Bengrina: Macron affiche « sa haine » envers le passé algérien

Algérie, Emmanuel Macron, Abdelkader Bengrina, Colonisation, #Algérie, #Macron, #Colonialisme, #Bengrina,

Le président du Mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina a affirmé, samedi, que la président français, Emmanuel Macron a affiché sa haine envers la nation algérienne et son « déni » de sa souveraineté et de son indépendance à des fins électorales. A la veille de la célébration du 60e anniversaire des massacres du 17 octobre 1961 perpétrés par la police de Paris contre des manifestants pacifiques, M. Bengrina a souligné que la France coloniale et la France de Macron a affiché sa haine envers le passé de la Nation algérienne et son déni de sa souveraineté et de son indépendance à des fins électorales, reniant par sa démarche le principe des intérêts et de l’avenir commun de l’Algérie et de la France ».

« Le président français a emprunté la voie de la provocation et du chantage, pis encore il a tenu des propos fastidieux d’un colonisateur arrogant », a-t-il ajouté, ajoutant que cette attitude témoignait de « la vision réservée à l’Algérie, celle d’un marché et non d’un partenaire ». « On ne saurait lui mettre fin (France) que par la détermination et les réactions fortes de l’Etat algérien qui se remet progressivement de ses crises cumulées provoquées par la Issaba et ses alliés d’outre-mer et son organisation terroriste réfugiée en France et ailleurs », a-t-il fait savoir.

M. Bengrina a souligné en même temps que l’Etat algérien est « obligé » de prendre les mesures qui s’imposent, en vue de faire face à l’arrogance française et « mettre un terme définitif à l’ingérence flagrante dans ses affaires et à tout ce qui est lié à ses intérêts vitaux et à sa souveraineté », ajoutant que les Algériens établis à l’étranger étaient conscients quant à l’importance de leur position pour ce qui est des prochaines élections présidentielles.

Pour M. Bengrina, son mouvement politique considère à l’occasion, la Journée nationale de l’émigration coïncidant avec l’anniversaire du 17 octobre 1961, comme  » une opportunité de renouveler le devoir de la mémoire (…), de faire la lumière en vue de révéler davantage de vérités liés à ces événements tragiques, comme une partie importante de l’histoire de la Nation algérienne ».

« La répression et la brutalité dont la rivière de La Seine était le théâtre, constituaient une terreur d’Etat et un génocide commis par le colonisateur français », a-t-il soutenu avant d’ajouter qu' »en dépit de plus d’un demi siècle d’indépendance, le peuple algérien n’a pas oublié ces évènements et bien d’autres tout aussi douloureux, ni renoncé à son droit légitime d’exiger des excuses officielles pour tous les crimes coloniaux, alors que la France qui s’estime une source des droits de l’Homme, refuse de reconnaître officiellement les massacres du 17 octobre 1961, niant ainsi son passé colonial obscur ».

APS, 16/10/2021