Maroc: Lalla Hasna et les Pandora Papers dans la presse

Maroc, Pandora Papers, Lalla Hasna, Panama, Offshore, paradis fiscaux, #Maroc, #LallaHasna,

Deutsche Welle : Les documents secrets ont également démasqué la princesse marocaine, Lalla Hasnaa, en tant que propriétaire d’une société écran qui a acheté une maison de 11 millions de dollars dans le quartier chic de Londres, près du palais de Kensington.

Hasnaa a effectué l’achat en utilisant des fonds de la famille royale marocaine, selon les documents qui énuméraient sa fonction comme étant « Princesse ».

L’Espresso (Italie): Papiers de Pandore, Lalla Hasnaa princesse du Maroc. Offshore et une résidence de 11 millions de dollars à Londres

Les documents de l’enquête internationale de l’ICIJ révèlent les secrets et la richesse des puissants de ce monde.

La princesse Lalla Hasnaa est la plus jeune sœur du roi du Maroc, Mohammed VI, qui est au pouvoir depuis 1999. Le roi est crédité d’une fortune personnelle de 5,7 milliards de dollars, ce qui fait de lui le monarque le plus riche d’Afrique. Il possède des mines, des industries alimentaires et des banques. En tant qu’entrepreneur, la princesse contrôle des sociétés immobilières et des fonds d’investissement au Maroc, mais elle est surtout connue en tant que présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, avec laquelle elle a participé à divers événements internationaux aux côtés de dirigeants politiques du monde entier.

Les documents Pandora montrent que la princesse Lalla Hasnaa possède une société offshore dans les îles Vierges britanniques appelée Oumaila Ltd. Elle a été constituée en société en 2002 et, peu après, elle a acheté une résidence de luxe de cinq chambres à Londres, près du palais de Kensington, estimée à 11 millions de dollars. Selon les documents, la société offshore a payé le prix avec des fonds provenant de la « famille royale du Maroc ». Dans les actes de fiducie, parmi les données personnelles de la propriétaire réelle de la société (et donc de la propriété londonienne), sa profession est également enregistrée : « Princesse ».

The Media Line (Etats-Unis) :

Parmi les autres dirigeants mondiaux sur la liste figurent le Premier ministre tchèque Andrej Babis, le président kenyan Uhuru Kenyatta, le Premier ministre libanais Najib Mikati, l’émir du Qatar Cheikh Tamim bun Hamad Al Thani, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, la princesse marocaine Lalla Hasnaa. et l’ancien Premier ministre de Bahreïn Cheikh Khalifa bin Salman Al Khalifa.

Les comptes et les sociétés offshore ne sont pas en eux-mêmes illégaux, bien que leur détention puisse être illégale dans certains pays.