Algérie-Maroc : histoire d’un voisinage impossible

Après avoir décrété la fin des relations bilatérales le 24 août, Alger a fermé le robinet de gaz et l’espace aérien au Maroc
Alger accuse Rabat d’espionnage, de soutien au séparatisme sur son territoire et d’amener Israël dans la région
Les spécialistes avertissent que l’escalade n’est pas terminée, bien qu’ils minimisent les répercussions économiques compte tenu de la faible intégration des deux économies, car les autorités algériennes pourraient adopter de nouvelles mesures dans un proche avenir
L’histoire entre l’Algérie et le Maroc, le Maroc et l’Algérie est celle d’un voisinage impossible. Les premiers blâment tout sur les seconds et vice versa. Donc dans une boucle sans fin. Deux voisins, presque génétiquement identiques dans leur composition ethnolinguistique, incapables même de faire asseoir leurs représentants à la même table. Frontières terrestres fermées depuis 1994. Près de soixante ans de bagarre . Depuis le 24 août dernier, en outre, les deux voisins maghrébins n’ont pas officiellement eu de relations diplomatiques (la deuxième fois que la rupture totale s’est produite ; la première, le 7 mars 1976, lorsque l’Algérie a reconnu la République arabe sahraouie démocratique). En toile de fond, le conflit du Sahara qui appauvrit tout.
Ce jeudi la crise bilatérale a pris un nouveau tour de vis avec la fermeture unilatérale immédiate par l’Algérie de son espace aérien à l’aviation civile et militaire marocaine . Un jour plus tard, depuis le Maroc, il a été signalé que la compagnie battant pavillon marocain, Royal Air Maroc, devra dérouter 15 vols hebdomadaires vers la Tunisie, l’Égypte et la Turquie à la suite de la décision d’Alger. Cependant, les marocains ordinaires relativisent ce qui s’est passé et pensent qu’il s’agit d’une nouvelle crise à Alger, d’ un régime en décomposition et sans but, qui n’aura pas beaucoup de sens.

Pour l’instant, il n’y a toujours pas de réaction officielle de l’officiel de Rabat à la dernière détermination d’Alger. La dernière fois que le ministère marocain des Affaires étrangères a répondu à ses voisins, c’était le 25 août, lorsqu’un jour après que les autorités algériennes ont décrété la rupture des relations bilatérales. Ensuite, le ministère marocain des Affaires étrangères a rejeté « catégoriquement les prétextes fallacieux, voire absurdes » utilisés par Alger.

« La décision des autorités algériennes de fermer l’espace aérien à l’aviation marocaine s’inscrit dans le cadre de la réalisation effective de la rupture avec le Maroc et il n’y aura, au moins dans un avenir proche, aucune possibilité de rapprochement entre les deux pays », met en garde NIUS Oualid Kebir , un journaliste et politologue algérien vivant au Maroc.

PUBLICITÉ

Pour Kebir, « le régime algérien ne s’arrêtera pas avec cette décision, mais en prendra d’autres dans les prochains jours. Mais je ne pense pas que le Maroc va tomber dans le piège du pouvoir algérien », estime Kebir, fin connaisseur des relations bilatérales.

Pour Rafael Bustos , professeur de relations internationales à l’université Complutense de Madrid , « c’est un pas de plus que l’Algérie franchit dans son escalade avec le Maroc ». « Cela semble plus dur qu’il ne l’est en réalité, je veux dire que son impact est relatif, puisqu’il n’y a pas tellement de vols qui transitent par l’espace aérien algérien et que l’exclusion ne concerne pas les aéronefs immatriculés dans d’autres pays en provenance du Maroc. D’après ce que je comprends, il a été dirigé vers des avions de Royal Air Maroc et des entreprises privées », explique le chercheur à NIUS.

« Les avions, c’est un peu comme le gaz, ça sonne très dur mais l’impact, pas petit, est moindre étant donné qu’il y a très peu d’intégration économique entre les deux pays », rappelle le professeur de relations internationales à l’UCM et spécialiste de l’In Argélia.

