Achat de Botola: les émiratis au secours des Marocains

Maroc, Botola, CAF, championnat, football, #Maroc, #Botola, #CAF, #Championnat,

Les Marocains n’ont pas seulement acheté la CAF, ils ont également vendu les droits de leur championnat à la télévision émiratie. Ainsi, les responsables d’une chaîne émiratie ont entamé des négociations avec la Société marocaine de la radio et de la télévision, afin d’obtenir les droits de transmission des matchs de la Botola.

Selon les informations diffusées par la presse marocaine, une chaîne émiratie compte transmettre au moins un match par journée de la Botola. La chaîne veut également obtenir les résumés complets de tous les matchs du cham-pionnat afin de les diffuser dans une émission spéciale foot à laquelle participeront des analystes marocains et émiratis.
À noter que la Société marocaine de radio et de télévision du Maroc, depuis l’expiration de son contrat avec beIN Sports, n’a pas réussi à trouver un partenaire qui accepte ses conditions financières pour avoir les droits de transmission des matchs de la Botola.

Qui va prendre le relais de la chaîne qatarie beIN Sports, dont le contrat qui la liait à la Société nationale de de la radio et de la télévision (Snrt) pour la diffusion de la Botola a pris fin au terme de la saison passée? Selon plusieurs observateurs, la chaîne émiratie Abu Dhabi Sport serait dans les starting blocks pour prendre le relais de beIn Sports et devenir ainsi le prochain diffuseur de la Botola, rapporte le quotidien Assabah dans ses pages sportives du week-end (samedi 12 et dimanche 13 décembre).

Mais rien n’a filtré jusqu’ici sur un probable deal scellé entre la Snrt et le bouquet émirati, nuancent nos confrères arabophones. Ce qui alimente l’incertitude sur l’avenir de la Botola et l’identité de son diffuseur. Si la Snrt n’arrive pas à trouver de remplaçant à beIN Sports, qui a passé cinq années comme diffuseur de la Botola, le championnat marocain pourrait subir d’énormes pertes financières, qui s’élèvent à 2 millions de dollars annuellement.

Les clubs marocains aussi auront beaucoup à perdre d’un «new deal» entre la Snrt et un futur diffuseur, puisqu’ils puisent une part non négligeable de leur revenu des droits TV que leur accorde la Frmf via les contrats signés avec les diffuseurs. Quant à beIN Sports, elle n’a, jusqu’ici, montré aucun signe d’intérêt à signer un nouveau contrat avec la Snrt. Les émiratis, qui ont installé une ambassade dans les territoires occupés sahraouis, envisagent d’aider le Maroc à sauver leur deal audiovisuel. Le retrait de beIN Sports a créé la panique chez les Marocains qui voient dans les émiratis un sauveur de première.

Amira SOLTANE