Espagne: Le procureur général demande le classement de l’affaire de Ghali

El líder del Frente Polisario, Brahim Ghali. EFE/Ernesto Mastrascusa

Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Brahim Ghali, #Maroc, #Sahara_Occidental,

Espagne: Le procureur général considère l’imputation de Laya comme « impertinente » et demande le classement de l’affaire de Ghali.

Le gouvernement accuse le juge de favoriser une enquête prospective et insiste sur le fait qu’il n’était pas nécessaire que le chef du Front Polisario passe par le contrôle des passeports « si contesté » car il possède une carte d’identité espagnole.

Le bureau du procureur général de l’État a pris la défense d’Arancha González Laya. Après avoir annoncé qu’elle le représentera après sa mise en examen dans le cadre de l’affaire ouverte pour l’entrée de Brahim Ghali en Espagne, les services juridiques du gouvernement sont allés plus loin en qualifiant cette convocation d' »impertinente ». Ils s’en prennent également au magistrat en charge de cette enquête, Rafael Lasala, qu’ils accusent de promouvoir une enquête « prospective » dans le but de « trouver quelque chose » pour incriminer l’ancienne ministre des affaires étrangères.

C’est ce qui ressort d’une lettre envoyée à l’affaire et reprise par Vozpópuli dans laquelle ils demandent une nouvelle fois la clôture de la procédure car ils estiment qu’il n’y a pas de véritables preuves contre les accusés. Le bureau de l’avocat -qui a déjà assuré la défense de Camilo Villarino- défend le fait que le leader du Front Polisario est entré en Espagne sans passer par le contrôle des passeports « si contesté », puisqu’il possède la nationalité espagnole et un DNI (carte d’identité) valide.

Le gouvernement réagit ainsi à l’inculpation de l’ancienne chef de la diplomatie espagnole, après que son ancien bras droit, Camilo Villarino, a expliqué dans sa déclaration devant le tribunal qu’il suivait les ordres de l’ex-ministre. Selon lui, les indications qu’il a données sur l’arrivée de Ghali en Espagne le 18 avril provenaient de González Laya. Villarino a assuré qu’elle lui avait dit qu’il devait effectuer le processus discrètement car il y avait des pays tiers qui n’étaient pas au courant de son arrivée en Espagne (en référence au Maroc).

Sa version, ainsi que les whatsapps inclus dans l’affaire, ont conduit à l’imputation de l’ex-ministre ainsi qu’à la convocation comme témoins de l’ex-chef de cabinet de Carmen Calvo, Isabel Valldecabres, et de son homologue du ministère de l’Intérieur, Susana Crisostomo. Le magistrat en charge de la Cour d’Instruction numéro 7 de Saragosse (qui a déjà avancé que selon ce que déclare Valldecabres, il décidera s’il convoque l’ex-vice-président du gouvernement comme témoin), tente d’enquêter si les crimes de prévarication et de fausse documentation ont été commis à l’occasion de l’entrée du leader sahraoui et de son départ, qui a eu lieu le 2 juin.

« Procédures inutiles ».

À cet égard, le bureau du procureur de l’État surveille la prochaine date de comparution de González Laya, qualifiant sa convocation d' »impertinente ». Plus précisément, l’avocate de l’État, María del Mar González Bella, assure que la déclaration de l’ex-ministre « ne va pas apporter d’éclaircissements supplémentaires sur les faits faisant l’objet de l’enquête » et souligne que si la décision d’autoriser Ghali à entrer en Espagne pour des raisons humanitaires sans contrôle de passeport « est conforme à la loi », il serait « indifférent » de savoir qui a pris la décision de le faire atterrir sur la base aérienne militaire de Saragosse.

Alors que les accusations soutiennent qu’il s’agit d’un cas d’entrée furtive et hors la loi, étant donné que l’avion de Brahim Ghali n’a pas passé les contrôles de douane et de passeport, le bureau du procureur général est d’un avis contraire. En effet, elle s’en prend au juge pour avoir tenté de trouver des preuves d’un crime en l’absence de données incriminant le gouvernement et décrit les procédures convenues dans le cadre de cette affaire pénale comme « inutiles et superflues ». Parmi eux, il y a celui dirigé contre le bureau Sirene en Espagne.

L’objectif de cette mesure, a avancé Vozpópuli, est de clarifier s’il y a eu des « signalements aux fins d’arrestation ou de localisation » du dirigeant du Front Polisario dans l’un des 26 États qui font partie de l’espace Schengen. « Y a-t-il une indication qu’à Sirene il y a une quelconque mesure agréée par les autorités d’autres États, ou simplement en l’absence de mesures agréées par les Cours centrales d’instruction, on cherche un prétexte pour maintenir ouverte une enquête pour le délit de recel qui a été entièrement réfuté ? », demandent les services juridiques du gouvernement.

Voz Populi, 27/09/2021