« La décision n’était pas vraiment surprenante dans la mesure où Alger avait déjà menacé d’escalade si le Maroc poursuivait ce que l’Algérie considère comme des politiques hostiles à ses intérêts » , explique le politologue algérien Abdel Ourabah à NIUS. « Cependant, d’autres considérations sécuritaires qui auraient précipité cette décision ne peuvent être exclues, comme le projet israélien de production de ‘drone kamikaze’ au Maroc, qui a été rapporté par divers médias. Une autre raison serait liée à l’ouverture de lignes commerciales entre le Maroc et Israël et Alger n’accepterait en aucun cas les avions à destination et en provenance d’Israël, même s’il s’agissait de Marocains », explique le spécialiste des questions algériennes.

Escalade d’été
Tout a commencé à empirer en juillet dernier lorsque le représentant marocain à l’ONU, Omar Hilale , a appelé les autorités du pays voisin à reconnaître le droit à l’autodétermination du peuple kabyle. Une provocation avec laquelle Rabat a tenté de le renvoyer à Alger pour son soutien – depuis des décennies – au Front Polisario, qui a mis fin en novembre 2020 au cessez-le-feu en vigueur avec le Maroc depuis 1991 (quelques semaines après le 30e anniversaire de celui-ci, quoi de mieux pour le célébrer).

Selon les termes du représentant marocain à l’ONU, le peuple berbère de Kabyle mérite l’autodétermination « plus que quiconque ». « S’il est proposé pour une entité chimérique [en référence au Sahara occidental], il ne peut être rejeté pour le peuple kabyle, l’un des peuples les plus anciens d’Afrique, qui subit la plus longue occupation étrangère », a déclaré le diplomate marocain dans une communication. adressé au Mouvement des pays non alignés. Si l’Algérie a sa Kabylie – déconnectée du pouvoir central, comme l’attestent les dernières élections, avec moins de 1% de participation -, le Maroc a son Rif, théâtre de révoltes contre le retard économique entre 2016 et 2017.

Les déclarations d’Hilale étaient, à leur tour, une réponse à une intervention dans l’enceinte susmentionnée du ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra , dans laquelle il défendait la « décolonisation » sahraouie. « Nous appelons le Secrétaire général des Nations Unies à accélérer la nomination de son envoyé spécial et à lancer un processus politique crédible entre les deux parties dans le but de parvenir à une solution politique juste et durable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental », a-t-il exhorté le vétéran chef de la diplomatie algérienne dans une note adressée à la présidence azerbaïdjanaise du Mouvement des non-alignés. Le 19 juillet, Alger a appelé son ambassadeur à Rabat pour des consultations. Tout venait de commencer.

Sans solution de continuité, le cas Pegasus viendrait. Le même jour, 19 juillet, on saura qu’un consortium composé de 17 médias du monde entier – notamment les français Le Monde et Radio France, mais aussi les allemands Süddeutsche Zeitung ou Die Zeit – a dénoncé que le secret marocain services avaient utilisé le logiciel Pegasus – production israélienne – pour espionner des politiciens, des militants, des journalistes et même des militaires de différents pays , dont l’Algérie ou la France.

Selon les données révélées par le consortium médiatique, Rabat a espionné avec le programme Pegasus au moins 6 000 numéros de téléphone algériens. La réponse d’Alger ne tardera pas, qui déplore « l’atteinte systématique inadmissible aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales  » et la « violation flagrante des principes et normes qui régissent les relations internationales ». Un pas de plus vers la rupture. Depuis Rabat, tout lien avec l’espionnage a été démenti.

La main tendue du roi Mohamed VI ne serait d’aucune utilité dans son discours du Trône du 31 juillet à ses « frères algériens », dans lequel il déplorait « les tensions médiatiques et diplomatiques qui ébranlent les relations entre le Maroc et l’Algérie ». Le 18 août, le Haut Conseil de sécurité algérien a dénoncé les « actes d’hostilité perpétrés par le Maroc contre l’Algérie ».. Les autorités algériennes ont appelé à « l’arrestation de tous les membres des deux mouvements terroristes qui menacent la sécurité publique et l’unité nationale, principalement le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK, pour son sigle en français) ». Le Haut Conseil de sécurité algérien est allé plus loin et a dénoncé que l’entité souveraine « bénéficie de l’aide d’éléments étrangers, dont le Maroc et l’entité sioniste [pour Israël] ».

