New Frame: La faim cachée au Maroc

Maroc, Afrique du Sud, faim inapparente, inégalités sociales, mikhala, #Maroc, #pauvreté,

Alors que les statistiques officielles suggèrent que ce n’est pas un problème majeur dans ce pays d’Afrique du Nord, la faim est réelle sur le terrain et masquée par un manque de données fiables et la stigmatisation sociale. La faim est très présente dans l’imaginaire marocain, autant qu’elle existe dans la réalité. Tout au long de l’histoire, le peuple marocain a souffert de sécheresses cycliques, de marginalisation et d’exclusion, ainsi que du vol systémique de ses richesses et de ses récoltes par le Makhzen, le régime politique dirigé par la monarchie.

Le secteur agricole du pays emploie 40% de la main-d’œuvre et contribue à 15% du PIB, rendant l’économie marocaine et la situation économique de sa population vulnérables aux changements du marché mondial ainsi qu’au changement climatique.

En plus des défis présentés par la pandémie de Covid-19, le pays a souffert d’une grave sécheresse en 2019 et 2020. La capacité des barrages qui alimentent son vaste système d’irrigation dans le sud et l’est est tombée à 37% au niveau national en octobre 2020, tandis que le déficit des eaux de surface a atteint un niveau record de 94%, selon Abdelhamid Aslikh, qui dirige l’agence des réserves d’eau de la région d’Agadir. Cela a eu un grand impact sur la production de céréales dans le pays. La production céréalière en 2020 était de 39 % inférieure à celle de 2019 et les importations de blé ont augmenté de 46,3 %.

La sécheresse la plus récente a eu un fort impact sur les zones rurales et le secteur agricole, qui souffrent depuis des décennies en raison de l’augmentation des sécheresses et des inégalités consacrées par le régime du Mahkzen. Cet impact est le plus clair dans la famine généralisée au Maroc. 

Selon la carte de la faim des Nations Unies et l’indice mondial de la faim, la faim n’est pas une préoccupation majeure dans le pays. L’indice a classé le Maroc 44 sur 107 pays évalués en 2020, avec un indice de faim « faible », et l’ONU a également évalué qu’un petit pourcentage de la population souffre de malnutrition. 

Mais les militants au Maroc qui voient la réalité sur le terrain ont peu confiance en ces chiffres officiels. Ils attribuent ce qu’ils appellent une sous-estimation substantielle au manque de volonté du gouvernement de rendre compte avec précision de la situation, rendue possible par le contrôle du système monarchique. De plus, les militants remarquent que l’immense stigmatisation sociale attachée à la faim dans le pays signifie que de nombreuses personnes n’admettront pas leur situation.

Les chiffres sont particulièrement difficiles à croire étant donné que le taux national de pauvreté multidimensionnelle chez les enfants est de 39,7 % ; dans les zones rurales, il atteint 68,7 %. La pauvreté multidimensionnelle prend en compte des facteurs tels que l’accès à l’éducation, aux soins de santé, à l’eau, à l’hygiène, au logement, à l’alimentation et à la nutrition.

Croissance retardée

Mohammed, un jeune enfant du village d’Oulad Sghir dans la province de Settat, à quelques heures de Casablanca, est un visage humain de cette pauvreté multidimensionnelle. Le garçon qui court dans les champs, à la poursuite d’un chien et d’un troupeau de moutons, est sur le point d’avoir sept ans, mais son apparence suggère qu’il a trois ou quatre ans.

Mohammed ne va pas à l’école malgré tous les programmes d’éducation de l’État. Son père en difficulté, qui travaille toute la journée à garder des moutons et des vaches pour une famille aisée, n’a jamais eu la chance de penser à l’éducation de son fils. Il a travaillé dur pendant des années sans salaire convenable. Il ne pouvait gérer que quelques logements de base pour sa famille car la promesse de 150 $ (environ R2 265) par mois en rémunération n’a jamais été tenue. 

Mohammed aide son père à faire paître les moutons et sa mère à traire les vaches. Il n’a pas le temps de jouer avec d’autres enfants et s’est plutôt fait des amis avec des poupées cassées qu’il a trouvées abandonnées dans l’arrière-cour de la maison.

New Frame, 30/09/2021