présider le Conseil des ministres, etc. Toutefois, le véritable pouvoir n’est pas détenu par Mohammed VI, mais il existe au Maroc un « makhzen », une sorte de gouvernement fantôme, qui contrôle tout.

Ainsi, le rôle du roi Mohammed VI est principalement un rôle de relations publiques, étant le parfait ambassadeur de son pays en termes de relations internationales. Mohammed VI parle l’arabe, l’anglais, l’espagnol et le français, et compte tenu des relations étroites du Maroc avec les États-Unis, il n’est pas rare de voir des images de lui avec les différents présidents que le pays a connus. En outre, il existe au Maroc une station de radio « Mohammed VI du Saint Coran », fondée en 2004 et comptant un grand nombre d’auditeurs, qui traite principalement de sujets religieux et liés au Coran.

Ce cadeau ostentatoire se composait de quatre articles : une broche en or en forme de fleur, décorée de diamants et de rubis, une montre en or incrustée de diamants et d’émeraudes, et deux paires de boucles d’oreilles, respectivement en or et en argent, également ornées de pierres précieuses. L’existence de ce cadeau, trop ostentatoire et probablement peu pratique, n’était pas connue avant cette année, mais il reflète sans aucun doute une grande partie de la personnalité de Mohammed VI.

Son cadeau à Obama
Ce sont précisément ces excellentes relations entre le souverain alaouite et les présidents américains successifs qui nous ont permis de connaître un peu mieux les goûts de Mohammed VI. Le cadeau que le monarque a offert à Barack Obama en juin 2016, lors de sa dernière année de présidence, se distingue, et est considéré comme l’un des plus chers en termes de relations diplomatiques. Mohammed VI a décidé d’offrir à Obama rien de moins qu’une parure de bijoux ? d’une valeur de plus de 100 000 dollars !

Roi sans harem
Une autre des singularités que Mohammed VI a apportées avec lui lorsqu’il est monté sur le trône a été la dissolution du harem royal, une chose très courante dans les pays arabes. Si la coutume veut que le prince héritier soit marié avant de devenir roi, ce n’est pas le cas du monarque alaouite, qui a épousé Salma Bennani en 2002, trois ans après la mort de son père. Bennani, de quinze ans son cadet, n’appartenait pas à la noblesse, était ingénieur en informatique, et son image et sa présence ont sans doute contribué à moderniser le pays.

Pendant le règne d’Hassan II, aucune de ses deux épouses n’est jamais apparue en public. Ce n’était cependant pas le cas de Lalla Salma, nom que Bennini a acquis après le mariage. L’ancienne épouse de Mohammed VI a non seulement décidé d’apparaître en public sans voile et à visage découvert, affichant toujours sa chevelure rousse caractéristique, mais elle a également poussé le roi à mettre fin au harem. En effet, alors que le harem de son père comptait plus de 50 femmes, en plus de recevoir régulièrement des jeunes femmes en « cadeau », Lalla Salma aurait posé comme condition à leur mariage que Mohammed VI passe à la monogamie, ce à quoi le souverain s’est plié sans hésiter.

Un divorce dans l’actualité
Si le mariage de Mohammed VI et Lalla Salma n’a pas été un événement largement célébré (du moins publiquement) en raison de la situation que traversait le pays, leur divorce, annoncé en mars 2018, a fait couler beaucoup d’encre. Le couple a eu deux enfants, le prince Mulay Hassan, né en 2003, et la princesse Lalla Khadija, née en 2007. Il n’y a absolument aucune histoire de monarques marocains qui divorcent, donc ce fait marque certainement le caractère d’un roi contemporain.

Le divorce de Mohammed VI et de Lalla Salma s’accompagne de quelques inconnues, principalement sur le devenir de la jeune femme après cet épisode. Elle a également ravivé les rumeurs qui pèsent depuis longtemps sur le monarque, celles liées à son orientation sexuelle. D’une manière ou d’une autre, il y a toujours eu des rumeurs autour de Mohammed VI qui font état de son homosexualité. On raconte que pendant ses études à Bruxelles, selon plusieurs témoignages, il fréquentait régulièrement les bars gays, et que Hassan II aurait même engagé un espion pour suivre ses traces. C’est une autre raison pour laquelle le peuple marocain a préféré que son jeune frère accède au trône.

Un roi absent mais bien-aimé
L’une des critiques adressées à Mohammed VI tout au long de son règne est qu’il a brillé par son absence. Certains font le lien avec la rumeur ci-dessus, et en fait, en 2014, un livre controversé, « Mémoires d’un soldat marocain », a été publié, qui parlait des fréquentes escapades du monarque en Amérique du Sud. En outre, Mohammed VI a récemment passé plus de deux mois loin du Maroc, car il a dû subir une opération pour une arythmie cardiaque.

Paris a été la destination choisie par le souverain pour subir cette opération, ce qui a été remis en question dans son pays, car certains ne comprennent pas pourquoi il ne s’est pas fait opérer au Maroc. Malgré ces absences, Mohammed VI est un roi respecté par son peuple, voire idolâtré, et dont la figure n’a jamais été remise en cause à voix haute. En outre, sa proximité, qui ne correspond pas tout à fait à son pays, lui a valu le titre de « roi des selfies ».

La page Facebook qui lui est consacrée
Cette relation entre Mohammed VI et la photographie est l’un des aspects les plus curieux de la vie du monarque. Certains le qualifient d’excentrique, ayant posé à plusieurs reprises pour la couverture de magazines tels que « Time » ou « Telquel » ; d’autres soulignent sa proximité, alimentée principalement par les milliers de photos personnelles qu’une page Facebook recueille du monarque. En effet, Mohammed VI dispose d’un compte sur ce réseau social intitulé « Roi du Maroc » créé par le jeune Soufiane El Bahri, que certains appellent déjà son photographe personnel.

Sur cette page, on peut trouver une multitude de photos du monarque, allant de selfies avec des personnes ordinaires dans la rue à certaines de ses vacances privées avec sa famille. La façon dont ce jeune homme de 27 ans obtient ces clichés du roi Mohammed VI est et restera un mystère, alors que les paparazzi eux-mêmes ne parviennent pas toujours à le photographier. Et ce d’autant plus que la Maison royale marocaine exerce un contrôle sur toutes les informations qui circulent sur le monarque dans les médias.

Le jeune homme, devenu très célèbre grâce à cela, a été interrogé à plusieurs reprises sur ce mystère. En 2016, il a affirmé que les photos lui sont fournies par les personnes photographiées elles-mêmes, mais néanmoins, quelque chose ne collait pas avec les clichés plus personnels. « C’est un secret », a dit le jeune homme. Quoi qu’il en soit, grâce à eux, il a été possible de connaître une facette totalement inconnue et quotidienne du roi du Maroc, puisque dans l' »album », on le voit jouer de la guitare, jouer au billard ou se promener dans la rue comme un simple touriste. Sans aucun doute, Mohammed VI est et restera un monarque singulier et mystérieux.

Source: Bekia, 25/03/2018