Alger attribue au MAK, entité qui, née en France en 2001, défend la sécession de la région nord de la Kabylie , la responsabilité des incendies de forêt qui ont ravagé des milliers d’hectares dans les montagnes du nord du pays cet été et coûté la vie de près d’une centaine de personnes. Il accusait donc Rabat d’être à l’origine des accidents. A cet égard, de l’avis du professeur de l’UCM Rafael Bustos, « le message est clair : l’Algérie ne tolère aucun soutien de son voisin au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). C’est comme un déjà vu qui rappelle le soutien algérien dans les années 80 au mouvement indépendantiste canarien d’Antonio Cubillo ».

Enfin, le 24 août, la rupture totale allait arriver. Le ministre algérien des Affaires étrangères a assuré qu' »il est historique et objectif que le Royaume du Maroc n’ait jamais cessé de mener des actions hostiles, inamicales et malveillantes contre notre pays depuis l’indépendance ». « L’Algérie a décidé de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc à compter d’aujourd’hui », a annoncé Ramtane Lamamra.

« Depuis 1948, aucun responsable israélien n’avait fait de déclaration hostile à un pays arabe d’un autre pays arabe », a déclaré le chef de la diplomatie algérienne dans le même discours. Il faisait référence aux déclarations du ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid , lorsqu’il a affirmé lors de sa visite au Maroc les 11 et 12 août en présence de son homologue Nasser Bourita que les deux pays partageaient « la préoccupation concernant le rôle joué par l’Algérie dans la région, son approche de l’Iran et la campagne qu’il a menée contre l’admission d’Israël à l’Union africaine en tant que membre observateur ».

Dans un communiqué, le ministère marocain des Affaires étrangères a répondu le 25 août, assurant que la décision d’Alger de rompre était « totalement injustifiée mais attendue » et rejetant « les prétextes fallacieux, voire absurdes » qui la soutenaient. Du numérique officiel Le360, proche du pouvoir Rabati, il était écrit que la rupture des relations est « plus symbolique qu’efficace ». « Cela ne changera rien dans les relations qui sont au point mort. »

Deux jours après la rupture des relations , l’Algérie a décidé de fermer le robinet de gaz à ses voisins. Les autorités algériennes ont prévenu jeudi 26 août qu’elles ne renouvelleraient pas le contrat du gazoduc Maghreb Europe, qui achemine le gaz algérien vers l’Espagne via le Maroc. La matière première arrivera en Espagne uniquement via Medgaz, un gazoduc qui relie depuis 2011 le champ algérien de Hassi R’mel à la côte d’Almeria sous les eaux de la Méditerranée.

La France et l’Espagne, entre deux eaux
La France et l’Espagne sont souvent prises entre deux feux entre les deux partenaires maghrébins et donc obligées de s’équilibrer pour ne pas sacrifier une alliance au profit de l’autre. Pour l’Espagne, qui est également en crise bilatérale avec le Maroc sur fond d’éternel Sahara , la sauvegarde de la relation avec Rabat est essentielle en raison d’une multitude d’enjeux qui vont de la lutte contre l’immigration clandestine et contre le terrorisme, le contrôle des frontières à Ceuta et Melilla, trafic de drogue ou pêche. L’Espagne est le premier partenaire commercial du Maroc après avoir précisément évincé la France en 2012.

Mais la relation avec l’Algérie n’est pas moins importante pour l’Espagne, puisque le pays du Maghreb fournit entre 40 et 50 % du gaz consommé dans le pays ibérique. A rgel exporte vers l’Espagne environ 13 000 millions de mètres cubes par an.

De son côté, la France entretient d’excellentes relations politiques et commerciales avec Rabat – non exempte, en revanche, d’épisodes de crise avec la question sahraouie en toile de fond – et tente en même temps de maintenir la coopération, malgré le traumatisme de la guerre. de l’indépendance, avec son ancienne colonie algérienne. Un porte-parole français à l’étranger a assuré le 25 août que « l’Algérie et le Maroc sont deux pays amis et partenaires essentiels de la France ». Bref, des soldes observés de très près tant du Maroc que de l’Algérie.

