Tunisie: Manifestation massive de soutien au président

Tunisie, Kaïs Saïed, #Tunisie, #KaïsSaïed,

-Des manifestants soutiennent la suspension du parlement par Saied.
-Les critiques ont qualifié les mesures du président de coup d’Etat.
-Saied veut modifier la constitution démocratique.

TUNIS, 3 octobre (Reuters) – Des milliers de partisans du président tunisien Kais Saied se sont rassemblés dimanche dans la capitale et dans d’autres villes pour soutenir sa suspension du parlement et ses promesses de changer le système politique, actes que ses détracteurs qualifient de coup d’Etat.

La manifestation d’au moins 8000 personnes dans le centre de Tunis était de loin la plus importante depuis que Saied a pris le pouvoir exécutif en juillet – une démonstration de soutien de la part de ses partisans qui a éclipsé les deux manifestations des deux week-ends précédents contre ses actions.

Des milliers d’autres partisans de Saied se sont rassemblés à Sfax, selon des témoins et des médias locaux, tandis que d’autres se sont rassemblés à Sidi Bouzid, Gafsa et Monastir.

L’opposition à ses actions s’est également accrue ces dernières semaines, la plupart de l’establishment politique, le puissant syndicat et les donateurs étrangers s’étant prononcés contre la suspension de certaines parties de la constitution.

M. Saied a souvent invoqué le soutien de l’opinion publique pour justifier ses mesures contre l’élite politique et le système de partage du pouvoir entre le président et le parlement qui, selon lui, a contrecarré la volonté populaire.

Les manifestants ont brandi des drapeaux tunisiens et porté des pancartes dénonçant Ennahda, le parti islamiste modéré qui est le plus important au Parlement et qui est le principal adversaire de Saied.

L’un d’eux a qualifié d' »assassin » le dirigeant d’Ennahda et président du Parlement, Rached Ghannouchi, qui a exhorté la chambre suspendue à reprendre ses travaux.

« Nous demandons à Saïd de dissoudre Ennahda et les partis politiques impliqués dans la corruption », a déclaré Noura Bensalah, l’une des manifestantes.

Le président a plongé la Tunisie dans une crise constitutionnelle en juillet en suspendant le parlement élu, en limogeant le premier ministre et en assumant le pouvoir exécutif.

Le mois dernier, il a balayé d’un revers de main une grande partie de la constitution pour dire qu’il pouvait adopter des lois par décret, remettant en cause les acquis démocratiques de la Tunisie depuis sa révolution de 2011 qui a déclenché les révoltes du « printemps arabe » à travers le monde musulman.

UNE « VRAIE DÉMOCRATIE

L’intervention de Saied fait suite à des années de stagnation économique et de paralysie politique, aggravées par un verrouillage appauvrissant l’année dernière, une campagne de vaccination qui tarde à démarrer et des manifestations de rue.

De nombreux Tunisiens imputent ces maux à une élite politique corrompue et intéressée, et ils voient Saied, un indépendant élu en 2019, comme un champion des gens ordinaires.

Parmi ses partisans, l’intervention de Saied est largement considérée comme une réinitialisation attendue depuis longtemps d’une expérience démocratique que des intérêts établis ont fait dévier de son cours.

« Saied est un président propre qui est venu pour restaurer la vraie démocratie », a déclaré Mongi Abdullah, un enseignant de Mahdia qui était venu rejoindre le rassemblement.

Alors que les sondages d’opinion montrent que les mesures prises par Saied bénéficient d’un large soutien, son long retard dans la déclaration d’un calendrier de sortie de crise a commencé à cimenter l’opposition à son égard.

La plupart de l’élite politique et le puissant syndicat UGTT affirment qu’il doit commencer à consulter plus largement s’il envisage de modifier la constitution, comme il l’a indiqué.

Bien que le rassemblement de dimanche ait été organisé par des militants sur les médias sociaux, trois petits partis au Parlement, dont Achaab, l’ont soutenu, affirmant que la paralysie du système politique avait obligé Saied à intervenir.

« Saied devrait nommer un gouvernement et entamer un dialogue pour réformer le système et la loi électorale, puis aller à un référendum », a déclaré Mohamed Ammar, un membre indépendant du parlement participant à la manifestation.

La semaine dernière, Saied a nommé une première ministre et l’a exhortée à former rapidement un gouvernement, mais après avoir assumé des pouvoirs plus étendus, elle devrait avoir moins d’influence que ses prédécesseurs à ce poste.

Dimanche, la police tunisienne a arrêté un membre du parlement et un présentateur de télévision qui ont été d’éminents détracteurs de Saied depuis son installation en juillet, a déclaré leur avocat. La police n’était pas disponible dans l’immédiat pour un commentaire.