République Démocratique du Congo : Briefing et Consultations

République Démocratique du Congo, RDC, ONU, Conseil de Sécurité, #Congo, #RDC, Monusco, #MONUSCO,

Demain (5 octobre), le Conseil de sécurité se réunira pour une réunion d’information sur la République démocratique du Congo (RDC) . La Représentante spéciale du Secrétaire général en RDC et chef de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) Bintou Keita fera un exposé. L’ambassadeur Abdou Abarry (Niger) fera un exposé en sa qualité de président du Comité des sanctions de la RDC 1533. Un représentant de la société civile devrait également informer le Conseil. Des consultations à huis clos sont prévues pour suivre la séance d’information publique.

Keita devrait donner un aperçu du dernier rapport du Secrétaire général sur la RDC, qui a été publié le 17 septembre ( S/2021/807) et couvre la période du 19 juin au 17 septembre. Concernant les préparatifs du processus électoral de 2023, le rapport note la loi promulguée par le président de la RDC Félix Tshisekedi le 3 juillet réformant la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et le calendrier publié ultérieurement par l’Assemblée nationale pour la désignation des membres de la CENI. Cependant, il indique que ce processus a été retardé en raison de l’absence de consensus au sein de la Plateforme des confessions religieuses, qui est censée proposer un candidat à la présidence de la CENI à l’Assemblée nationale. Le rapport affirme que « la tenue d’élections opportunes, inclusives et pacifiques est un élément clé pour une paix durable en République démocratique du Congo ».

La situation sécuritaire en RDC est probablement au centre de la réunion de demain. Keita peut décrire les conditions dans les provinces du nord-est de l’Ituri et du Nord-Kivu, où un soi-disant « état de siège » est en place depuis le 6 mai. (Avec l’état de siège, la gouvernance civile a été transférée à un gouverneur militaire et à un vice-gouverneur de la police, et des pouvoirs accrus de recherche et d’arrestation ont été accordés à la police et à l’armée.) Le 1er septembre, le gouvernement de la RDC a prolongé l’état de siège. dans ces domaines pour la septième fois. La situation sécuritaire dans les provinces du nord-est reste désastreuse, alors que des groupes armés tels que les Forces démocratiques alliées (ADF) continuent d’intensifier leurs attaques contre les civils malgré l’état de siège. Lors de son discours du 21 septembre lors du segment de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies, Tshisekedi a déclaré que les forces de sécurité congolaises ont fait des progrès dans la lutte contre la menace posée par les groupes armés opérant dans ces provinces, notamment en rouvrant des routes importantes et en facilitant la libération des otages. Le Secrétaire général a souligné dans son rapport la nécessité pour les autorités d’appliquer la politique d’état de siège dans le respect des « obligations internationales en matière de droits humains et de droit humanitaire de la République démocratique du Congo » et a souligné le droit de la population à un « droit , un système judiciaire transparent, efficace, non discriminatoire et responsable ».

Demain (5 octobre), le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies devrait discuter du rapport du Haut-Commissariat aux droits de l’homme sur la situation des droits de l’homme en RDC et des activités du Bureau conjoint des droits de l’homme des Nations Unies, qui a été publié le 15 juillet et couvre la période comprise entre le 1er juin 2020 et le 31 mai. Le rapport conclut que la situation des droits humains en RDC au cours de la période considérée « a été gravement compromise par la persistance des attaques de groupes armés ciblant la population civile », qui ont entraîné de nombreuses violations et abus des droits humains, y compris des violences sexuelles.

