L’histoire des épineuses relations entre l’Algérie et la France

Massacres du 8 mai 1945

Algérie, France, Emmanuel Macron, #Algérie, #Macron, #Mémoire, #Colonisation,

Le 5 juillet 1830, le souverain d’Algérie, Al-Day Hussein, a remis sa ville aux forces françaises pour commencer l’occupation française du pays, qui s’est terminée après environ 132 ans d’opérations de résistance qui ont commencé avec l’Emir Abdelkader Al-Jazairy, jusqu’au Front de libération, qui a lancé une guerre d’indépendance qui a duré de 1954 à 1962.

Les répercussions de cette histoire se poursuivent aujourd’hui encore, à tel point que le mot France figure toujours dans l’hymne national algérien.

Oh France, l’heure du jugement est passée

Et nous l’avons plié comme un livre se plie.

Oh France, c’est le jour du jugement.

Prépare-toi et reçois la réponse de nous

La révolution dans la séparation de la parole

Et nous avons décidé que l’Algérie vivrait

Témoigne… Témoigne… Témoigne… Témoigne…

Macron et la « Nation Algérienne »

Nouveau rebondissement dans le dossier des relations franco-algériennes, le président français Emmanuel Macron a provoqué l’indignation de nombreux Algériens après des déclarations rapportées par le journal Le Monde, dans lesquelles il a estimé que l’Algérie s’est constituée après son indépendance en 1962 sur le système des « recettes mémorielles » instauré par le « système politico-militaire » en son sein.

Le journal français Le Monde rapporte que Macron a fait des déclarations critiques sur l’Algérie lors d’une réunion avec les petits-enfants de figures de la guerre d’indépendance.

Le journal français cite Macron comme disant que c’est ce régime qui a réécrit l’histoire coloniale française du pays, avec une référence issue de la « haine de la France. »

Dans le cadre de son discours, qui a été rapporté par « Le Monde », Macron dit : « Y avait-il une nation algérienne avant le colonialisme français ? Telle est la question », faisant référence à l’existence de « processus de colonisation antérieurs. »

Il ajoute sur un ton sarcastique qu’il est « intrigué de voir la capacité de la Turquie à faire complètement oublier le rôle qu’elle joue en Algérie et la domination qu’elle a exercée », faisant référence à l’Empire ottoman.

Le président français a ensuite exprimé l’espoir que la tension diplomatique avec l’Algérie s’apaise et que les deux parties reprennent le dialogue.

« J’espère que nous pourrons calmer les choses, car je pense qu’il vaut mieux que nous parlions pour progresser », dit Macron.

De son côté, l' »Organisation nationale des moudjahidines », qui regroupe des anciens combattants de la guerre de libération de l’Algérie, appelle, dans un communiqué, à une « révision des relations algéro-françaises » après les déclarations de Macron, selon l’AFP.

L’organisation demande souvent à la France de « s’excuser pour les crimes qu’elle a commis » pendant ses 132 ans de colonisation de l’Algérie (1930-1962), qui ont coûté la vie à plus de cinq millions d’Algériens, selon la présidence algérienne.

Macron a admis en 2018 que la France avait mis en place un « système » de torture systématique pendant la guerre de libération algérienne.

En juillet de l’année dernière, l’historien Benjamin Stora a été chargé de préparer un rapport sur l’héritage colonial français en Algérie et la façon dont la France l’a traité.

Mais Macron a refusé les excuses de la France pour ses crimes coloniaux en Algérie, comme le demandent les Algériens, après soixante ans qui n’ont pas réussi à calmer la tension entre les deux pays.

Et si les nouvelles déclarations de Macron ont été publiées en octobre de cette année, le même mois de 1961, un « massacre » a eu lieu contre les Algériens dans la capitale française, Paris, et en octobre 2002, le général français Jacques Masso, qui a mené une répression, est mort. Révolution algérienne.

Mais quelles sont les étapes les plus marquantes de l’histoire des relations entre les deux pays ?
Première étape : l’incident de l’éventail
Trois ans avant l’occupation, plus précisément en 1827, se produit l’incident de « l’éventail du Dey », que la France considère comme une insulte à son égard et, par conséquent, entame un siège de trois ans sur l’Algérie.

