La crise énergétique se profilant, l’Espagne assure « son » gaz

Algérie, Espagne, Maroc, Gaz, #Algérie, #Maroc, #Gaz,

MADRID (AP) — L’Espagne a lancé jeudi une offensive diplomatique pour préserver son flux essentiel de gaz naturel algérien alors que les prix de l’énergie dans le monde montent en flèche et que les relations entre l’Algérie et le Maroc menacent de perturber la chaîne d’approvisionnement en gaz en Afrique du Nord.

Dans le cadre de la dernière décision de l’Algérie de renforcer ses relations commerciales et diplomatiques avec le pays voisin, elle prévoit de fermer un gazoduc qui fournit près de la moitié du gaz naturel algérien importé par l’Espagne via le Maroc. Un accord de distribution de 25 ans se termine le 31 octobre.

L’Algérie a indiqué qu’elle continuerait à fournir du gaz à l’Espagne via un gazoduc séparé qui traverse la mer Méditerranée et se connecte directement à la péninsule ibérique, ainsi que sur des navires transportant du gaz naturel liquéfié, ou GNL.

Mais toute perturbation est susceptible d’augmenter les coûts pour l’Espagne. La dépendance du pays vis-à-vis du gaz algérien s’est accrue ces dernières années et représente désormais la moitié de toutes ses importations de gaz.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares a effectué un déplacement précipité à Alger, où il devait rencontrer jeudi le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra. Le voyage n’avait pas été programmé à l’avance et a été annoncé par le ministère d’Albares plus tôt cette semaine.

Après la réunion, Albares a déclaré aux journalistes qu’il était « rassuré quant à la continuité des approvisionnements en gaz naturel », qualifiant l’Algérie de « partenaire de premier ordre pour l’Espagne ».

Les pays se sont engagés à approfondir leur coopération sur les énergies renouvelables, l’agriculture et la construction navale, a déclaré Albares.

Cette visite intervient alors que le gouvernement espagnol, et en particulier Albares, tentent de renouer les liens avec le Maroc, rival régional de l’Algérie.

Les relations entre l’Espagne et le Maroc ont atteint un creux en mai sur les vues des deux pays sur l’avenir du Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole qui a été annexée par le Maroc et qui, selon les Nations Unies, devrait être soumise à la décolonisation.

Le gouvernement espagnol s’efforce déjà d’amortir l’impact sur les ménages de la hausse des prix de gros de l’électricité en raison de la concurrence mondiale croissante pour le gaz naturel et des goulots d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement des principaux producteurs mondiaux.

Des factures de services publics plus élevées ont fait grimper l’inflation en Espagne, comme dans une grande partie de l’Europe. Les prix à la consommation ont augmenté de 4% en septembre par rapport à un an plus tôt, a annoncé cette semaine l’institut espagnol des statistiques, une hausse sans précédent depuis 13 ans.

Les experts prédisent que le pire est encore à venir alors que l’hémisphère nord entre dans les mois d’hiver plus froids et énergivores.

L’Espagne essaie de réapprovisionner ses installations de stockage de gaz, qui étaient à 72 % de leur capacité à la mi-septembre, avant que le chauffage ne s’allume et n’augmente la consommation électrique.

Albares était accompagné de hauts dirigeants de Naturgy et d’Enagás, deux des plus grandes sociétés énergétiques d’Espagne.

Naturgy et Enagás sont toutes deux parties prenantes du gazoduc Europe-Mahgreb, ou EMPL, qui livre en moyenne annuellement 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel au sud de l’Espagne via le Maroc et à travers le détroit de Gibraltar.

Naturgy et l’Algérienne Sonatrach sont propriétaires du gazoduc Medgaz qui relie directement l’Algérie à la péninsule ibérique depuis 2010. Ce gazoduc pompe quelque 8 milliards de mètres cubes mais il n’était pas clair s’il serait possible d’étendre sa capacité, comme le souhaite l’Algérie, pour absorber le gaz. livraison qui passe actuellement par le Maroc.

Le Maroc capte 7 % du gaz pompé par le gazoduc, qui a commencé à fonctionner en novembre 1996. Sa part est devenue une contribution importante au mix énergétique du pays et se tarira fin octobre.

Interrogé par des législateurs espagnols sur son prochain voyage en Algérie, Albares a déclaré mercredi que les approvisionnements étaient garantis.

« L’approvisionnement en gaz de l’Espagne n’est pas en danger car nos amis marocains et algériens veulent travailler ensemble dans ce domaine », a déclaré le ministre.

Le mois dernier, l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc, citant le soutien de Rabat au « droit supposé à l’autodétermination » des Kabyles, un peuple autochtone du nord de l’Algérie, ainsi que de prétendus « actes d’espionnage » avec des logiciels espions. Le gouvernement algérien a annoncé le 23 septembre qu’il fermait son espace aérien à tous les avions marocains.

Associated Press, 30/09/2021