Diplomate français: “L’attitude du Maroc n’était pas acceptable”

L’ambassadeur de France en Espagne : “L’alliance des États-Unis avec l’Australie révèle un manque de confiance dans ses alliés de l’UE”

Sur la crise de Ceuta : “L’attitude du Maroc n’était pas acceptable. On ne peut pas jouer comme ça avec l’ouverture des frontières”

L’ambassadeur de France en Espagne, Jean-Michel Casa, met en garde contre les conséquences de l’alliance de Biden avec l’Australie et le Royaume-Uni et dégage un certain malaise que l’Espagne n’ait pas soutenu Paris rapidement et fermement. Son ministre de l’Economie a déclaré jeudi que l’Europe ne pouvait plus compter sur les Etats-Unis, ce qui s’est vu en Afghanistan et maintenant dans la crise des sous-marins.

Avec Biden, un processus commencé avec Trump et Obama a pris forme, une vision plus centrée sur les intérêts des États-Unis, dans le refus de se laisser piéger dans des conflits lointains et longs. L’expérience irakienne ou afghane a été très traumatisante pour les Américains. Et d’autre part, l’idée, initiée avec Obama, de pivoter vers l’Asie et le Pacifique se consolide, après que la relation transatlantique ait dominé pendant plus d’un demi-siècle. Avec Trump, la relation avec la Chine est devenue plus conflictuelle. Et Biden a confirmé ce virage avec l’alliance militaire avec l’Australie. C’est la manière dont cet accord a été conclu qui a provoqué la colère de la France. En secret, avec des mensonges et avec l’aide du Royaume-Uni, on ne sait pas quel rôle il a joué. Avec leur empressement à revenir à une Grande-Bretagne globale, leur opportunisme, les Britanniques sont capables de tout mouvement, maintenant qu’ils sont hors de l’UE. Cette alliance a été tissée sans transparence, sans consultations entre des alliés tels que les États-Unis et l’UE.

Il ne s’agit donc pas seulement de la rupture du contrat entre la France et l’Australie pour la construction de sous-marins nucléaires, mais l’engagement américain envers d’autres partenaires. Mais pourquoi seule la France s’est-elle sentie maltraitée et pas l’ensemble de l’UE ?

Nous avons eu un soutien impeccable du président du Conseil européen, du président de la Commission et un soutien très clair du haut représentant, Josep Borrell.

Avez-vous manqué une déclaration de l’Espagne?

Bienvenue à tous ceux qui veulent soutenir. Je dois me rappeler que ce n’est pas une question française. La déclaration conjointe de Biden et Macron cette semaine fait référence à tout moment à l’UE. Bien sûr, le virage américain vers l’Indo-Pacifique, l’alliance avec l’Australie, a touché la France. La méfiance de l’Amérique envers ses alliés s’est révélée par la rupture du contrat des sous-marins, mais elle concerne l’ensemble de l’Europe.

Le président Pedro Sánchez a proposé de servir de médiateur.

La bonne volonté est la bienvenue, mais jusqu’à présent, nous avons parlé très calmement avec les États-Unis. C’est Biden qui a insisté pour parler avec Macron, comprenant que peut-être les États-Unis se sont trompés dans leur comportement, pour s’expliquer et chercher des solutions. Si d’autres pays amis veulent contribuer, pourquoi pas, mais jusqu’à présent, nous avons un dialogue très intense avec les États-Unis. On ne peut pas dire que la crise est terminée, mais nous essayons de trouver une issue, en défendant également les intérêts de l’UE.

La France est favorable à la création d’une armée européenne et la présidente de la Commission a déclaré qu’elle en assurerait la promotion pendant la présidence française.