Certaines références historiques mentionnent que le Dey Hussein a frappé le consul français au visage avec son éventail à trois reprises lorsque le consul n’a pas répondu à la question du Dey concernant les dettes de la France envers l’Algérie.

La France prend cela comme une insulte et impose un blocus à l’Algérie.

Les Français cherchaient à cette époque à restaurer le prestige de la monarchie et l’expansion coloniale. Bien que la révolution ait renversé le règne de la dynastie des Bourbons en 1830, la France a poursuivi ses plans pour l’Algérie et l’occupation a eu lieu.

En conséquence, de nombreux immigrants européens, notamment des agriculteurs et des ouvriers du sud de l’Italie, d’Espagne et de France, affluent en Algérie. Les autorités coloniales confisquent les terres des tribus, des villages et des dotations et les redistribuent aux immigrants.

La deuxième étape : le mouvement de l’Emir AbdelKader

En 1832, les Algériens prêtent allégeance à l’Emir Abdelkader pour leur leadership contre l’occupation, il prend alors la ville de Mascara comme capitale, et commence à former une armée et un état, puis oblige les Français à conclure une trêve avec lui, et l’accord de Tafna de 1838 dans lequel Paris reconnaît sa souveraineté sur l’Algérie occidentale et centrale.

Après cet accord, l’Emir Abdelkader s’est attelé à former un gouvernement, à organiser l’Etat et à lutter contre la corruption.

Mais cet accord est l’occasion pour la France de souffler un peu, de continuer à se battre ensuite, de faire tomber les bastions du Prince, un par un.

Après une résistance acharnée, lui et ses partisans sont contraints de se rendre en 1847, à condition qu’on lui permette de s’installer à Alexandrie ou à Acre. Mais il est emmené en France et y est emprisonné.

Selon l’Encyclopedia Britannica, la manière dont la domination française s’est établie en Algérie entre 1830 et 1847 a été caractérisée par la violence et un manque de compréhension mutuelle entre les dirigeants et les dirigés.

Un nombre croissant de colons français (également connus sous le nom de Pieds noirs) réclament les privilèges de la minorité au pouvoir.

Lorsque l’Algérie a finalement été intégrée au système juridique français, cela n’a fait qu’accroître le pouvoir des colons, qui ont envoyé des délégués au Parlement français.

Les colons n’ont pas imposé leur hégémonie sur l’Algérie avant la chute de Napoléon III en 1870 et l’avènement de la Troisième République en France.

Jusque-là, l’Algérie était largement sous administration militaire, et le gouverneur général de l’Algérie était un officier jusqu’aux années quatre-vingt du XIXe siècle, mais avec l’avènement de la Troisième République, la domination des colons s’est accrue.

Les colons ont imposé un vaste programme de confiscation des terres arables après avoir écrasé la résistance pour rendre la colonisation possible.

Les colons étaient d’origine européenne mixte. Les Espagnols étaient principalement concentrés dans et autour d’Oran, tandis que les Français et les Italiens se concentraient dans le centre et l’est.

La troisième étape : la guerre de libération

En mars 1943, le leader algérien, Farhat Abbas, présente la déclaration du peuple algérien à l’administration française, et 56 leaders algériens et internationaux la signent. La déclaration demandait une constitution garantissant une participation immédiate, légale et égale des Algériens.

L’histoire du premier président de l’Algérie, d’un officier de l’armée française à la présidence, puis à la prison et à l’exil.

La France reconnaît avoir torturé et tué le combattant algérien Ali Boumenjel pendant la guerre de libération.

Les Algériens ont organisé une marche en 1945 à laquelle les Français ont fait face avec violence, et des milliers d’Algériens sont morts lors de ces événements.

En 1947, l’Assemblée nationale française approuve une loi prévoyant la création d’un parlement algérien à deux chambres, l’une représentant les Européens et l’autre les Algériens, ce que les Algériens rejettent.

Commence alors la guerre d’indépendance, le 1er novembre 1954, à laquelle la France fait face avec violence. Le nombre de forces françaises en Algérie s’élève à environ 400 000 en 1956.

En janvier 1959, Charles de Gaulle devient président de la Cinquième République et se rend ensuite en Algérie.

