Quand le film Camping 3 faisait scandale au Maroc

Maroc, cinéma, Camping 3, #Maroc, nudité,

Camping 3 sur TMC : quand le film faisait scandale au Maroc : Une nudité qui n’est pas passée

« Camping 3 » serait-il subversif ? Non, mais l’humour potache de la saga a entrevu sa limite lors d’une avant-première à Marrakech en 2016, où le public s’est montré choqué par certaines scènes perçues comme grivoises, dont une montrant une partie de volley-ball avec des naturistes. Une critique qui a fait réagir Franck Dubosc, et cette réaction a été encore plus mal reçue…

Camping 3 : suite et fin de la saga

Le troisième opus de la saga Camping a été un succès en salles avec 3,2 millions d’entrées en France lors de sa sortie en 2016. Si Camping 3 fait moins bien que ses deux prédécesseurs, le premier ayant fait 5,9 millions d’entrées et le second 3,9 millions, la franchise garde cependant une belle popularité. Une popularité notamment due à son casting sympathique comptant bon nombre de têtes connues, emmenées par Franck Dubosc dans son éternel rôle de beauf dragueur, et à une ambiance familiale et un humour inoffensif. Mais cette troisième aventure, qui se déroule toujours au Camping des Flots Bleus, a reçu un accueil très mitigé et teinté de scandale au Maroc, ce qui a surpris les auteurs et les équipes du film.

Une partie de volley-ball au coeur du scandale

Fidèle du Festival Marrakech du rire, Franck Dubosc ne devait sûrement pas s’attendre à une telle réaction lors de la présentation de Camping 3 en avant-première lors de l’édition de 2016. Alors que le film pouvait compter sur l’essentiel de son casting et sur une continuité de son style comique pour séduire le public, il en est allé tout autrement pour les spectateurs marocains. En cause, une partie de volley-ball où l’équipe des Flots Bleus affronte une équipe de naturistes. Une séquence qui n’était pas une surprise, puisque Franck Dubosc et Antoine Duléry notamment avaient joyeusement pris la pose pendant le tournage avec des figurants naturistes.

Lors de l’avant-première, la séquence est très mal reçue, au milieu d’autres séquences considérées elles aussi comme trop grivoises. Résultat, des spectateurs quittent la projection avant la fin, et le film reçoit une interdiction aux moins de 16 ans pour sa diffusion au Maroc. À ce stade, le scandale n’est pas encore entièrement constitué. C’est en effet une réaction de Franck Dubosc au micro de TéléStar qui va mettre le feu aux poudres.

C’est difficile ici parce qu’on se rend compte que culturellement il y a dix siècles de retard. Des femmes voilées et des enfants sont sortis de la salle durant la projection. Ben oui… Il y a une séquence de nudistes sur la plage de volley-ball. (…) On n’y avait pas pensé. Vous vous rendez compte, Camping 3 interdit aux moins de 16 ans…

Des excuses publiques pour Franck Dubosc

L’humoriste et comédien, très attaché à sa co-création avec Fabien Onteniente, se montre abattu et contrarié, et ne mesure pas sur le coup l’impact de sa formulation « dix siècles de retard » dans le royaume marocain, très traditionaliste. Ces mots, repris à foison sur les réseaux sociaux, créent la polémique. Et contraignent Franck Dubosc à s’excuser publiquement, ce qu’il fait sur Twitter et Facebook. S’il s’excuse sur la forme, il marque cependant son regret avec une élégante formule : « Là où mes enfants rient, les vôtres doivent fermer les yeux… C’est cela qui m’attriste. »

La polémique s’est vite éteinte. 5 ans après, le projet d’un Camping 4 est cependant très mal embarqué, avec un Franck Dubosc désireux de s’arrêter là, comme il le déclarait en mars 2021 auprès de Télé Loisirs. Ajoutons à ça qu’avec la disparition de Claude Brasseur en décembre 2020, pilier des films avec son personnage de Jacky Pic, il faut réaliser que rien ne sera plus comme avant, et qu’il est sans doute plus que temps de savoir s’arrêter…

Source: Cineserie, 23/09/2021