L’Algérie officialise la fin des fonctions de son ambassadeur au Maroc

Algérie, Maroc, ambassadeur, #Agérie, #Maroc, #Ambassadeur,

Dans une décision publiée dans le dernier numéro, le Journal officiel algérien indique que le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a mis fin aux fonctions d’Abdelhamid Abdaoui. En tant qu’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire d’Algérie au Maroc. Abdaoui avait été nommé ambassadeur d’Algérie à Rabat fin septembre 2019.

Le 18 juillet, le ministère algérien des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur Abdaoui pour des consultations, dans le contexte de la déclaration de l’ambassadeur marocain aux Nations unies. Depuis ce jour, Abdaoui n’est pas revenu à l’ambassade d’Algérie à Rabat. L’Algérie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc à compter du 24 août, et a suspendu les vols avec le Maroc. Elle a également fermé son espace aérien aux avions marocains, qu’ils soient civils ou militaires.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a révélé que la rupture des relations avec le Maroc. C’est une décision que l’Algérie a dû prendre afin d’envoyer le message approprié au gouvernement du pays voisin, après des actions hostiles à la souveraineté et à l’unité de l’Etat.

Les relations entre l’Algérie et son voisin occidental se sont détériorées ces derniers mois, principalement en raison de la question du Sahara occidental, et les relations entre les deux pays sont traditionnellement complexes.

Le 24 août, l’Algérie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec Rabat, puis a annoncé un mois plus tard la fermeture de l’espace aérien algérien à tous les avions civils et militaires marocains.

Aujourd’hui, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a annoncé le rejet par son pays de tout contact en vue de rétablir les relations avec le Maroc.

Il a souligné que l’Algérie “n’accepte pas de médiation avec le Royaume du Maroc, car la rupture des relations était notre réaction à une agression continue”, selon ses termes.

Le président algérien refuse toute médiation avec le Maroc

Dans une interview accordée aux médias locaux, le président algérien a confirmé que son pays “refuse toute médiation pour rétablir les relations avec le Maroc”. Par le ministre koweïtien des Affaires étrangères lors de la réunion des ministres arabes des Affaires étrangères dans la capitale égyptienne, Le Caire.

Le même intervenant est revenu à la charge pour accuser le Maroc de s’ingérer dans les affaires du pays, et il a déclaré à ce propos : “Nos accusations de soutien du Maroc au “Mac” (un mouvement séparatiste qui réclame l’indépendance de la région de Kabylie) sont vraies, et avec des preuves audio et vidéo.”

Il a également ajouté à cet égard : “Il y a une complicité des parties du Maroc et de la France sur les incendies tribaux”, comme il l’a dit.

En revanche, et à l’instar de ses précédentes rencontres, le Royaume du Maroc n’a émis aucune réponse officielle aux déclarations de Tebboune.

Dans le même contexte, concernant le gazoduc passant du Maroc à l’Espagne, il a expliqué qu'”aucune décision n’a encore été prise concernant le renouvellement du contrat, qui expirera à la fin de ce mois.”

Rupture des relations diplomatiques

A la fin du mois dernier, l’Algérie avait décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc, invoquant des “actes hostiles” de la part du Royaume, notamment après les déclarations de l’envoyé de Rabat à New York, en faveur de l’autodétermination de la région de Kabylie en Algérie. Le Maroc a déclaré qu’il regrettait la décision de l’Algérie.

L’Algérie a également accusé Rabat de soutenir le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (Al-Mak), un groupe séparatiste déclaré organisation terroriste par le gouvernement. Et les autorités l’accusent d’avoir déclenché des incendies de forêt dévastateurs, notamment dans la région de Kabylie, qui ont fait 65 morts.

Pour rappel, la frontière entre l’Algérie et le Maroc est fermée depuis 1994, et l’Algérie a indiqué qu’elle allait détourner les exportations de gaz d’un gazoduc qui passe par le territoire du Maroc. Ce dernier devait être renouvelé dans le courant de l’année.

Les relations entre les deux pays se sont détériorées depuis l’année dernière, lorsque la question du Sahara a éclaté après des années de calme relatif. Le Maroc considère que le Sahara lui appartient, mais le Front Polisario, que l’Algérie soutient, en revendique la souveraineté.

Prime Time Zone, 12/10/2021