De là, il annonce dans la ville de Constantine, dans l’est du pays, son vaste projet économique visant à créer des emplois, distribuer des terres aux agriculteurs, construire des logements et réaliser le développement. Sur le plan politique, il a donné aux Algériens le droit de se présenter et de voter d’une manière équivalente à ce qui est accordé aux Français.

Mais les Algériens rejettent toutes ces tentations et poursuivent leur révolution.

En septembre de la même année, de Gaulle parle du droit à l’autodétermination pour les Algériens, ce que les colons français considèrent comme une trahison à leur égard, ils lancent donc une rébellion en Algérie, soutenue par quelques unités de l’armée. Cependant, la rébellion échoue, ce qui représente un tournant dans la position officielle de la France.

En mai 1961, les pourparlers d’Évian commencent entre le gouvernement français et le Front de libération et aboutissent aux accords d’Évian, qui fixent un délai de trois ans au terme duquel les Européens devront choisir entre la nationalité algérienne ou le statut d’étranger.

Le 3 juillet 1962, le décret d’indépendance de l’Algérie est signé, mais le Front de libération fait du 5 juillet le jour de l’indépendance pour effacer de l’histoire le souvenir de l’occupation.

Un général qui réprime les révolutionnaires

Selon le journal britannique The Guardian, le général Jacques Massu, né le 5 mai 1908, est l’une des figures militaires françaises les plus célèbres de l’histoire moderne. Il a participé à la libération de Paris, à la crise de Suez, aux guerres françaises en Indochine, et notamment en Algérie.

Lorsque le maréchal Pétain demande l’armistice aux Allemands en juin 1940 et que le général Leclerc commence à rallier les colonies à la cause de de Gaulle pour une France libre, Massu, alors capitaine, le rejoint au Tchad, en Libye et en Tunisie.

Lorsque la 2e division blindée débarque en France en août 1944 et se dirige vers la libération de Paris, Massu joue un rôle important dans les combats.

Après la Seconde Guerre mondiale, il sert en Indochine, suit une formation de parachutiste et effectue des missions en Tunisie et en Afrique occidentale. Promu général en 1955, il forme la dixième division de parachutistes, qu’il dirige lors des attaques sur Port Saïd et Port Fouad pendant la guerre de Suez en 1956.

Se sentant amer que la guerre de Suez ait été finalement réglée par la diplomatie, Massu devient convaincu que certains Français désespérés sont prêts à renoncer aux véritables intérêts de leur pays.

Au début de 1957, l’Algérie est sur le point de déclencher une guerre d’indépendance.

Le 7 janvier de cette année-là, alors que le Front de libération nationale appelle à une grève générale, Massu est nommé responsable de la capitale, Alger, qui est un centre d’activité de la résistance.

N’appréciant pas la gestion des crises par la police, il prend la direction du service d’information de la police et organise ses forces pour superviser tout ce qui se passe dans la Casbah.

Les Français ont réprimé la grève sans pitié, obligeant les commerçants à ouvrir leurs magasins et forçant les autres à reprendre le travail. Les fournitures d’armes ont également été saisies, et des milliers de personnes ont été arrêtées et interrogées.

Le résultat est qu’en octobre, l’activité de la résistance a pratiquement cessé et les restaurants et les cinémas de la ville sont revenus à la normale.

Masso et ses parachutistes s’illustrent dans ce qui sera connu comme la bataille d’Alger.

Mais bientôt un scandale international éclate à propos de l’utilisation de la torture par Masso dans la répression de la Casbah, et pour aggraver les choses, il semble certain que le gouvernement français dirigé par le socialiste Guy Mollet est au courant de ces méthodes et les approuve.

La crise divise l’establishment français, le général Paris de Boulardier est condamné à 60 jours de prison pour avoir souligné que les parachutistes portent atteinte aux valeurs morales de la France.

Néanmoins, la torture se poursuit et, en fait, lorsque Masso publie le premier des cinq volumes de ses mémoires, La véritable bataille d’Alger, en 1971, il accepte la responsabilité de cette pratique, affirmant que c’était le seul moyen pour lui d’obtenir une connaissance préalable des plans de la résistance.

Et bien qu’il craignait que Paris soit sur le point d’abandonner l’Algérie, Masso n’a pas pris part aux intrigues politiques de droite qui ont affligé la France en 1958.

