Algérie: Manœuvre navale près de la frontière avec le Maroc

Algérie, Maroc, #Algérie, #Maroc,

– Avec la participation de sous-marins simulant un véritable combat contre un ennemi dans les profondeurs de la mer, selon un communiqué du ministère algérien de la Défense.

AA/Algérie

L’armée algérienne a effectué, mercredi, une manœuvre navale avec la participation de sous-marins dans une zone proche de la frontière de son pays avec le Maroc.

La télévision algérienne a diffusé des images de la manœuvre qui s’est déroulée à la base navale de Mers El-Kébir (ouest), sous la supervision du Général de Corps d’Armée, Saïd Chanegriha, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), et du général-major Mahfoud Benmedah, Commandant des Forces navales.

« Mers El-Kébir » est la plus grande base navale algérienne située sur la côte de la ville d’Oran, également appelée la Façade maritime Ouest, car elle couvre les côtes frontalières avec le Maroc.

Selon un communiqué du ministère algérien de la Défense, l’exercice tactique s’intitule « Dissuasion Compound 2021 », et s’est déroulé « avec la participation de sous-marins qui simulent une véritable bataille contre l’ennemi dans les profondeurs de la mer ».

Le site Global Fire Power, spécialisé dans la classification des armées dans le monde, a confirmé dans un rapport pour l’année 2021, que l’Algérie possède 8 sous-marins, dont la plupart sont de fabrication russe, et qu’elle occupe la 15e place mondiale et la première en Afrique et dans le monde arabe dans ce domaine.

Cette manœuvre s’inscrit dans le cadre de l’entraînement des forces navales à des opérations de combat proches de la réalité et de l’évaluation de la maitrise du système d’armement moderne, selon le communiqué du ministère.

Selon la même source, lors de la manœuvre, « des missiles et des torpilles ont été lancés à partir du sous-marin « Djurdjura » contre des objectifs maritimes (…) les cibles en question ont été détruites avec succès ».

La manœuvre intervient dans un contexte marqué par une escalade de la crise entre l’Algérie et le Maroc, quelques jours après que l’Algérie avait décidé de fermer son espace aérien à tous les avions civils et militaires ainsi qu’à ceux immatriculés au Maroc.

Le 24 août, l’Algérie avait rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc compte tenu « des actes hostiles incessants perpétrés par Rabat à son égard», tandis que les autorités marocaines avaient rejeté « les prétextes fallacieux, voire absurdes, qui sous-tendent la décision d’Alger ».

Anadolou, 30 sept 2021