Libye: La MAE confirme le départ de certains combattants étrangers

Libye, combattants étrangers, mercenaires, #Libye, #Mercenaires,

KOWEÏT, 3 octobre (Reuters) – Le ministre libyen des Affaires étrangères a déclaré dimanche que certains combattants étrangers avaient quitté le pays, alors que le gouvernement d’union nationale cherche à mobiliser l’aide internationale pour retirer les nombreux combattants restants.

“Les rapports sont corrects. Il y a un début très modeste”, a déclaré Najla Mangoush lors d’une conférence de presse au Koweït, lorsqu’on lui a demandé si certains combattants étrangers avaient été retirés.

“Nous sommes toujours à la recherche d’une organisation plus large et complète pour la sortie des mercenaires”, a-t-elle ajouté.

Les parties belligérantes de la Libye, soutenues par des puissances régionales, restent retranchées avec des mercenaires étrangers alliés le long des lignes de front, au mépris d’un accord de cessez-le-feu.

Un retrait plus significatif des mercenaires étrangers semble encore loin, dans un contexte de discussions sur le rôle des forces régionales alliées à chaque camp et d’échecs dans les efforts pour convenir des règles de base d’une élection nationale.

La paix et la sécurité n’ont guère régné en Libye depuis le soulèvement de 2011, soutenu par l’OTAN, qui a chassé Mouammar Kadhafi. En 2014, le pays s’est divisé entre les factions belligérantes de l’est et de l’ouest.

Les forces orientales étaient soutenues par les Émirats arabes unis, la Russie et l’Égypte. Le précédent gouvernement de Tripoli, à l’ouest, qui était reconnu par les Nations unies, était soutenu par la Turquie.

Les parties belligérantes ont fait appel à des mercenaires, notamment via le groupe russe Wagner, en provenance de Syrie, du Soudan et du Tchad, entre autres pays, selon les Nations unies.

L’année dernière, après que l’Armée nationale libyenne (ANL) du commandant Khalifa Haftar, basée dans l’est du pays, a été repoussée après 14 mois d’assaut sur Tripoli, les deux parties ont conclu une trêve et accepté l’installation d’un nouveau gouvernement d’unité à Tripoli.

L’accord de cessez-le-feu prévoit le retrait de tous les mercenaires étrangers dans les trois mois suivant sa signature, il y a un an.

Le mois dernier, le chef du conseil de la présidence libyenne a déclaré qu’il participerait à une conférence visant à garantir un soutien international “unifié et cohérent” et à restaurer un sentiment de leadership libyen et d’appropriation de l’avenir du pays. en savoir plus

Mais Mohammed al-Menfi a également mis en garde contre de “sérieux défis” qui pourraient compromettre les élections nationales prévues pour le 24 décembre.