Maso accepte la rébellion du 13 mai et accepte de prendre la tête du Comité de sécurité publique. Il nie qu’il s’agisse d’un coup d’État, et approuve également la résurrection militaire, selon laquelle ses parachutistes pourraient atterrir à l’aéroport de Villacoublay, près de Paris, et de cette façon, le général de Gaulle serait contraint d’assumer la présidence comme les politiciens de Paris étaient contraints de l’accepter.

Le 24 mai, les parachutistes de Masso s’emparent de l’île de Corse, mettant fin à la IVe République.

De Gaulle refuse de condamner cette invasion, mais le 27 mai, il donne des instructions officieuses pour que le processus du Baas soit abandonné.

Une fois au pouvoir, il prend ses distances avec le Comité de salut public, à l’exception de Massou, qui devient gouverneur d’Alger et se voit confier cette région militaire la plus importante, où il est promu général en juillet 1958.

Mais Masso se sent mal à l’aise face à l’incertitude qui entoure la politique de de Gaulle et à son discours sur « l’autodétermination ».

En janvier 1960, il parle de ces controverses à un journaliste allemand, ignorant apparemment que sa conversation a été enregistrée.

Lorsque l’interview est publiée, il est immédiatement relevé de ses fonctions.

Mais Masso refuse toujours de participer à des complots contre de Gaulle ou à des tentatives de prise de pouvoir à Paris.

Finalement, Masso accepte l’indépendance de l’Algérie et vote pour un référendum en janvier 1961.

Cependant, Masso n’a jamais pu échapper à son passé en Algérie.

En juin 2000, Louisa Iguile Ahrez a publié le récit de sa participation à la résistance en septembre 1957, lorsqu’elle a été capturée par les forces françaises et emmenée au quartier général de Masso à Alger.

Louisa Ahreez a déclaré avoir été torturée pendant 3 mois et avoir 20 ans à l’époque. Maso a reconnu que l’histoire était vraie et a exprimé ses regrets.

Il est mort en octobre 2002.

Puis, en décembre 2013, le général Paul Aussaresses, qui était l’un des hommes les plus en vue du général Jacques Masso en Algérie, est décédé.

Aussaresses avait défendu l’usage de la torture par les forces françaises lors de la guerre d’indépendance de l’Algérie.

Ce général français, décédé à l’âge de 95 ans, est le premier officier français de premier plan à admettre avoir tué et torturé 24 prisonniers de guerre algériens dans un livre publié en 2001 sur la guerre d’indépendance en Algérie.

En 2002, un tribunal français l’a condamné pour torture.

Aussaresses a également été déchu de l’Ordre d’honneur, l’une des plus hautes distinctions de la France, à la suite de la publication du livre.

Paul Aussaresses n’a jamais regretté le recours à la force. « Son utilisation est légitime lorsque la situation l’exige », a-t-il déclaré.

Il a affirmé que le gouvernement français de l’époque était au courant de l’ordre de torture et l’a approuvé.

L’Algérie récupère des « crânes »… Tebboune mettra-t-il fin à la « crise de mémoire » avec la France ?

Quatrième étape : les essais nucléaires

Tôt le 13 février 1960, des milliers de soldats français se rassemblent dans le désert algérien pour assister à la « gerboise bleue », un essai nucléaire quatre fois plus puissant que la bombe nucléaire qui a explosé au-dessus d’Hiroshima au Japon.

L’Algérie a obtenu son indépendance en 1962. Toutefois, un traité signé par le président français Charles de Gaulle pour mettre fin à la domination française a permis à l’Algérie de continuer à mener des expériences dans le désert jusqu’en 1966.

Depuis 1961, la France a effectué 17 explosions nucléaires à Ain Akre, où elle a procédé à des explosions nucléaires souterraines à l’intérieur de la montagne, et dans la région désertique de Reggane, où les explosions ont été réalisées en surface.

Le moment où la France a obtenu sa dissuasion nucléaire a été une grande victoire pour le président français de l’époque, Charles de Gaulle, mais les essais nucléaires ont eu des effets mortels sur les soldats participants et la population de la région.

Cinquième étape : Le « massacre » de Paris

Le 17 octobre 1961, la capitale française, Paris, est témoin du massacre de centaines d’Algériens aux mains de la police française.

