Le bras de fer entre le Maroc et l’Algérie menace la facture de gaz

Maroc, Algérie, Espagne, Gazoduc, #Maroc, Algérie,

Le pouls entre le Maroc et l’Algérie : un combat qui menace la facture de gaz des ménages espagnols
L’approvisionnement en énergie par le gazoduc GME est dans l’air après le conflit diplomatique entre les voisins de l’Afrique du Nord

Bien que sa part de marché ait diminué au cours de la dernière décennie, l’Algérie continue d’être le principal fournisseur de gaz naturel de l’Espagne. Cette année, jusqu’en juillet dernier, le pays africain a fourni près de 50% du gaz importé par notre pays, laissant définitivement derrière lui une période où les États-Unis semblaient contester leur position de leader grâce à la production de gaz de schiste. Cependant, dans l’immédiat, l’hégémonie algérienne est menacée par les tensions politiques entre Alger et Rabat, alors qu’un important gazoduc, le Maghreb-Europe (GME), traverse le territoire marocain. Toutes les sources consultées assurent que l’approvisionnement en gaz des foyers espagnols est garanti, mais les échos des tensions de quartier ont suffi à déclencher l’alarme.

Le 24 août, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc après plusieurs semaines d’escalade de la tension entre les deux pays voisins. Trois jours plus tard, la première conséquence concrète de la crise bilatérale entre les deux puissances maghrébines se dessinait : le ministre algérien de l’Énergie, Mohamed Arkab, laissait entendre dans des déclarations publiques que son gouvernement ne renouvellerait pas l’accord tripartite qui permet l’arrivée de la presqu’île du gaz algérien à travers le GME et qui expire fin octobre prochain.

Pour le moment, le gouvernement espagnol a exprimé une grande prudence à ce sujet. « Nous suivons l’évolution des relations entre l’Algérie et le Maroc, deux pays voisins, et nous demandons à la fois le confinement et le dialogue. Nous espérons que l’approvisionnement en gaz de l’Espagne sera garanti dans tous les cas et ne sera pas affecté par la situation actuelle », a déclaré une source diplomatique espagnole, qui n’a pas souhaité répondre à la question de savoir si à La Moncloa les négocviations tripartites étaient écartées plus de deux mois avant la fin du contrat GME. Cependant, une source proche des pourparlers n’a pas fermé la porte à une prolongation de l’accord : « Nous négocions toujours, et nous continuerons à nous battre jusqu’au bout ».

Le GME est un gazoduc d’environ 1 400 kilomètres de long, dont 540 traversent le territoire marocain avant de traverser le détroit de Gibraltar et de se terminer à Cordoue. Inauguré en 1996, il a la capacité de transporter environ 8 700 millions de mètres cubes de gaz naturel chaque année. L’autre gazoduc, le Medgaz, inauguré en 2011 et reliant les champs gaziers de Hassi R’mel au réseau espagnol de la ville d’Almería, a actuellement une capacité de 8 000 millions de mètres cubes. Cependant, l’été dernier, les gouvernements espagnol et algérien ont signé un accord pour augmenter la capacité de cette infrastructure, qui à partir de janvier prochain transportera environ 10 000 millions de mètres cubes par an.

Tout le monde perd

Bien que le ministre Arkab n’ait pas explicitement dit que l’Algérie ne renouvellerait pas le contrat GME, et que le Maroc et l’Espagne aient gardé un silence strict à cet égard, à Alger, on suppose qu’à partir de novembre, le gaz cessera de circuler dans le gazoduc international. « Le gouvernement est déterminé à punir le Maroc, à lui faire payer le prix de ses provocations ces derniers mois. Cela ne veut pas dire que le gazoduc sera inutilisable pour toujours. Il pourrait y avoir un accord plus tard, peut-être en 2022 ou 2023 », pointe un politologue algérien, excluant que les propos d’Arkab n’étaient qu’une simple stratégie de négociation.

Le principal perdant d’un arrêt d’approvisionnement est sans conteste le Maroc, qui perçoit un péage de 7 % de la valeur du gaz ainsi exporté. En 2019, ce chiffre n’atteignait pas 50 millions d’euros en raison de la baisse des prix des carburants, mais en 2014, il frôlait les 200 millions. De plus, le GME fournit 45% de la demande de gaz du marché marocain à un prix inférieur au marché, qui sert aux centrales thermiques du pays pour générer 12% de l’électricité consommée par le royaume alaouite.

Cependant, quoique dans une moindre mesure, l’Algérie elle-même est également affectée par le non-renouvellement de l’accord GME. À partir de novembre, sa capacité d’exportation par voie terrestre sera réduite de 16 700 millions de mètres cubes par an à seulement 8 000, puis à 10 000 à partir de janvier. « L’Algérie a exporté 9 000 millions de mètres cubes vers l’Espagne en 2020, mais elle en avait exporté 17 000 auparavant. Nous estimons que 60% de ce volume a été exporté via Medgaz et 40% via le Maghreb-Europe », a expliqué l’analyste énergétique Pravi Joshi au magazine Jeune Afrique.

Matt Cunningham, expert en énergie au sein du groupe de réflexion barcelonais FocusEconomics, estime que l’Algérie va perdre de la flexibilité dans sa capacité d’approvisionnement par voie terrestre, ce qui pourrait en partie compenser en exportant du gaz liquéfié par voie maritime, mais le prix est plus cher, et donc moins compétitif sur le marché international. « Il est clair que l’Algérie ne pourra pas exporter autant de gaz vers l’Espagne et le sud de l’Europe, du moins à court terme », glisse Cunningham.

De los tres países, España es el menos afectado por el embrollo diplomático, ya que posee una infraestructura que le permite un alto grado de diversificación en la adquisición de gas natural, responsable de la producción de un 17% de la electricidad generada en el país l’année dernière. « L’Espagne sera en mesure de répondre à ses besoins en gaz en l’obtenant d’ailleurs ou en le compensant avec d’autres sources d’énergie, mais les coûts augmenteront », a déclaré Cunningham. Cette augmentation des coûts, selon l’expert, pourrait être compensée pour les consommateurs finaux par une baisse du prix mondial du gaz à la fin de l’année ou au début de 2022 et par les mesures récemment adoptées par le gouvernement de Pedro Sánchez pour freiner la hausse dans les prix de la facture d’électricité.

El Pais, 25/09/2021