Pegasus: les élus du Grand Orly Seine Bièvre en appellent à Macron

Maroc, Macron, Pegasus, Espionnage, Philippe Bouyssou, #Maroc, #Macron, #Pegasus, #Espionnage,

Les élus du Grand Orly Seine Bièvre ont signé à l’unanimité une lettre au président de la République demandant de la transparence quant aux suites de l’affaire Pegasus.

Les élus du Grand Orly Seine Bièvre ont interpellé le président de la République, Emmanuel Macron, quant aux suites de l’affaire Pegasus. Pour rappel, d’après une enquête menée par un groupe de médias internationaux, un logiciel espion nommé Pegasus, développé par une société israélienne, a été utilisé pour espionner des milliers de personnes dans le monde, parmi lesquelles des journalistes, des dissidents, mais aussi des chefs d’État ou de gouvernement.

« Un manque de réactions »

Parmi les nombreuses personnes espionnées, le président de la République lui-même, mais aussi plusieurs ministres (dont la ministre originaire du Val-de-Marne, Emmanuelle Wargon), et des élus locaux. C’est le cas notamment d’un élu du Grand Orly Seine Bièvre, le maire d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), Philippe Bouyssou (PCF). « J’étais étonné et choqué. Je ne pensais pas représenter un danger pour quoi ou qui que ce soit. », déclarait-il en juillet dernier quand l’affaire a éclaté, déplorant même un manque de réactions de la part du gouvernement ».

La position du territoire Grand Orly Seine Bièvre semble sur la même longueur d’ondes, deux mois après les faits. Le territoire annonce en effet ce jeudi 30 septembre que les « élus ont adopté à l’unanimité une adresse au Président de la République demandant la transparence sur les suites données à Pegasus et la mise en place d’un cadre règlementaire sur les technologies de surveillance ». Le président du territoire, Michel Leprêtre (PCF), écrit ainsi à Emmanuel Macron :

« Des chefs d’état, comme vous-même, des parlementaires français, ainsi qu’un de nos collègues élus, ont été identifiés comme des cibles potentielles du logiciel espion. Le fait que des personnalités politiques, de maires à chef d’état aient été pris dans les filets des technologies de surveillance devrait alerter les Etats sur l’impérieuse nécessité de réglementer ce secteur. Si ces dirigeants sont pris pour cible, cela confirme davantage encore que les droits des citoyens, des journalistes et des avocats sont en danger ».

« Un Watergate international »

Et de poursuivre : « Nous sommes en attente de plus de transparence sur cette affaire digne d’un Watergate international ».

Les élus du Grand Orly Seine Bièvre souhaitent connaître « les mesures prises pour protéger la vie privée et les droits des personnes ciblées » et les « mesures de rétorsions qui sont, ou vont, être prises vis-à-vis des Etats qui utilisent illégalement sur le sol français cette technologie ».