Congo: L’OMS envoie des experts pour prévenir les abus sexuels

Congo, OMS, abus sexuels, missions de paix, ONU, #Congo, #RDC,

GENÈVE, 15 octobre (Reuters) – L’Organisation mondiale de la santé a annoncé vendredi qu’elle allait déployer des experts de la prévention de l’exploitation sexuelle dans dix pays « à haut risque », après un scandale majeur en République démocratique du Congo où son personnel et d’autres travailleurs humanitaires ont abusé de femmes.

Quelque 83 travailleurs humanitaires, dont un quart employés par l’OMS, ont été impliqués dans des cas d’exploitation et d’abus sexuels pendant l’épidémie massive d’Ebola qui a sévi dans le pays entre 2018 et 2020, a indiqué une commission indépendante le mois dernier. en savoir plus

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exposé ses plans pour répondre à la crise lors d’une session à huis clos avec les représentants des 194 États membres jeudi, a indiqué l’organisme de santé de l’ONU à Reuters.

L’Afghanistan, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, le Nigeria, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, le Venezuela et le Yémen seront les lieux où se dérouleront les travaux, a indiqué l’OMS dans une déclaration à Reuters.

Un expert s’est déjà rendu au Congo, a précisé l’agence dans un communiqué précédent.

Le plan, en cours de finalisation, prévoit des actions immédiates ou à court terme jusqu’en mars 2022 pour terminer les enquêtes et lancer une « série d’examens et d’audits internes » afin d’assurer une « réforme globale des structures et de la culture de l’OMS », a précisé l’OMS dans le premier communiqué.

« L’OMS a également alloué un montant initial de 7,6 millions de dollars pour renforcer immédiatement sa capacité à prévenir, détecter et répondre à (l’exploitation et aux abus sexuels) dans dix pays présentant le profil de risque le plus élevé », précise le communiqué.

L’agence mettra en œuvre un programme à long terme visant à doubler cette somme chaque année, ajoute-t-elle.

Les principaux donateurs occidentaux, les États-Unis en tête, ont fait pression sur l’OMS pour qu’elle lance une enquête externe indépendante plus approfondie, en demandant comment le scandale a pu se produire, ont déclaré des diplomates à Reuters en début de semaine.

Il n’était pas clair si Tedros s’engageait à ce que l’enquête soit menée par le Bureau des services de contrôle interne de l’ONU ou par un autre organe externe, ont déclaré plusieurs diplomates.

« L’UE et ses États membres attendent de la direction de l’OMS qu’elle prenne toutes les mesures possibles pour s’attaquer systématiquement aux problèmes systémiques et assurer le suivi de chaque cas individuel, y compris d’éventuelles actions judiciaires. Il ressort clairement du rapport (de la Commission) que l’OMS a beaucoup de travail à faire », a déclaré l’Union européenne dans une déclaration à la réunion.

L’UE a ajouté qu’il fallait renforcer les mécanismes efficaces de prévention, de déclaration sûre et de réponses robustes.

Un autre diplomate, s’exprimant avant la réunion, a déclaré que l’OMS avait pris un « bon départ » dans sa réponse et que le rapport montrait des « défaillances systémiques » de la gestion, mais que les donateurs ne réclamaient pas de licenciements.

Les autorités sanitaires de l’est du Congo ont confirmé jeudi un deuxième cas d’Ebola, dernière flambée du virus mortel. en savoir plus

Parmi les premiers membres d’une équipe d’intervention de 15 personnes déployée à Beni, dans la province du Nord-Kivu, figure un expert en prévention de l’exploitation et des abus sexuels, a indiqué l’OMS.

L’expert informera les employés et les partenaires de l’OMS sur la manière de « prévenir tout comportement inapproprié et abusif ».