L’UE pousse la Grèce à ouvrir une enquête sur les rapports de refoulement

Behind the scenes of the 60 seconds video presentation by Commissioner designate Johansson

UE, Grèce, migration, refoulements, expulsions, #UE, #Grece, #Migration,

8 octobre (Reuters) – L’exécutif de l’Union européenne a exhorté vendredi la Grèce à ouvrir une enquête sur les rapports faisant état de refoulements illégaux de migrants, tout en félicitant la Croatie qui s’est engagée à ouvrir une enquête.

« Je dois dire que le gouvernement croate prend cette affaire très au sérieux, il va immédiatement enquêter », a déclaré la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, lors d’une réunion de l’UE à Luxembourg.

« Ma discussion avec le ministre grec était différente, et j’ai dit clairement que je n’accepterai pas que la Grèce ne fasse pas d’enquête à ce sujet », a-t-elle ajouté.

« Nous devons protéger nos frontières extérieures, mais nous devons aussi protéger nos valeurs, l’État de droit et les droits fondamentaux. Et cela est absolument possible à faire ensemble ».

Mme Johansson a rencontré les ministres de l’intérieur de la Croatie et de la Grèce jeudi, après que les médias allemands Der Spiegel et ARD ont documenté ce qu’ils ont dit être des fonctionnaires grecs et croates effectuant des refoulements illégaux et parfois violents de migrants. lire la suite

Les rapports indiquent que les médias allemands disposent de séquences vidéo de 11 refoulements effectués par la police croate en Bosnie, ainsi que de preuves, notamment de séquences vidéo, montrant les garde-côtes grecs en train de repousser des migrants dans la mer Égée.

Reuters n’a pas vérifié ces allégations de manière indépendante.

Le ministère des migrations à Athènes a démenti les informations faisant état de refoulements de migrants et a déclaré qu’il agissait dans le cadre du droit international pour protéger les frontières de la Grèce et de l’UE.

En vertu du droit international, toute personne a le droit de demander l’asile et il est interdit de renvoyer des demandeurs d’asile potentiels là où leur vie ou leur bien-être pourrait être en danger.

Reuters