UE: Des réserves stratégiques de gaz contre la crise énergétique

UE, gaz, crise énergétique, stocks, hiver, #UE, #Gaz, #Prix, #Crise_énergétique,

Bon nombre de gouvernements retiennent leur souffle alors que la Commission européenne finalise les détails d’un plan choc pour tenter de traverser un hiver qui s’annonce froid et avec une flambée des prix de l’énergie. Bien que des mesures révolutionnaires ne soient pas attendues dans la proposition de l’Exécutif communautaire présentée ce mercredi, parmi les nouveaux mécanismes, Bruxelles envisage d’étudier la mise en place d’une réserve stratégique de gaz et l’achat en commun de carburant par les États membres pour ce gisement, comme indiqué aux sources communautaires d’EL PAÍS. Cette mesure comprend l’une des propositions clés lancées par le gouvernement espagnol, qui a dirigé ces dernières semaines une sorte d’entité énergétique des pays touchés par lale coup des prix de l’électricité .

L’Espagne l’a proposé dans une lettre adressée à la Commission le 20 septembre : « Une plateforme européenne centralisée d’achat de gaz naturel doit être créée pour faciliter la constitution de réserves stratégiques. Leur objectif était d’essayer d’amener les autorités européennes à dépasser un peu le statu quo en matière de mesures de secours.

La lettre, signée par les vice-présidentes Nadia Calviño et Teresa Ribera, détaillait dans un document joint une batterie d’outils pour agir sur divers fronts , de la réforme des règles du marché de gros de l’électricité à la lutte contre la spéculation sur le marché de l’électricité. droits d’émission de CO₂, via la plateforme d’achat centralisée précitée. « Nous l’avons fait avec assez de succès pour les vaccins et nous devrions reproduire ce modèle dans d’autres domaines stratégiques comme celui-ci », a ajouté le document en référence à cette dernière proposition. « En outre, nous pourrions utiliser notre plus grand pouvoir de négociation pour constituer des réserves stratégiques nous permettant d’atténuer notre exposition aux fluctuations du marché », a-t-il poursuivi.

La semaine dernière, les ministres des Finances de France, de Grèce, de République tchèque et de Roumanie ont rejoint Calviño dans une déclaration commune dans laquelle ils ont demandé, entre autres, « d’élaborer des lignes directrices communes sur le stockage du gaz pour atténuer et lisser les hausses de prix » . Le texte appelait également à une « meilleure coordination » des achats de gaz pour augmenter le « pouvoir de négociation ».

Achats groupés lorsque le prix baisse
L’UE dispose déjà d’un système de réserve d’urgence pour le pétrole, né dans le feu de la crise du secteur dans les années 1970, mais pas pour le gaz. Un nouveau mécanisme introduit dans ce sens pourrait servir à acheter conjointement cette ressource lorsque le prix est bas afin de la libérer en période de hausse. Mais cela soulève aussi des questions, telles que la capacité réelle de stockage des partenaires communautaires, l’interconnexion énergétique entre les pays, le prix qu’il faudrait pour maintenir les réserves et qui est responsable de cette facture. Les mines de sel ou les gisements épuisés, entre autres espaces, sont souvent utilisés pour cette tâche de collecte, et tous les États membres n’ont pas cette capacité.

Le centre de gravité de la soi-disant « boîte à outils » que la Commission envisage de lancer ce mercredi sera en tout cas limité aux terrains connus et, sauf changement de langue ou incorporation de dernière minute, il ne fera pas de percées étranges. ou Il renversera les principes directeurs du marché libéralisé de l’énergie : il s’agira « d’un ensemble de mesures que les États pourront adopter conformément à la législation européenne », comme déjà annoncé par le commissaire à l’énergie, Kadri Simson, la semaine dernière au Parlement européen. C’est-à-dire qu’il n’y aura pas de modifications réglementaires ou de suspension partielle extraordinaire de dispositions et ce sera, en réalité, un condensé de ce qui existe déjà ; des mécanismes axés sur l’atténuation à court et moyen terme de l’impact social et de la situation des personnes les plus vulnérables.

Les mesures comprennent « des mécanismes pour apporter un soutien spécifique aux consommateurs, des paiements directs aux personnes les plus exposées à la précarité énergétique, la réduction des taxes sur l’énergie et le transfert des charges vers la fiscalité générale », selon le commissaire Simson avancé. Tous sont déjà envisagés dans la législation européenne, ils pourraient donc « être adoptés très rapidement ». Le responsable de l’Énergie a expliqué que pour atténuer la morsure de la précarité énergétique, les « revenus plus élevés que prévu » du système d’échange de droits d’émission de CO₂ pourraient également être utilisés .

La semaine dernière, Ribera a expliqué qu’il avait proposé à l’Exécutif communautaire des mécanismes qui pourraient être introduits de manière extraordinaire pendant la durée de la crise, tels que « découpler » le prix du gaz du prix de l’électricité, extrayant ainsi le principal coupable du prix augmenter. Cette proposition a également été appréciée par la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen , qui a évoqué la nécessité d' »étudier la possibilité de découpler le marché » lors d’une apparition en Estonie la semaine dernière. Mais depuis lors, l’initiative n’a plus jamais été mentionnée comme une option.

Le prix exorbitant des droits d’émission de CO₂ est une autre des obsessions du gouvernement espagnol. Le 4 octobre, les vice-présidents Calviño et Ribera ont adressé une nouvelle lettre à la Commission dénonçant la spéculation dans l’échange de droits d’émission. “Existen pruebas de la fuerte actividad de los fondos de inversión y otros agentes no industriales en el mercado, lo que sugiere que el comportamiento especulativo está acentuando la volatilidad de los precios”, denuncia el texto de la misiva, al que ha tenido acceso EL PAYS. La lettre parle d’une « augmentation brutale » des prix de ces droits, qui sont passés de 28 à 62 euros (soit une hausse de 121%) et met en garde contre les effets d’une « bulle » dans le secteur, ainsi que sur les possibles conséquences pour les consommateurs et l’industrie.

L’Espagne propose à Bruxelles, dans un document joint à la lettre, de prendre des mesures spécifiques, comme limiter le nombre de droits d’émission excédentaires pouvant être achetés », comme cela se fait déjà en Suisse et en Californie ; « Exclure les agents spéculatifs de la participation au marché » ou « limiter la durée de validité des droits d’émission acquis, afin d’éviter leur utilisation à des fins spéculatives.

El Pais, 13/10/2021

Be the first to comment

Leave a Reply