L’Algérie prend une nouvelle mesure contre l’importation

Algérie, importation, déficit commercial, #Algérie, #Importations, #DéficitCommercial,

L’Algérie continue de prendre des mesures pour réduire la facture des importations, afin de réduire le déficit commercial et sauvegarder les réserves de change. Après avoir interdit l’importation de plusieurs produits alimentaires et industriels, récemment les battes de baseball, le gouvernement continue de sévir, en prenant une nouvelle décision qui risque d’impacter l’activité dess producteurs.

Selon une note de l’Association des banques et établissements financiers (Abef), datée de jeudi 7 octobre, le gouvernement a décidé d’interdire toute opération d’importation classée sous la position tarifaire « Autres ». L’Abef a instruit les banques et les établissements financiers de « surseoir à la domiciliation de toute opération d’importation sous la rubrique – Autres – et de veiller à la stricte application de cette mesure ». Dans le document transmis aux directeurs des banques et établissements financiers, l’Abef a précisé le circuit habituel de la prise de décision concernant les interdictions d’importations. Cette mesure a été prise sur initiative du ministère du Commerce qui a fait part au Premier ministre des mesures au « titre de l’encadrement et de la rationalisation des importations ».

Pour le gouvernement, il s’agit donc « d’encadrement et de rationalisation des importations », sans toutefois préciser le montant de la facture importée pa l’Algérie, sous la rubrique « Autres » qui serait insignifiant. Plus surprenant, cette mesure ne s’applique pas aux entreprises, sociétés et offices publics activant dans le domaine de l’importation pour la revente en l’état. Les sociétés importatrices de médicaments et de matériel médical ne sont pas également concernées par cette nouvelle interdiction qui touche donc les entreprises de production.

En clair, ces dernières doivent passer par les sociétés d’importation pour la revente en l’état pour importer des produits classés sous la rubrique « Autres » du tarif douanier algérien. En multipliant les mesures d’interdiction des importations et en bloquant l’achat à l’étranger de produits comme les voitures, l’Algérie veut ramener la facture annuelle des importations sous la barre des 30 milliards de dollars en 2021. Avec des exportations prévisibles de l’ordre de 37 milliards de dollars, grâce à la forte hausse des ventes de produits hors hydrocarbures (4,5 milliards à 5 milliards de dollars), et la hausse des exportations des hydrocarbures (plus de 31 milliards de dollars contre 20 milliards en 2020), l’Algérie pourrait enregistrer un léger excédent commercial en 2021. Une performance qui sera obtenue grâce à des restrictions draconiennes des importations.

Par : RACIM NIDAL

Le Midi libre, 10/10/2021