Algérie: La loi incriminant le colonialisme va-t-elle enfin aboutir?

Algérie, colonialisme, France, colonisation, Emmanuel Macron, #Algérie, #Macron, #Colonialisme, #Colonisation,

Sur fond de crise sans précédent entre Alger et Paris, les six groupes parlementaires siégeant a l’APN semblent unanimes quant a l’instauration de la loi incriminant le colonialisme français, dont celle proposée en réponse a la loi française glorifiant le colonialisme adoptée le 23 février 2005 n’a jamais vu le jour.

Feu vert pour ce projet de loi

Ces formations politiques s’attèleraient a élaborer une loi qui reposera sur plusieurs axes et aspects, a savoir entre autres la reconnaissance, l’excuse et l’indemnisation. Ce texte se veut ainsi une réaction aux exactions et aux intimidations de la France envers l’Algérie.

Pour les groupes parlementaires, il ne s’agit point d’une réaction politique aux autorités françaises mais plutôt une vraie loi qui réhabilitera les martyrs de l’Algérie.

A cet égard, le chef du groupe parlementaire FLN a affirmé a Echorouk que ce projet de loi doit aboutir sous ses dimensions historique, juridique et institutionnelle a laquelle aspire le peuple.

Pour lui, les partis siégeant a Zighoud Youcef souhaiteraient que cette démarche ait un aspect juridique tout en respectant et les intérêts de l’Etat et ceux du peuple algérien.

Ce responsable a tenu a expliquer que sa famille politique ne s’était jamais opposée audit projet de loi comme le prétendent certaines parties, précisant que “le texte doit être a la hauteur avec l’implication de tout le monde”.

De son côté, le chef du groupe parlementaire El Bina a affirmé que “nous sommes contre tout projet qui se résume en une simple réaction. C’est pourquoi nous nous sommes mis d’accord pour préparer un vaste projet de loi incriminant le colonialisme”.

Un texte qui s’articulera, précise-t-il, sur la reconnaissance, l’excuse et l’indemnisation, et qui nécessite a ses yeux la tenue d’une journée parlementaire suivie de rencontres auxquelles prendront part des politiques, des juristes et des historiens.

Echouroukonline, 13/10/2021