ONU: Le Maroc a refusé de se retirer de Guerguerat

Maroc, Sahara Occidental, ONU, Antonio Guterres, #Guerguerat, #Sahara_Occidental, #Maroc, #ONU,

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a révélé que le Maroc a refusé de se retirer du poste frontalier de Guerguerat. Le gouvernement marocain a déclaré que M. Guterres faisait référence à une lettre envoyée par le roi Mohammed VI le 21 novembre 2020 dans laquelle il confirmait le caractère « irréversible » de l’intervention pacifique menée par le Maroc au poste frontalier de Guerguerat pour rétablir la liberté de mouvement civil et commercial, ainsi que l’adhésion du royaume au cessez-le-feu.

Selon le gouvernement marocain, le chef des Nations unies a déclaré que la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) a informé le Polisario que sa présence à Guerguerat constitue une violation de l’accord militaire n° 1 et a exigé le retrait du personnel et des véhicules militaires du groupe de la zone tampon.

Le Maroc est en conflit avec le groupe séparatiste Polisario, soutenu par l’Algérie, au sujet du Sahara occidental depuis 1975, après la fin de l’occupation espagnole. Il s’est transformé en une confrontation armée qui a duré jusqu’en 1991 et s’est terminée par la signature d’un accord de cessez-le-feu.

Rabat insiste sur son droit de gouverner la région, mais a proposé un régime autonome au Sahara occidental sous sa souveraineté, mais le Front Polisario veut un référendum pour laisser le peuple déterminer l’avenir de la région. L’Algérie a soutenu la proposition du Front et accueille des réfugiés de la région.

Le cessez-le-feu de 1991 a pris fin l’année dernière après que le Maroc a repris les opérations militaires dans le passage d’El Guergarat, une zone tampon entre le territoire revendiqué par l’État marocain et la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée, ce qui, selon le Polisario, constitue une provocation.

En lançant cette opération, le Maroc a « gravement compromis non seulement le cessez-le-feu et les accords militaires connexes, mais aussi toute chance de parvenir à une solution pacifique et durable à la question de la décolonisation du Sahara occidental », a déclaré Brahim Ghali, chef du Front Polisario, dans une lettre adressée à l’ONU.

MEMO, 11/10/2021

Be the first to comment

Leave a Reply