Algérie : Clairvoyance et clarification

Algérie, France, Emmanuel Macron, Histoire, colonisation, #Algérie, #Macron, #Histoire, #Colonisation,

C’est un président de la République en position de puissance qui a réaffirmé sans ambages que l’Algérie est un état souverain et fort et que la France doit oublier que l’Algérie était une colonie française. Abdelmadjid Tebboune le dit avec une détermination qui exprime son agacement face à la récente brouille avec Paris, provoqué par un gros mensonge sur le prétendu dossier des 7.000 cas de potentiel expulsés vers l’Algérie. Le Président met les points sur les i et souligne qu’il n’y a que 94 cas dont 21 sont rentrés au pays après l’étude de leurs dossiers. Abdelmadjid Tebboune trouve en plus qu’il y a d’autres canaux pour trouver des solutions à ce type de contentieux.

Concernant l’octroi des visas de circulation aux Algériens, il note que la France est souveraine dans sa décision sauf qu’elle oublie, concernant l’Algérie, les accords d’Evian. «C’est en violation des accords signés», a-t-il martelé face aux deux journalistes de la presse nationale qui l’interrogeaient sur nombre de sujets politiques, économiques et sociaux.».

C’est avec clairvoyance et clarté que le président de la République a répondu aux sujets abordés avec franchise et dans une langue que maîtrise le peuple algérien, le dialecte. Ce style de communication est nouveau, direct et efficace.

Ainsi, d’emblée, il a déploré que les Algériens tardent à se faire vacciner en masse alors que c’est une nécessité vitale, et ce, en dépit des moyens mis à la disposition des populations, même celles des zones éloignées des centres urbains. L’effort social est mis en exergue avec les nouvelles directives en faveur de l’amélioration des salaires de manière à améliorer le pouvoir d’achat des Algériens.

«C’est une orientation économique et sociale», martèle-t-il tout en s’interrogeant sur les augmentations inexplicables des denrées alimentaires et des pâtes d’autant que les pouvoirs publics ont mis à la disposition des industriels les quantités suffisantes de la matière première. Mais, rassure-t-il, l’Etat ne restera pas les mains croisées et va combattre ce fléau jusqu’à son éradication. Idem pour les spéculateurs et la sphère de l’informel.

Abdelmadjid Tebboune souligne que par le passé nous avons tué la production nationale avec des importations tous azimuts mais que le tir est maintenant rectifié, avant de noter avec satisfaction que pour la première fois depuis 25 ans, nos exportations hors hydrocarbures ont dépassé les 4 milliards. Une performance.

Horizons, 12/10/2021

Par Abdelkrim Tazaroute

Be the first to comment

Leave a Reply