Tebboune : « L’Algérie est une force de frappe »

Algérie, Abdelmadjid Tebboune, armée, ANP, #Algérie,

L’Algérie est considérée comme «une force de frappe et une puissance régionale, garante de l’équilibre de la région, envers laquelle on voue tout le respect», a affirmé ce samedi à Alger, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, lors de l’ouverture des travaux de la troisième réunion Gouvernement-Walis.

Le président de la République a souligné également que l’Etat a fait face à une « soft power (force douce) qui a essayé de faire sauter le pays de l’intérieur», et qu’il est important de faire preuve de vigilance pour empêcher la candidature des personnes financées par l’argent sale.

Dans le volet économique, la rencontre Gouvernement-Walis, placée sous le thème « Relance économique, équilibre régional, justice sociale », a été l’occasion d’évaluer les politiques du développement socio-économique local et de présenter les résultats réalisés et les contraintes rencontrées, afin de répondre efficacement aux besoins de la population.

Tout en exigeant l’engagement total des responsables de l’Etat dans la dynamique économique actuelle, le président de la République a ténu à les rassurer en soulignant que la consolidation de l’arsenal juridique de lutte contre la corruption qui vise à garantir la transparence, instaurer la culture de l’évaluation et de la reddition, s’accompagne notamment d’un engagement de protection des responsables intègres.

« Des instructions écrites ont été données à cet effet et nous allons les conforter par un dispositif juridique spécial », a-t-il assuré, estimant néanmoins que l’instruction présidentielle concernant la non prise en considération des lettres de dénonciation anonymes dans les poursuites judiciaires, est une arme à double tranchant.

«Quiconque détient des informations dans ce sens est invité à s’adresser aux organes de presse », a-t-il tranché.

Concernant les investigations dans les affaires de corruption, le Président Tebboune a indiqué avoir donné des instructions pour une centralisation des enquêtes, désormais ne relevant plus des prérogatives des services de Sûreté locaux. Ces enquêtes doivent également intervenir sur autorisation de la tutelle et sur la base de flagrantes violations.

Par ailleurs, le président de la République, qui compte énormément sur les autorités locales pour booster l’économie, a appelé les walis à être la locomotive de la promotion des investissements, entre autres, en recevant en personne les investisseurs pour barrer la route aux intermédiaires et parvenir à l’objectif de création de la richesse et des emplois.

Le président a également annoncé que l’Algérie a enregistré pour la première fois depuis son indépendance 3.8 milliards de dollars d’exportation hors hydrocarbure, soulignant par la même occasion la création prochainement de trois agences nationales du foncier industriel, agricole et urbanisable.

Cette rencontre de deux jours, vise aussi à réfléchir sur une nouvelle approche en matière de développement local qui doit ouvrir des perspectives pour la mise en place d’un nouveau cadre de conception, de concertation, d’exécution, de suivi et d’évaluation des programmes locaux de développement.

Lors des ateliers tenus l’après midi, les participants se sont penchés essentiellement, sur l’évaluation de l’état d’application des instructions données par le président de la République durant la précédente rencontre, l’examen des voies et moyens de relancer une nouvelle dynamique dans le processus du développement local notamment les axes liés à l’adaptation des programmes du développement local et ceux du développement régional équilibré

A travers l’adaptation des programmes du développement local, le gouvernement veut atténuer les écarts de développement entre les wilayas et même entre les collectivités et localités au sein du même territoire, de promouvoir les activités économiques adaptées aux territoires et également de promouvoir l’emploi et les activités créatrices de richesse.

Pour réaliser la justice sociale, il est impératif d’améliorer l’efficacité des programmes et dispositifs sociaux, afin de garantir la stabilité sociale, d’assurer l’équité dans l’accès aux services et prestations de base.

Par Mohamed Mecelti

Le Jeune Indépendant, 26/09/2021