Déclarations de Macron : Le Mali emboîte le pas à l’Algérie

Mali, France, Algérie, Sahel, Emmanuel Macron, #Algérie, #Mali, #Macron, #Sahel,

Nouvelle crise diplomatique de la France. Après ses déclaration sur l’Algérie, le président Emmanuel Macron commet une nouvelle bourde qui a fait réagir les autorités maliennes.

Dans un entretien accordé mardi matin à la Radio France Inter, le président français a déclaré que « l’armée française n’a pas à se substituer au ‘non travail’, si je puis dire, de l’Etat malien ». Soulignant « qu’on ne peut pas demander à nos soldats de remplacer ce qui est le travail de votre État ».

Une sortie que Bamako ne digère pas, faisant réagir le ministre des Affaires étrangères du Mali, Abdoulaye Diop, a signifié au diplomate français « l’indignation et la désapprobation du gouvernement du Mali » et élevé une vive protestation contre « ces propos regrettables, qui sont de nature à nuire au développement de relation amicales entre nations », selon les termes du communiqué publié par son département.

Voici le texte intégral du communiqué publié par le chef de la diplomatie malienne:

Communiqué

Ce mardi 5 octobre 2021, S.E.M. Abdoulaye Diop  ; Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale a convoqué l’Ambassadeur de France au Mali, suite aux propos inamicaux et désobligeants tenus par Monsieur Emmanuel Macron  ; Président de la République française, sur les institutions de la République du Mali.

Le Ministre a signifié au diplomate français l’  »indignation et la désapprobation du Gouvernement du Mali et élève une vive protestation contre ces propos regrettables, qui sont de nature à nuire au développement des relations amicales entre nations.

Aussi, le Ministre a invité les autorités françaises à la retenue, en évitant des jugements de valeur et appelé à une approche constructive basée sur le respect mutuel, en vue de se concentrer sur l’essentiel, notamment la lutte contre le terrorisme dans le Sahel.

Enfin, le Ministre DIOP a réitéré la disponibilité du gouvernement à bâtir avec les partenaires qui le souhaitent, des relations sincères et concertées, respectant le princi de non-ingérence conformément aux aspirations légitimes du Peuple Malien.

Koulouba, le 5 octobre 2021