Le Front de libération nationale algérien, qui menait une guerre contre les autorités coloniales françaises, avait appelé les travailleurs algériens à effectuer des marches pacifiques dans Paris pour protester contre le couvre-feu, qui leur était imposé précisément de vingt heures trente le soir à cinq heures trente le matin, par le directeur de la police de l’époque, Maurice Papon.

Des dizaines de milliers de manifestants algériens pacifiques, dont des femmes et des enfants, sont sortis des bidonvilles pour descendre dans les rues de Paris, à l’appel du Front de libération nationale, malgré la prévention des autorités françaises, qui semblent avoir donné des instructions aux services de sécurité pour réprimer les manifestants par tous les moyens.

Mais le dispositif de répression les a accueillis à l’entrée des rues principales, selon les historiens, qui ont relayé les récits de témoins et de participants aux manifestations. Des affrontements sanglants éclatent rue Saint Michel et Saint Severin, et des scènes sanglantes se répètent dans d’autres quartiers de Paris et de sa banlieue.

La répression a été extrêmement féroce et brutale, selon les historiens britanniques, Jim House et Neil McMaster, qui ont décrit ce que les Algériens ont subi le 17 octobre dans leur livre « Les Algériens, la République et la Terreur de l’État », comme « la répression la plus violente d’une manifestation en Europe occidentale dans l’histoire contemporaine. » .

Les historiens et les écrivains qui ont été témoins des événements mentionnent que la police a arrêté environ 12 000 Algériens et les a détenus dans des commissariats de police et dans des camps qu’elle a spécialement aménagés pour eux, au Palais des Sports de Paris et au Palais des Expositions, et qu’ils y ont été interrogés, humiliés, battus, torturés et tués, selon les témoins.

Les autorités françaises ont également expulsé des milliers de travailleurs algériens de Paris et de sa banlieue vers l’Algérie, en raison de leur participation aux manifestations.

Les relations franco-algériennes en bref

1830 – La France occupe l’Algérie, mettant fin à 3 siècles d’autonomie au sein de l’Empire ottoman.
De 1939 à 1945 – l’effondrement de la France et son occupation par les Allemands, et l’occupation anglo-américaine de l’Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale ravivent les espoirs d’indépendance des Algériens.
1945 – Des manifestations pour l’indépendance éclatent à Sétif, et des milliers de personnes sont tuées lorsque les Français répriment les troubles qui ont éclaté après les manifestations.
Janvier 1957 – La bataille d’Alger commence lorsque les parachutistes français utilisent la torture pour obtenir des informations sur le Front de libération.

Mai 1958 – L’armée française soutient le soulèvement des colons, l’effondrement de la Quatrième République en France et le retour au pouvoir du général Charles de Gaulle.
Janvier 1960 – Les colons se rebellent contre les démarches de de Gaulle pour négocier avec le FLN.
L’échec de la tentative de coup d’État d’avril 1961 par des généraux de l’armée française à Alger.
Mars 1962 – La France et le Front de libération nationale signent un armistice. Et l’organisation de l’armée secrète, composée de colons et de déserteurs, met le feu aux villes algériennes pour tenter d’empêcher l’indépendance.

Juillet 1962 – L’Algérie déclare son indépendance, et un million d’Européens appelés « pieds noirs » fuient vers la France. Et l’Algérie annonce qu’un million d’Algériens sont morts pendant la guerre.
1975 – Valéry Giscard d’Estaing devient le premier président français à se rendre en Algérie indépendante. En 1982, Chadli Bendjedid effectue sa première visite officielle en France.
Mars 2003 – L’ancien président français Jacques Chirac reçoit un accueil chaleureux en déclarant que le passé troublé doit faire place à la réconciliation.
Juillet 2006 – L’ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika déclare dans un discours que la domination de la France sur l’Algérie était l’une des « formes de colonialisme les plus barbares de l’histoire ».
Juillet 2007 – Le président français élu Nicolas Sarkozy défend son refus de s’excuser pour les pratiques coloniales, affirmant que les dirigeants doivent se concentrer sur l’avenir.
Novembre 2007 – Le leader des anciens combattants, Mohamed El-Said Abado, demande à Paris de s’excuser pour son passé colonial.

BBC, 09/10/2021