Maroc: Des familles demandent le retour des leurs détenus en Libye

Maroc, Libye, migrants, détenus, prisons libyennes, #Maroc, #Libye,

Libye : Des familles marocaines demandent le retour en toute sécurité des migrants détenus

Des centaines de ressortissants marocains sont détenus dans des conditions inhumaines dans des centres de détention libyens, rapporte un groupe de défense des droits de l’homme. Les familles demandent instamment au gouvernement marocain d’intervenir.

Selon un groupe de défense des droits de l’homme à but non lucratif, des centaines de Marocains sont détenus dans plusieurs centres de détention de l’ouest du pays, notamment le centre de détention d’Al-Dara et les prisons d’Ain Zara et de Ghout al-Shaal, à l’ouest de Tripoli.

Les migrants sont maintenus dans des « conditions humanitaires difficiles », sans nourriture adéquate ni eau potable, a déclaré l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme dans un communiqué la semaine dernière. Un grand nombre de ceux qui se trouvent dans le centre d’Al-Daraj seraient également infectés par le coronavirus.

Euro-Med Monitor dit avoir recueilli les témoignages de plus de 80 membres des familles des migrants. L’un d’eux, Al-Aweni Muhammed, a déclaré que son fils Mustafa avait quitté le Maroc en mars en direction de la Libye. Il a été détenu le 22 avril par des gardes-frontières dans la région de Ghadames, dans l’ouest de la Libye.

« Il nous a appelés pour nous informer qu’il était détenu au centre de détention d’Al-Daraj avec de nombreux autres migrants marocains. Il a décrit les conditions comme étant très difficiles en termes de manque de nourriture, d’eau et d’hygiène », a déclaré Al-Aweni.

Les familles réclament justice

Les détenus comme Mustafa, âgé de 23 ans, n’ont fait l’objet d’aucune procédure légale, selon Al-Aweni, mais les familles ont été informées de l’intention des autorités libyennes de les expulser, le ministère marocain des affaires étrangères devant agir en premier.

Entre-temps, les familles ont organisé plusieurs veillées devant le siège du ministère à Rabat, exigeant l’intervention du gouvernement.

Une source du ministère des affaires étrangères aurait déclaré le 6 septembre que les autorités des deux pays travaillaient « au plus haut niveau » pour coordonner le retour des 195 Marocains détenus en Libye. Mais jusqu’à présent, selon Al-Aweni, les mouvements « ne reflètent pas des intentions sérieuses pour résoudre la crise. »

6 000 personnes en détention arbitraire », selon un fonctionnaire de l’ONU
Mustafa n’a pas réussi à échapper aux gardes-frontières libyens lorsqu’il est entré dans le pays depuis l’Algérie. Ceux qui parviennent à atteindre la côte libyenne embarquent généralement sur de petits bateaux arrangés par des passeurs. Beaucoup partent sans papiers d’identité, pensant que cela les aidera à obtenir l’asile lorsqu’ils atteindront l’Italie.

Le voyage est souvent écourté lorsque les bateaux surpeuplés et en mauvais état sont interceptés par les garde-côtes libyens, qui les envoient dans des centres de détention comme Al-Daraj.

Safa Msehli, porte-parole de l’agence des Nations unies pour les migrations (OIM), a tenté d’attirer l’attention sur cette situation. Vendredi 17 septembre, elle a indiqué sur Twitter que plus de 24 000 personnes avaient été renvoyées cette année : environ 6 000 sont en détention arbitraire, mais la plupart sont introuvables. Le nombre de personnes renvoyées a plus que doublé par rapport à l’année dernière, selon l’OIM.

L’Associated Press a rapporté la semaine dernière qu’il n’avait reçu aucune réponse du ministère de l’intérieur libyen à une demande de commentaire sur les déclarations de Msehli. Euro-Med Monitor n’a pas non plus obtenu de réponse, bien qu’il ait contacté « un certain nombre d’autorités officielles libyennes » au sujet des détenus marocains.

J’ai reçu le pire appel de ma vie ».

Hamza a quitté le Maroc en juin, en direction de la frontière algérienne. Son père, Lamouri Radwan, a déclaré à Euro-Med Monitor qu’il a téléphoné exactement un mois plus tard : « J’ai reçu le pire appel de ma vie. Mon fils […] m’a dit que le bateau sur lequel il se trouvait avec 19 autres migrants avait chaviré en mer, et que personne n’avait pu regagner la terre ferme, à l’exception de Hamza et d’une autre personne. »

Le contact suivant que Lamouri Radwan a eu avec Hamza a eu lieu à la prison de Melita, dans la ville libyenne de Zuwara. Son fils lui a dit que deux de ses amis étaient morts et qu’on lui avait demandé d’identifier leurs corps.

Plus tard, Hamza a été libéré, et il est allé vivre dans une famille en Libye. Mais son père a déclaré que, comme son fils n’avait ni passeport ni pièce d’identité, il ne savait pas comment le ramener au Maroc.

La santé et la survie des migrants en danger
Le chercheur juridique d’Euro-Med Monitor, Youssef Salem, affirme qu’il est de la responsabilité des gouvernements libyen et marocain de protéger la vie des détenus, ce qui implique de libérer les Marocains et de leur fournir des soins médicaux, en particulier ceux atteints de la COVID-19.

L’OIM n’a cessé d’exhorter l’Union européenne, qui donne des millions d’euros au gouvernement libyen pour empêcher les migrants de traverser la Méditerranée, à mettre fin aux renvois effectués par les autorités libyennes.

Depuis des années, des témoignages émergent de migrants qui ont été maltraités et se sont vu extorquer des rançons dans des centres de détention : dans au moins un de ces centres, des gardes ont été accusés d’agresser sexuellement des détenus. L’OIM et d’autres organisations affirment que les migrants qui disparaissent des centres de détention sont régulièrement vendus à des trafiquants ou à d’autres centres.

Info Migrants, 20/09/2021