Le fake-prix du roi du Maroc dénoncé

Maroc, prix Jean Jaurès, Mohammed VI, #Maroc,

Un organisme européen fictif fait dans la tromperie : Le fake-prix du roi du Maroc Le palais sombre dans le ridicule

«Ils donnent un prix bidon au roi du Maroc et les premiers qui applaudissent sont les Israéliens (…). Désespérés à ce point pour tomber dans cet excès ? Moi, je donnerais ce prix à Israël pour avoir foutu la… au Maghreb.» Journaliste iconoclaste, pourfendeur du monarque prédateur et de son incorrigible makhzen, Ali Lmerabet a mis un point d’honneur à dénoncer la vulgaire supercherie. Sur son Twitter, il met à nu la royale arnaque… au prix bidon.

Aussitôt pondu, aussitôt repris par une myriade de sites abusés et/ou créés pour la circonstance et pour les besoins de la propagande makhzenienne. De grands titres de la presse marocaine reprennent, conscients ou à l’insu de leur plein gré, la fausse information : l’Économiste, Courrier de l’Atlas, Maroc Diplomatique, etc., machinalement, en ordre de bataille, feront dans le recel de fausses nouvelles. A contrario, d’autres médias comme Le Desk et Yabiladi feront tôt de dénoncer la fake-news : le Roi est nu !

Un faux prix pour la paix a été attribué dernièrement au roi du Maroc par un centre européen «fictif» appuyé par un «réseau entier de faux sites d’information», révèle le site marocain Yabiladi, qui a enquêté sur cette affaire.

«Un mystérieux Centre européen pour la paix et la résolution des conflits (CEPRC) avait attribué lundi un prix nouvellement créé, nommé prix Jean Jaurès pour la paix, au Roi du Maroc Mohammed VI», indique le site marocain, évoquant une «tromperie qui ne s’est pas arrêtée à la création d’un centre fictif, puisqu’un réseau entier de faux sites d’information a été mis en place pour servir de caisse de résonance à la propagande».

«Pour donner du crédit et de l’écho à cet obscur prix de la Paix, le centre européen a, en plus du communiqué de presse, utilisé une constellation de sites d’information clonés et aux noms proches de médias connus (France25, Canal_75 ou LatribuneI… )», explique le site Yabiladi. «Parmi l’ensemble des internautes et des journaux qui ont relayé l’information, on retrouve sur Twitter au moins 8 comptes de sites d’informations, tous créés en août 2021.

Sur tous les sites, les pages d’accueil sont identiques dans le contenu, avec des chiffres de fans sur les réseaux sociaux gonflés, alors qu’aucune des pages ne dépasse 1 ou 2 likes, si ce n’est 0», ajoute-t-il.

«Un bref aperçu du contenu des sites permet de remarquer que tous partagent les mêmes informations, écrites de manière identiques, mais aucun parmi eux ne donne les noms d’auteurs des articles, tous plagiés. France 24, notamment, s’est vu voler son travail pour les articles de la crise des sous-marins, ce qui se vérifie ici ou là. Ce contenu plagié n’est que prétexte pour mettre en avant l’article de propagande du fameux centre, en l’occurrence le prix Jean Jaurès attribué au roi Mohammed VI», assure la même source.

«Sur Twitter, aucun des articles partagés par les sites n’a provoqué d’interactions, aucun sauf cette annonce et les interactions ont été faites par les mêmes comptes, qui ressortent inlassablement sur chacune des pages Twitter des faux médias. Trois comptes ressortent sur chaque annonce en partageant le post du CEPRC, tous les comptes sont détenus par des Marocains et sont très actifs», constate l’auteur de l’enquête.

Par ailleurs, «en retraçant les propriétaires des sites internet en question, on remarque que tous ont été enregistrés par le même hébergeur et à la même date, le 15 juillet 2021. Encore plus troublant, lorsque l’on prend connaissance de l’identité du propriétaire, un certain Centre Européen dont l’adresse e-mail de contact est celle renseignée sur le site du CEPRC. Accablant, l’adresse de correspondance des sites est une adresse bien connue, car c’est celle qui ressortait logiquement du journal officiel lors de la création de l’association du CEPRC», indique encore Yabiladi.

«Une fois le lien entre le centre et les faux sites établi, Yabiladi s’est de nouveau penché sur la seule personne qui présentait de manière crédible un lien avec le CEPRC, étant déclarée comme son président sur le site : Mohamed Ouamoussi. En creusant, il ressort que le journaliste franco-marocain avait, en 2004, créé en son nom une société en renseignant une adresse qui se trouve être la même que celle des sites et du centre. Levant tout doute possible, nous avons pu établir que son épouse avait renseigné cette même adresse en 2018 pour créer en son nom une société», révèle le site.

«Toute cette galaxie pour mener la propagande n’est pas désintéressée. Le CEPRC propose à ses internautes de faire un don pour les soutenir. Sur leur site, on peut lire : « Donner à une association, c’est donner du sens à son engagement. En 2018, vos dons à notre association ont permis à nos équipes de venir en aide à 800.000 personnes dans 38 pays »», signale l’article. «Pourtant, rien dans le reste des travaux ne parle d’aide, et c’est le seul rappel de l’objet légal de l’association : l’aide humanitaire, dont la propagande menée par le responsable est bien éloignée», conclut le site. Humaniste, pacifiste, antimilitariste, Jean Jaurès est le grand timonier du courant socialiste français.

Assassiné à la veille de la Première Guerre mondiale, Jaurès n’aurait sans doute pas apprécié que son nom soit associé aux bourreaux de Tazmamarth et\ou de Gdeim Izik.

APS