Plus qu’une armée européenne, nous insistons sur le concept d’autonomie stratégique, de souveraineté européenne. Lorsqu’on parle de Défense, on vise une Défense européenne plus commune, ce qui peut passer par le renforcement des capacités industrielles, la production d’armes, à travers le Fonds européen de la Défense, ou des coopérations permanentes structurées, sous des formats variés. Bataillons interarmées que l’UE pourrait utiliser lorsque l’OTAN ne veut pas intervenir ou servir au sein de l’OTAN elle-même. Avec la France, plus de 10 partenaires européens participent au Sahel pour former et renforcer les forces spéciales des pays de la région. Les États-Unis soutiennent de l’extérieur. Ce n’est pas au sein de l’OTAN, mais cela ne veut pas dire aller contre l’Alliance ou contre les États-Unis que les Européens fassent des choses ensemble.

Mais les États-Unis, avec l’accord avec la Grande-Bretagne et l’Australie, et avant cela avec l’Inde et le Japon, ce qu’ils nous disent, c’est qu’ils veulent d’autres « OTAN » qui ne sont pas l’Alliance atlantique.

Nous devons être réalistes. Macron au stade Trump a déjà souligné une mort cérébrale de l’OTAN, il n’y avait pas de vision stratégique, seulement que les pays européens devraient payer plus. Le virage américain vers l’Asie, l’alliance avec l’Australie, font qu’ils s’intéressent peut-être moins au cadre transatlantique. Nous pensions avoir une relation privilégiée avec l’Australie, mais le nouveau gouvernement a décidé de rompre un contrat qui était déjà en cours d’exécution, chose impensable. Si au lieu de son indépendance stratégique elle veut avoir une dépendance totale vis-à-vis des Etats-Unis, une relation de vassalité, c’est son problème.

Quelles seront les priorités de la présidence française de l’UE, en 2022 ?

Première autonomie stratégique, deuxième autonomie stratégique, troisième autonomie stratégique. Nous avons beaucoup d’ambition pour l’UE. Nous espérons aller de l’avant. En matière de défense, mais aussi en matière numérique, la transparence des plateformes mondiales et la transition verte.

L’Espagne et le Maroc renouent progressivement leurs relations diplomatiques. Voyez-vous une solution pour le Sahara à moyen terme ?

Il existe des solutions qui passent par un travail sous l’égide de l’ONU. Nous avons d’excellentes relations et un dialogue permanent avec l’Algérie, et nous avons des relations exceptionnelles avec le Maroc. Mais malgré cela, nous avons été parmi les premiers à critiquer l’attentat contre l’Espagne, avec une vague d’immigrés en mai. Nous, dans notre soutien à nos collègues et amis européens, ne sommes jamais en retard. L’attitude du Maroc n’était pas acceptable. Il n’est pas possible de jouer comme ça avec l’ouverture des frontières.

Étiez-vous plus rapide que l’Espagne ne l’a été maintenant ?

Je ne veux pas comparer. Ce sont des situations différentes. L’utilisation de la migration comme une forme d’agression contre l’Espagne a également été utilisée contre toute l’Europe. Dans le cas du Pacifique, nous sommes très heureux du soutien des institutions européennes, notre partenaire et grand ami l’Allemagne a réagi très fortement, ce qui est rare dans sa relation avec les États-Unis, et nous avons également reçu un soutien très clair de l’ensemble des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Ils ont annoncé le retrait des troupes du Mali…

Non. Nous avons dit que nous voulions le repenser et que notre présence là-bas est souhaitée, acceptée par la population locale. Nous avons des problèmes avec la direction politique de l’armée malienne.

N’est-ce pas la même chose dont les États-Unis sont accusés en Afghanistan ?

Rien à voir. Nous n’avons pas envahi les pays du Sahel, nous n’avons pas décidé d’imposer un nouveau régime. Nous avons été appelés pour combattre les terroristes locaux. Nous ne sommes pas des forces d’occupation. Les États-Unis voulaient construire un nouvel État, avec de nouvelles forces armées, et du jour au lendemain ont décidé de partir.

El Mundo, 26/09/2021