Réaction de l’ONU à la fermeture de l’espace aérien algérien au Maroc

Algérie, Maroc, espace aérien, ONU, #Algérie, #Maroc,

La décision de l’Algérie de fermer son espace aérien au Maroc a suscité des réactions à l’ONU. La première est venue jeudi du Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres appelant le Maroc et l’Algérie à engager un « dialogue positif » pour résoudre leurs problèmes en suspens.

En effet, lors d’une conférence de presse tenue par son porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, au siège permanent des Nations Unies à New York, en réponse à une question sur la position de Guterres vis à vis de l’annonce faite par l’Algérie, mercredi, de fermer son espace aérien aux avions marocains, Guterres a exhorté les deux pays à engager un « dialogue positif » pour résoudre l’escalade de tensions entre les deux pays.

Voici le texte intégral de la question et de la réponse telles que publiées sur le site de presse des Nations Unies:

Question : Stéphane, il y a une crise qui couve entre deux voisins maghrébins, l’Algérie et le Maroc. Hier, l’Algérie a suspendu tous les vols d’origine marocaine ou marocains passant au-dessus de l’Algérie. Premièrement, est-ce que cela rendrait la mission de M. Staffan de Mistura un peu plus difficile? C’est d’un côté. Le SG ouvrirait-il aussi le sujet avec… s’il rencontre Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères, qui est ici. Je ne sais pas s’il l’a rencontré ou s’il le rencontrera. Aurait-il ouvert le sujet pour essayer au moins d’explorer si l’ONU peut jouer un rôle dans cette crise ?

Porte – parole : Je ne sais pas pourquoi vous mêlez M. de Mistura à cela. Nous n’avons fait aucune annonce sur quoi que ce soit de toute façon. M. de Mistura est heureux dans sa maison en ce moment en Europe. Nous pensons qu’il est important que les deux pays s’engagent dans un dialogue positif. Ce sont deux pays très importants dans la région, et nous voulons… nous voudrions voir les meilleures… deux… les meilleures relations possibles, des relations bilatérales, entre les deux. Quant aux discussions du Secrétaire général avec les différentes délégations, nous ferons un bilan bilatéral… une lecture. Une dernière question, et puis notre… nous devons passer à nos invités.

Pour rappel, uUn mois après avoir rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc, l’Algérie a franchi une nouvelle dans l’escalade avec Rabat. Mercredi, à l’issue d’une réunion du Haut Conseil de sécurité présidée par Abdelmadjid Tebboune, l’Algérie a décidé de « fermer immédiatement son espace aérien aux avions marocains civils et militaires, ainsi qu’aux appareils immatriculés au Maroc ».

La présidence algérienne a indiqué avoir pris cette décision compte tenu de « la poursuite des provocations et des pratiques hostiles de la part du Maroc ».

Cette décision ne manquera pas d’impacter le programme de la RAM qui désservait, jusqu’à présent 15 vols hebdomadaires reliant le Maroc à la Tunisie, la Turquie et l’Égypte sont touchés.

Une source de la compagnie aérienne marocaine, citée par Reuters, a qualifié l’impact sur la RAM d’insignifiant et a déclaré que les vols concernés pourraient se dérouter au-dessus de la Méditerranée.