Dans son exposé au Conseil, Keita peut décrire son engagement avec les parties prenantes de la RDC concernant la situation sécuritaire dans les provinces du nord-est et la mise en œuvre de l’état de siège. Elle pourrait également évoquer les progrès de la coopération entre la RDC et ses voisins et noter les efforts régionaux en cours pour lutter contre les activités des forces armées, notamment à travers l’opérationnalisation en mai du Groupe de contact et de coordination (GCC), qui est composé de représentants des services de renseignement et de sécurité des pays riverains des zones de conflit de la région. Lors de sa quatrième réunion à Bujumbura en juillet, à laquelle ont participé le Burundi, la RDC, le Rwanda,

Un autre objectif probable de la réunion de demain est le plan de transition de la MONUSCO. Le Conseil a approuvé la stratégie conjointe pour le retrait progressif et progressif de la MONUSCO et les paramètres plus larges de la transition de la mission dans la résolution 2556 du 18 décembre 2020. La MONUSCO a cessé ses activités dans la région du Kasaï le 30 juin et devrait se retirer du Tanganyika d’ici la mi -2022, conformément à la stratégie commune.

Dans la résolution 2556, le Conseil a demandé au Secrétaire général de soumettre un plan de transition définissant les modalités pratiques du transfert des tâches au gouvernement de la RDC, à l’équipe de pays des Nations Unies et à d’autres parties prenantes, y compris un ensemble de repères détaillés, mesurables et réalistes avec des indications délais. En conséquence, un groupe de travail conjoint sur la transition de la MONUSCO a été formé le 5 juillet, composé de représentants du gouvernement de la RDC et de la MONUSCO. Selon le rapport du Secrétaire général, le groupe conjoint a élaboré 18 critères, risques et mesures d’atténuation et partenariats stratégiques qui « constituent la base du plan de transition », en consultant la société civile et d’autres partenaires. Le Secrétaire général a présenté le plan de transition en annexe à son rapport, et il devrait éclairer les discussions du Conseil sur le renouvellement du mandat de la MONUSCO avant son expiration le 18 décembre. Tshisekedi a déclaré que son gouvernement approuvait le plan de transition lors de son discours du 21 septembre lors du segment de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies.

L’Ambassadeur Abarry devrait présenter un rapport oral sur les travaux du Comité des sanctions de la RDC 1533. Il peut souligner, entre autres, les consultations informelles du comité du 30 juillet sur l’exploitation illégale des ressources naturelles en RDC, qui se sont concentrées sur les efforts de lutte contre le commerce illicite persistant dans les secteurs de l’or, de l’étain, du tantale et du tungstène (3T) de la RDC. Le comité 1533 s’est également réuni pour une consultation informelle conjointe avec le Comité des sanctions 2127 de la République centrafricaine (RCA) le 13 juillet pour dialoguer avec la représentante spéciale du Secrétaire général sur les violences sexuelles dans le conflit Pramila Patten. Il semble que, lors de cette réunion, Patten ait noté des progrès importants dans la promotion de la justice et de la responsabilité en RDC, tout en exprimant sa préoccupation constante quant à l’ampleur et la gravité des violences sexuelles dans le pays.

Lors de la réunion de demain, les membres du Conseil devraient souligner la nécessité de continuer à soutenir le programme d’action du gouvernement de la RDC pour 2021-2023, qui a été entériné par l’Assemblée nationale le 26 avril. Ils peuvent appeler les acteurs politiques congolais à résoudre leurs différends par le dialogue afin de créer des conditions favorables à l’organisation d’élections apaisées, crédibles et inclusives en 2023. En outre, ils peuvent exprimer leur inquiétude face à la persistance des violences intercommunautaires et des atteintes aux droits humains. À cet égard, ils pourraient souligner la nécessité de respecter le droit international humanitaire et les droits de l’homme applicables dans la mise en œuvre de l’état de siège dans les provinces du nord-est.

Le Conseil semble globalement uni dans son soutien aux travaux de la MONUSCO et au retrait progressif de la mission. Lors de la réunion de demain, les membres pourraient saluer le plan de transition, qui a été élaboré conjointement avec le gouvernement et en consultation avec la société civile. Certains membres peuvent souligner la nécessité de progresser dans la mise en œuvre du plan de transition sur la base des repères et des délais convenus, tandis que d’autres peuvent préconiser une approche flexible qui tient compte de l’évolution de la situation en matière de sécurité et de la prise en charge progressive des responsabilités en matière de sécurité par les forces armées de la RDC. (FARDC).

Security Council Report, 04/10/2021