L’Algérie et le Maroc portent un nouveau coup à la ZLECAF

Algérie, Maroc, Afrique, ZLECAF, liber échange, #Algérie, #Maroc,

L’UA et le secrétariat de la ZLECAf devraient faciliter les pourparlers sur la coopération économique entre les deux pays d’Afrique du Nord.

L’annonce par le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, le 24 août, d’une nouvelle rupture des relations diplomatiques avec le Maroc est un nouveau revers pour le libre-échange et la libre circulation sur le continent. Le fossé entre les deux pays s’est creusé la semaine dernière avec l’ interdiction par l’Algérie des avions civils et militaires marocains de survoler son territoire.

Ces développements font échouer les plans de l’Union africaine (UA) de voir une communauté économique régionale (CER) établie en Afrique du Nord après que le Maroc a rejoint l’organisation en 2017. À l’époque, le roi du Maroc Mohammed VI s’était engagé à jouer un rôle constructif au sein de l’UA et a fait valoir pour la relance de l’Union du Maghreb arabe en difficulté en Afrique du Nord.

L’UA est restée silencieuse sur les tensions renouvelées. Lamamra, un ancien commissaire de l’UA pour la paix et la sécurité, pourrait utiliser de nombreuses structures de médiation pour amener ses homologues à la table des négociations. Cependant, les divisions de longue date entre les deux pays – liées à des rivalités territoriales, politiques et économiques – seraient difficiles à démêler pour l’UA.

Néanmoins, mettre l’accent sur les avantages commerciaux régionaux de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) pourrait convaincre les dirigeants respectifs de coopérer. L’UA pourrait s’appuyer sur des voix influentes au Maroc et en Algérie qui soutiennent que les défis de développement substantiels des pays ne peuvent être résolus sans une plus grande coopération régionale.

La rupture actuelle des relations diplomatiques et commerciales fait suite à une lettre envoyée par l’ambassadeur du Maroc aux Nations Unies (ONU) montrant le soutien du pays aux mouvements indépendantistes dans la région algérienne de Kabylie. Le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie est accusé d’avoir perpétré les incendies dévastateurs en Kabylie à partir du 9 août qui ont fait au moins 69 morts.

Cela a coïncidé avec le soi-disant scandale Pégase dans lequel 6 000 documents divulgués ont montré comment le Maroc espionnait l’Algérie. Ce dernier a également été contrarié par la décision du Maroc de raviver les relations avec Israël après que l’ancien président américain Donald Trump a reconnu sa revendication sur le Sahara occidental. L’Algérie est un farouche opposant aux liens avec Israël.

Certains interprètent la situation actuelle comme une tentative de Lamamra de montrer que « l’Algérie est de retour » sur la scène internationale après une période relativement dormante, notamment sous l’ancien président Abdelaziz Bouteflika. Pendant ce temps, le Maroc accuse l’Algérie de soutenir les manifestants anti-monarchie dans le royaume.

Une grande partie de la tension actuelle se déroule dans un contexte de revendications d’indépendance non résolues du Sahara occidental, qui se trouve à l’intérieur des frontières du Maroc. L’Algérie soutient le Front Polisario, un mouvement représentant le Sahara occidental et assurant la direction de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) du territoire. La RASD est membre de l’UA.

Au cours de l’année écoulée, des incidents sporadiques ont éclaté entre le Maroc et des combattants indépendantistes sahraouis dans les zones tampons désignées par le cessez-le-feu de 1991 négocié par l’ONU.

Le Maroc insiste sur la mise en œuvre de son plan d’autonomie significative pour le Sahara occidental, mais l’Algérie et ses alliés l’ont rejeté. L’ONU définit le Sahara occidental comme un territoire non autonome.

Depuis le retour du Maroc à l’UA, les appels à résoudre le différend et à en discuter dans les cadres du Conseil de paix et de sécurité de l’UA sont tombés dans l’oreille d’un sourd. Le Maroc insiste sur le fait qu’il devrait être traité par le Conseil de sécurité de l’ONU, où peu de progrès ont été réalisés depuis des années.

L’affrontement entre les deux pays a plongé les relations économiques et commerciales à un nouveau creux. Au cours des dernières décennies, les tensions ont causé plusieurs perturbations et ont fait chuter les niveaux commerciaux bien en deçà des attentes pour des économies de leur taille. Les exportations du Maroc vers l’Algérie, par exemple, représentent 0,48% de ses exportations totales. Le Maroc importe la plupart de son pétrole et de son gaz d’Algérie, mais cela ne représente que 0,79% de ses importations.

Les pertes économiques potentielles sont énormes, notamment parce que le Maroc dispose d’amples réserves de phosphate qu’il pourrait exporter vers l’Algérie, l’un des principaux producteurs de gaz d’Afrique. Ensemble, ils pourraient produire des engrais indispensables pour stimuler l’agriculture sur le continent et « transformer les économies des pays africains », selon un initié cité par Jeune Afrique .

Les frontières terrestres entre les deux pays ont été fermées entre 1976 et 1988, puis rouvertes après des tentatives d’apaisement de leurs dirigeants. Ils ont été refermés en 1994 lorsque le Maroc a accusé l’Algérie d’être à l’origine des attentats de Marrakech. Aucune route maritime directe ne relie les pays, ce qui rend le transport aérien vital. Les intermédiaires utilisent ces tensions et profitent des réseaux étendus pour acheminer les marchandises entre les pays.

C’est là que les avantages d’un commerce intra-africain accru devraient être soulignés. Le potentiel de la ZLECAf est énorme pour les marchés les plus sophistiqués de l’Afrique, tels que l’Afrique du Nord, qui bénéficieront d’exportations en franchise de droits plus importantes vers le reste du continent.

Le secrétaire général de la ZLECAf, Wamkele Mene, estime que des millions d’Africains peuvent sortir de la pauvreté si l’accord est correctement mis en œuvre. L’Afrique du Nord n’était pas présente à la réunion que Mene a tenue avec les CER sur la question fin septembre. Sur les 39 ratifications à ce jour, l’Algérie et la Tunisie sont les deux seules d’Afrique du Nord.

Le Maroc est un investisseur majeur en Afrique de l’Ouest francophone et en Afrique centrale, notamment dans la banque et la finance, les télécommunications, le transport aérien et les produits agricoles. Avec le Nigeria et l’Afrique du Sud, il fait partie des plus gros investisseurs africains du continent, mais le Maroc n’a pas adhéré à la ZLECAf, craignant la concurrence d’autres États de son économie. Les efforts du Maroc pour rejoindre la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ont également échoué.

Pour l’instant, les arguments sur les avantages économiques de l’intégration régionale n’ont pas dépassé les divisions profondes entre le Maroc et l’Algérie. Il existe cependant une nouvelle opportunité pour la société civile et les organisations régionales de souligner la nécessité de pourparlers et d’un leadership visionnaire des deux côtés. Une lettre signée par 140 intellectuels des deux pays et de la région nord-africaine appelle à une médiation pour rétablir les liens.

Sans une CER fonctionnelle pour l’Afrique du Nord, l’UA et le secrétariat de la ZLECAf doivent jouer ce rôle. Amener le Maroc et l’Algérie autour de la table pour discuter de la coopération économique – sinon des liens diplomatiques et politiques – sera un pas de géant pour le continent et l’intégration économique régionale.

Rapport du CPS , ISS Addis-Abeba

ISS Africa