L’UE soutient le Maroc dans la polémique de l’étiquetage

Maroc, tomates, Sahara Occidental, UE, étiquetage, #Maroc, #UE, #Tomates, #Etiquetage, #SaharaOccidental,

Les allégations de « fraude à l’étiquetage » contre les tomates marocaines ont été réfutées par le commissaire à l’agriculture de la Commission européenne

Janusz Wojciechowski, le commissaire européen à l’agriculture de la Commission européenne, a réfuté ce mois-ci les accusations de fraude à l’étiquetage portées par l’eurodéputé espagnol Jordi Cañas contre le Maroc concernant les tomates produites au Sahara occidental, selon un rapport de New In 24 .

En juin, Cañas avait fait référence à un rapport de l’ONG Mundubat et de l’organisation agraire Coag alléguant que les tomates produites au Sahara étaient étiquetées et vendues comme un produit marocain.

« Un rapport récent a révélé que 7 à 14 % des tomates que le Maroc exporte vers l’Europe sont en fait produites à Dakhla, au Sahara occidental qui est illégalement occupé par le Maroc, d’où elles sont transportées par voie terrestre jusqu’à Agadir (Maroc) », a déclaré Cañas. déclaré au Parlement. « Là-bas, elles sont mélangées avec des tomates du Souss-Masa et sont conditionnées et étiquetées pour l’exportation en tant que produit fabriqué au Maroc. »

Il s’agit, selon lui, d’une « violation de nombreuses lois européennes et de l’accord d’association UE-Maroc ».

« Cela rend impossible pour les consommateurs européens de connaître la véritable origine des produits, en violation flagrante des règles d’étiquetage de l’UE et des accords signés, et crée également une concurrence déloyale pour les producteurs européens, entraînant un effondrement de la production de tomates dans les pays producteurs comme l’Espagne », a-t-il déclaré.

Cependant, dans une réponse parlementaire le 13 septembre, Wojciechowski a confirmé qu’il était peu probable que les allégations de fraude à l’étiquetage conduisent à une inspection par l’UE.

Le commissaire a déclaré que pour les fruits et légumes originaires de l’extérieur de l’UE, les pays tiers étaient en mesure d’effectuer leurs propres contrôles pour garantir la conformité aux normes de l’UE.

« Le Maroc est l’un des neuf pays tiers où l’organisme de contrôle a fourni des garanties satisfaisantes quant au personnel, aux équipements et aux installations nécessaires pour effectuer des contrôles selon des méthodes équivalentes dans les États membres », a déclaré Wojciechowski.

Il a ajouté que les préférences commerciales pour les produits agricoles originaires du Maroc avaient été étendues à ceux originaires du Sahara.

« Les produits originaires du Sahara occidental bénéficient du même traitement tarifaire préférentiel que ceux de l’accord d’association UE-Maroc », a-t-il déclaré. « La Commission n’a connaissance d’aucune preuve que l’Accord peut être mis en œuvre d’une manière incompatible avec ses dispositions. »

Au cours des cinq dernières années, les exportations marocaines de tomates vers l’UE ont augmenté de 15,8%, a rapporté North Africa Post , tandis que les ventes de tomates espagnoles et néerlandaises ont chuté de 27,5% et 21% respectivement.

Vous avez apprécié cet article gratuit d’Eurofruit Magazine et de son équipe de rédacteurs ? Ne manquez pas une analyse encore plus approfondie, ainsi que toutes les dernières nouvelles du secteur des produits frais. Abonnez-vous maintenant à Eurofruit Magazine.