La rupture totale : pourquoi maintenant ?
Pour comprendre la détérioration des relations entre l’Algérie et le Maroc, il faut se souvenir d’un fait qui a altéré le difficile équilibre au début du mois de décembre dernier : la reconnaissance par l’administration américaine sortante – à travers un tweet de l’ancien président Donald Trump – de la souveraineté marocaine sur Sahara occidental. Dans le même message sur Twitter, l’ancien locataire de la Maison Blanche a également annoncé que le Maroc et Israël rétablissaient des relations diplomatiques.

La vérité est que, malgré le changement d’administration, les États-Unis n’ont pas modifié leur position concernant cette reconnaissance – bien que ses représentants se soient exprimés avec un langage et un contenu ambigus – et l’alliance entre Rabat et Tel Aviv – dans divers domaines, y compris le militaire – ne s’est consolidé qu’au cours de ces mois. Le renforcement des positions marocaines dans le conflit qu’il entretient avec le Front Polisario sur l’ancienne colonie espagnole n’aime pas du tout Alger, pas plus que la présence de ce que le pouvoir algérien appelle « l’entité sioniste » à ses frontières mêmes.

En ce sens, dans une interview au journal Le Monde, la chercheuse de l’Institut allemand des affaires internationales et de sécurité Isabel Warenfels a assuré que le rétablissement des relations entre le Maroc et Israël « a été un choc pour l’Algérie, qui considère que les Israéliens sont déjà à ses frontières. L’affaire Pégase a également accru les craintes d’une coopération israélo-marocaine contre l’Algérie ». « Si vous voulez comprendre pourquoi cela se produit maintenant, vous devez aller au-delà de la relation bilatérale entre l’Algérie et le Maroc. Alger veut montrer à la communauté internationale, mais aussi à sa propre population, que le pays est de retour sur la scène internationale après plus d’une décennie d’absence. C’est le signal qui a été envoyé », a expliqué le spécialiste des questions maghrébines.

Pour sa part, le politologue algérien Abdel Ourabah conclut qu’« il est clairement perçu que la présence israélienne au Maroc est une immense source de tension et à cet égard d’autres actions algériennes telles que la fermeture de ses frontières maritimes avec le Maroc ne peuvent être exclues dans le futur proche. . Surtout, si le Maroc continue de consolider ses relations avec Israël ».

Loin de la timidité des premiers mois de la nouvelle relation, les autorités marocaines sont de plus en plus claires dans leur soutien à Israël et à sa présence croissante dans l’ensemble de la région. Par exemple, la semaine dernière, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita , a affirmé lors d’une conférence ministérielle organisée par le Département d’État américain pour célébrer le premier anniversaire des accords abrahamiques que « la normalisation des relations avec Israël est un événement historique ». et a appelé à la mise en place d’un nouvel « ordre régional ». L’occasion n’a pas manqué de lancer une fléchette sur son voisin : « Malheureusement, un pays voisin a décidé de rompre ses relations avec le Maroc sous prétexte de rétablir ses relations avec Israël ».

Le soutien américain et israélien a, en somme, enhardi la diplomatie marocaine et, à son tour, a accru l’agressivité de l’Algérie. A titre d’exemple, les croisements verbaux -dont beaucoup recueillis dans cet article- entre Nasser Bourita -ministre marocain des Affaires étrangères- et Ramtane Lamamra -chef de la diplomatie algérienne- ou Amar Belani -parlaient du ministère algérien des Affaires étrangères.

Malgré le bruit verbal et la fureur, les spécialistes relativisent ce qui s’est passé ces dernières semaines. Bien qu’Alger essaie de faire le plus de dégâts possible au Maroc, les conséquences économiques des dernières mesures ne seront pas importantes compte tenu de la faible intégration des économies des deux malheureux voisins du Maghreb. Cependant, comme le prévient le professeur Bustos, « dans toute escalade, il y a un risque d’incontrôlable. Mais ce sont deux régimes avec de nombreux problèmes internes qu’ils ne peuvent pas négliger ».

Niusdiario, 27/09/2021