Qui sème le vent…., Monsieur Macron

Algérie, Emmanuel Macron, Visa, Mémoire, Colonisation, #Algérie, #Macron, #Mémoire, #Colonisation, #Visa,

La décision subite et malvenue que vous venez de prendre concernant la réduction de moitié de l’octroi des visas aux algériens, ne manque pas de susciter la gouaillerie de ces derniers, bien plus que l’ire qui ferait jubiler certains parmi vos compatriotes les plus xénophobes et les politiques les plus zélés de votre pays, à leur grand dam. Vous n’êtes pas sans ignorer que votre tentative d’édulcorer la teneur sévère et disproportionnée de vos propos, en déclarant doctement votre intention de cerner cette mesure uniquement aux membres de l’élite dirigeante, est sans grand effet car incapable de vaincre les velléités abusives des préposés à cette opération, que vous ne pourrez empêcher par aucun moyen de se livrer à des pratiques encore plus restrictives dans la délivrance des visas.

Les conditions précipitées qui l’entourent, l’approximation des règles d’application accompagnant habituellement ce genre de directive qui touche à une matière considérée sans doute comme de seconde priorité, et le sceau des prérogatives discrétionnaires aidant laissent le champ libre aux commis à cette fonction pour s’adonner aux interprétations les plus extensives et souvent infondées, qui donnent lieu à des suites négatives aux demandes de la grande majorité des personnes ne faisant aucunement partie de “l’élite dirigeante“ supposément ciblée, et qui a paradoxalement toujours bénéficié des bonnes grâces et de la protection de l’Etat français quand il s’est agi de blanchir leur fortune mal acquise en Algérie, en s’offrant des propriétés immobilières parmi les plus cossues au cœur même de la capitale française !

Ces malfrats ont beau faire l’objet d’un mandat d’arrêt avec notice rouge via Interpol lancé depuis des mois par les autorités judiciaires algériennes, à ce jour aucun n’a été arrêté sur le sol de l’hexagone, et encore moins extradé à partir de ce territoire. C’est là que se situe la déperdition de vos visas Mr Macron, ceux que vous avez accordés à des criminels de haut acabit qui ont trouvé refuge dans votre pays, par la grâce de cette satanée règle scélérate du politiquement correct.

Votre sortie impétueuse ne s’est pas arrêtée là malheureusement. Emporté par votre pétulance à tout le moins bruyante, vous vous êtes laissé aller à des errements pédantesques, échappés de votre contrôle et amplifiés par vos prétentions déplacées et démesurées de porte-voix d’une tendance doctrinaire versée dans l’interprétation exaltée de l’histoire, et faisant outrageusement étalage d’une gloriole enfantée par une condescendance immanente, se réfrénant toute retenue et tout sens d’objectivité pour donner libre cours aux slogans à relents suprémacistes, toisant de surcroît au passage et de bien haut les sociétés anciennement colonisées, avec un regard impérieux qui exclut en une seule giclée remords et repentance.

De vulgaires motivations électoralistes vous ont poussé tout droit à l’impertinence, au point que vous n’ayez eu aucun égard à clamer l’inexistence d’un état algérien avant que vos ancêtres n’y débarquassent en 1830, sabres au clair et baïonnettes tendues.

Votre arrivée précoce au sommet du pouvoir, si l’on se réfère à votre carrière politique relativement jeune, a produit une sorte de diffraction, chassant de votre vision politique qui sied en principe à tout homme d’Etat d’envergure la portée néfaste et imprévue de votre discours, exposant ainsi au grand jour une ingénuité qui compromettra pendant encore un certain temps votre maîtrise des us et coutumes universellement admises dans le milieu diplomatique. Mal vous en prit, Monsieur le Président.

Le Carrefour d’Algérie, 10/10/2021